Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hakim Fekih Headshot

À bas la langue Arabe! Manifeste pour la langue tunisienne

Publication: Mis à jour:
TUNISIA FLAG
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Néji Jalloul, ministre de l'éducation a récemment déclaré qu'il comptait faire de l'anglais la deuxième langue dans l'enseignement tunisien. Cette déclaration a provoqué tout un débat à propos de l'enseignement des langues en Tunisie. Un des volets de ce débat était la question de la langue arabe. Doit-on continuer à utiliser l'Arabe comme langue officielle?

Ma réponse est clairement: non. Et voilà pourquoi:

Si l'on veut comprendre tout d'abord pourquoi il ne faut plus considérer l'Arabe comme langue officielle, il faut comprendre l'origine de l'avènement de l'Arabe comme langue officielle. Contrairement à ce que pensent beaucoup, l'arabisation du Maghreb ne s'est pas faite directement avec les conquêtes arabes. Non, il faudra attendre le XIème siècle et la venue des Beni Hilal, tribus bédouines, pour marquer le véritable point de départ de l'arabisation du Maghreb.

Sans rentrer dans les détails historiques, car ce n'est pas le but de ce manifeste, on peut affirmer que l'Afrique du Nord vécut alors un long et douloureux processus d'arabisation marqué par la sauvagerie des Beni Hilal: pillages, persécutions, destructions et anarchie. Voilà l'origine de l'arabisation du Maghreb.

A partir de là, tous ceux qui se placent en tant que porte-drapeau de la défense de la langue arabe car étant notre langue d'origine, par je ne sais quels nationalisme ou conservatisme, sont en fait les simples défenseurs de la langue de colons, qui s'est imposée par la terreur et la peur.

Leurs arguments contre l'intrusion du français dans le dialecte tunisien deviennent alors caduques étant donné qu'historiquement le Français comme l'Arabe ont été d'une façon ou une autre une langue imposée aux populations autochtones. Il n'y a donc pas de différence dans le processus d'installation de ces deux langues.

Pourquoi donc avoir choisi l'Arabe comme langue officielle? Une théorie, à mon sens plausible, qui est celle de la recherche de l'unité nationale dans le combat pour la décolonisation.

Les premières bases pour construire un État-Nation résident dans une langue commune et un mythe créateur. L'Arabe était la langue officielle avant l'avènement des colons français, et pour l'imaginaire collectif, nous sommes un peuple arabe. Les leaders du mouvement nationaliste ont donc usé de cette croyance populaire pour rassembler les gens autour d'une seule et même identité, tunisienne, arabo-musulmane, afin de mener à bien leur combat.

Si l'on veut résumer tout ceci en une phrase, nous pourrions dire que le choix de l'Arabe comme langue officielle relève de la création d'un mythe d'identité national, basé lui-même sur un épisode historique entaché de sang, mais bien sur, on oublie de mentionner ce petit détail. L'instauration de l'Arabe comme langue officielle est donc un mensonge et une insulte à la mémoire nationale.

D'un autre coté, qui aujourd'hui parle l'Arabe littéral? Les hommes politiques dans les cérémonies officielles et certains journalistes. Maintenant, qui est capable de parler l'arabe littéral? Une petite partie éduquée et cultivée de la population, la "noblesse" si l'on veut utiliser un terme anachronique. Le reste de la population, qui en fait représente l'écrasante majorité est capable d'aligner quelques phrases, mais certainement pas d'entretenir une conversation assez longue en Arabe littéral. Ceci n'est pas un dénigrement de cette partie là de la population, loin de moi l'intention de la rabaisser, mais c'est une réalité logique, car l'Arabe littéral n'est pratiqué nulle part, et tout le monde sait qu'à force de ne pas pratiquer une langue, on la perd.

