LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hakim Ben Hammouda Headshot

De retour d'Afrique du Sud: Les révolutions corrigent-elles les inégalités? (2)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Mon ami est un personnage haut en couleur mais en même temps engagé depuis sa prime jeunesse dans la lutte contre l'Apartheid au sein de l'ANC. C'est un enfant du parti comme beaucoup de Sud-Africains, membre des différentes organisations du parti, notamment celle de la jeunesse et des étudiants. Aujourd'hui, il appartient à une des plus hautes instances du parti. Eddy, une petite cinquantaine, fait partie de la troisième génération de dirigeants sud-africains.

LIRE AUSSI: La première partie

La première est celle du père de la nation, Nelson Mandela, et de tous ses camarades qui ont commencé avec lui dès le début des années 1940 ce qui sera une longue lutte contre la ségrégation raciale en Afrique du Sud. Parmi les militants de la première heure qui passeront de longues années en prison avec Mandela, on peut citer Walter Sisulu, Govan Mbeki, Oliver Tambo. Mais il faut aussi mentionner Joe Slovo et son épouse Ruth First, les dirigeants blancs du parti communiste sud-africain, qui ont forgé une alliance stratégique avec l'ANC et ont dirigé la lutte armée contre l'apartheid du temps où les dirigeants sud-africains étaient en prison. Durant ses années de privation et de prison, Nelson Mandela a gardé une détermination sans faille qui lui a valu l'admiration du monde entier et en a fait une icône globale dans la lutte pour la liberté et l'égalité. De ces années dans la prison de Robben Island, il a toujours dit que "la prison, loin de nous décourager, a renforcé notre détermination à poursuivre cette lutte jusqu'à la victoire".

L'arrestation de cette première génération de militants contre l'apartheid a été à l'origine de l'émergence d'une seconde génération de dirigeants de l'intérieur comme de l'extérieur en exil dont l'actuel président Jacob Zuma, son prédécesseur Tabo Mbeki et bien d'autres dirigeants, dont le charismatique Chris Hani assassiné en 1993. Cette seconde génération est à la tête de l'Etat aujourd'hui et occupe les plus hauts postes de la direction de l'ANC. Au moment le plus dur de l'apartheid dans les années 1970, cette génération était aussi en charge de la jeunesse des townships et ont cherché à en faire les dirigeants de demain et de l'après-apartheid.

La direction du parti a alors décidé d'envoyer beaucoup de jeunes dans les années 1970 et 1980 à l'étranger pour y faire des études grâce au soutien du bloc de l'Est de l'époque, mais grâce également à l'appui de beaucoup de pays occidentaux opposés à ces relents anachroniques d'un esclavage honni. Ces étudiants sont rentrés après la sortie de Mandela de prison et le début de la transition, munis de leurs diplômes mais aussi d'un engagement sans faille que les années d'exil n'ont fait que renforcer. Ce sont ces étudiants qui vont constituer la troisième génération de militants de l'ANC qui peuple aujourd'hui les différentes instances de l'Etat et du parti. C'est parmi eux que le gouvernement recrute les grands commis de l'Etat, les hauts responsables des grandes institutions publiques, les ambassadeurs et toute la cohorte de conseillers de des hauts responsables de l'Etat. Cette génération prendra bientôt la relève et sera en charge de la république arc-en-ciel.

Eddy M. fait partie de cette génération.

A la fin du lycée, il a été envoyé en France pour faire ses études supérieures. Il a côtoyé durant ses années Dulcie September, la représentante de l'ANC en France, et a assisté, impuissant, à son assassinat en 1988. Mais il a pu parfaire sa formation universitaire et obtenir un doctorat en relations internationales avant de rentrer comme tous les autres exilés en Afrique du Sud au début des années 1990.

Mais contrairement à tous ses camarades, comme il dit avec un grand éclat de rire, Eddy M. est ouvert, joyeux et festif. Les années d'exil, de clandestinité et de secret ont fait de la plupart des enfants de cette génération des gens très sérieux, avares en paroles et parfois même un peu ternes et ennuyeux. Je parle souvent avec Eddy de sa spécificité par-rapport toute cette génération de "comrades", et il répond avec un nouvel éclat de rire joyeux et communicatif que c'est certainement le fait d'avoir vécu en France et d'avoir fréquenté quelques "méditerranéennes", et il glisse un petit clin d'œil en cachette à sa charmante femme Ruth, lui a fait "renoncer au style policé et soupçonneux des organisations léninistes pour une attitude plus heureuse".

Eddy est venu nous chercher dans sa voiture rutilante et nous a conduit avec mes amis dans l'une des banlieues chics de Johannesburg. On s'est garé devant un grand centre flambant neuf où se côtoient bars chics, restaurants élégants et cafés au style post-moderne. On a rapidement choisi un restaurant où on pouvait apprécier la grande tradition sud-africaine des viandes grillées. A peine installé au restaurant et la commande faite, mes compagnons ont assailli notre hôte de questions. Comment va l'Afrique du Sud? Parvient-elle à répondre à la demande sociale et à la demande de gens? Est-elle en mesure de lutter efficacement contre la pauvreté et d'intégrer ces millions de noirs exclus pendant des décennies par le régime de l'Apartheid du système social?

Autant de questions qui exprimait une volonté de connaître mieux et plus la situation d'un pays qui avait entamé il y a plusieurs années sa transition vers la démocratie et une plus grande inclusion des populations noires. Mon ami se lança dans une analyse à la fois brillante et lucide de la situation locale.

En militant bon teint, il nous a expliqué les succès et les réalisations de l'ANC au pouvoir. Mais il s'est arrêté sur les limites de cette expérience de transition. Pour notre ami, l'échec le plus patent est celui de la correction des inégalités. Mes amis lui avaient expliqué qu'ils en avaient eu un aperçu lors de notre visite à Soweto. Eddy s'est lancé dans son analyse et nous a expliqué que la fin des inégalités se trouvait au cœur du programme de l'ANC depuis leur arrivée au pouvoir. Il s'agissait pour les gouvernements de transition de mettre fin à cette situation historique et de lutter contre ce qui n'était pas seulement sociale mais aussi une question raciale dans la mesure où la population noire était au bas de l'échelle.

Retrouvez les blogs du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.