Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hakim Fekih Headshot

Congrès d'Ennahdha: Modernisation de l'Islam ou islamisation de la modernité?

Publication: Mis à jour:
GHANNOUCHI
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Pendant des décennies, les penseurs arabes et musulmans se sont acharnés sur la question de la modernisation de l'Islam et de comment concilier Islam et démocratie.

Les plus progressistes en sont arrivés à la conclusion que pour protéger la religion, il fallait séparer la religion de la politique, supprimant ainsi plusieurs obstacles et freins à la modernité.

Les plus conservateurs ont eux cherché à trouver dans l'Islam des valeurs de la modernité que l'on pourrait réactualiser et utiliser aujourd'hui afin de faire renaître "l'âge d'or du monde arabo-musulman".

Dans les deux cas, on se basait sur le texte coranique pour arriver à la réalité politique et sociale.

Malheureusement, en Tunisie, nous faisons les choses à l'envers.

Ennahdha, parti fondamentalement islamiste s'est réuni ce week-end pour son 10ème congrès.

"Un congrès historique" comme le prétendent les différents dirigeants Nahdhaouis, où le parti se détacherait finalement de son volet islamiste, tout en revendiquant rester le parti qui défendra les valeurs traditionnelles de l'Islam.

Un peu paradoxal certes, mais en politique, la logique est rarement la norme.

Là n'est pas le problème. Le fait est qu'aujourd'hui, Ennahdha se présente comme un parti tunisien patriote conservateur.

Un parti dont les membres ont milité contre la dictature de Ben Ali, non pas par patriotisme, mais par défense d'une idéologie islamiste qui s'étend à plus loin que les frontières tunisiennes.

Faut-il rappeler les paroles de Jebali qui parlait de califat dès la victoire d'Ennahdha aux élections?

Faut-il énumérer les tentatives Nahdhaouis d'abolir l'héritage bourguibien au profit de l'idéologie des frères musulmans?

Au delà de ça, Ennahdha se place comme un parti démocrate. Un parti démocrate qui est resté plus de deux ans au pouvoir alors qu'il avait été élu pour un an.

Un parti démocrate qui n'a quitté le pouvoir qu'après deux assassinats politiques et des semaines de manifestations où le peuple ne voulait qu'une chose: la tête de ses leaders.

Aujourd'hui, Ennahdha transforme toutes ses défaites en victoires. Elle se présente comme le porte drapeau d'une révolution à laquelle elle n'a que partiellement contribué.

Elle se présente comme le parti qui a fait réussir l'expérience démocratique alors qu'elle a été la première à la mettre en danger.

Elle s'attribue les valeurs du consensus alors qu'elle y a été obligée.

En somme, au lieu de contribuer à moderniser l'Islam politique, elle a islamisé la modernité.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.