Aujourd'hui, l'Arabe littéral est donc une langue perdue. Une langue écrite, et étudiée, mais rien de plus. Ses défenseurs diront que laisser tomber cette langue au profit du dialecte tunisien est un nivellement par le bas. Mieux encore, ils disent que les Français parlent tous Français, de même pour les Italiens avec leur langue, et ainsi de suite, alors pourquoi pas nous avec l'Arabe?

La meilleure réponse qu'on peut leur donner est, encore une fois, un retour à l'Histoire: Le Français, comme l'Italien aux XIVème, XVème et XVIème siècles étaient, messieurs, considérés comme des langues bâtardes, langues du "peuple" dans le sens péjoratif du terme, et ce sont des auteurs tels que Dante, Petrarque en Italie ou encore De Bellay en France qui se sont battus pour la victoire de leurs langues respectives sur le latin, alors langue officielle et de la "noblesse". C'est ainsi que sont nés les langues française et italienne, et c'est donc ainsi que l'on a pu avoir des Hugo, Baudelaire, Gramsci et autres.

Ce combat pour la langue est à mon sens un combat civilisationnel, un combat entre le progrès et le conservatisme, un combat entre le passé et le futur. Mais c'est aussi un combat social, entre la langue du peuple, et la langue de l'élite.

Le choix de la langue est donc un choix crucial dans la construction de cette jeune République: voulons-nous une république pour tous, ou une république déconnectée de la réalité de son peuple?

Personnellement, c'est la première option qui me fait rêver. Il faut instituer une langue tunisienne.

Bien évidemment, sa mise en place et sa codification ne seront pas chose facile. Cela prendra peut-être plusieurs générations. Il faudra commencer par créer une Académie tunisienne. Les Académiciens seront chargés de codifier la grammaire, de fixer un dictionnaire et les règles de conjugaison.

Les écrivains et poètes tunisiens devront se mettre à produire des œuvres tunisiennes à 100% pour donner à cette nouvelle langue plus de légitimité et plus de connexion avec les lecteurs. Faire vivre cette langue passera donc par la production artistique, mais aussi par les traductions: traduire les grandes œuvres classiques, de chaque langue pour les rendre accessibles à tous, pourquoi pas aussi doubler les grands films.

Pour ce qui est de l'alphabet, le Tunisien étant composé à majorité par des mots d'origine arabe, l'alphabet arabe est à mon sens le plus approprié pour cette nouvelle langue. Il faudra néanmoins introduire de nouvelles lettres pour exprimer les sons absents de l'alphabet arabe tels que le "g" ou encore le "v".

L'autre but de l'instauration de cette nouvelle langue, mis à part sa proximité avec le peuple, est de nous réconcilier avec notre propre histoire. Trop longtemps, le mythe de l'arabité de la Tunisie a dominé dans l'inconscient collectif. La Tunisie était déjà civilisée avant les conquêtes arabes.

Sans refaire le discours des 3000 ans d'histoire, la place qu'a occupée l'Arabe a éclipsé le reste de notre culture. Être Tunisien, c'est être arabe, mais aussi africain, berbère, punique, romain, turque, français, méditerranéen, etc ...

Nous avions une langue avant l'occupation arabe et l'injustice est de faire croire au peuple le contraire. La Tunisie, n'est pas arabo-musulmane, terme inventé pour nous caser dans une aire culturelle afin de simplifier les lectures géopolitiques, elle est pluriculturelle et riche en diversité.

Ce n'est qu'en comprenant cela que nous arriverons à nous réconcilier avec nous-mêmes et à avancer.

Si l'on veut créer une grande nation, il nous faut détruire ce mythe de l'arabité, et le remplacer par une véritable identité nationale basée sur la vérité historique. Nous qui nous vantons toujours de "l'exception tunisienne", c'est aujourd'hui plus que jamais le moment de procurer à cette exception une identité, quelque chose sur quoi elle se fonde, et ainsi devenir le premier pays dit "Arabe" à s'émanciper de cette énorme supercherie qu'est l'Arabité.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.