LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hajer Zarrouk Headshot

La révolution islamiste douce

Publication: Mis à jour:
Imprimer

"Quand vous êtes capable, feignez l'incapacité. Quand vous agissez, feignez l'inactivité. Quand vous êtes proche, feignez l'éloignement. Quand vous êtes loin, feignez la proximité".
Sun Tzu (L'art de la guerre)

Le XXème siècle a été celui des révolutions radicales. L'optique évolutionnaire de l' "homme nouveau" allait de pair avec la volonté drastique et pressante de métamorphose sociétale. Les conduites arbitraires et les terribles dérapages ont eu finalement raison de la plupart des révolutions de ce siècle: certaines sont déjà un souvenir; d'autres s'essoufflent, sapées par les sanctions internationales et le mécontentement populaire.

Face à ce bilan peu probant, les révolutionnaires du XXIème siècle se démarquent de leurs prédécesseurs par la mise en place d'une intelligence politique qu'on pourrait décrire comme flexible et pragmatique. Nul doute que les expériences passées ont servi de laboratoire à la nouvelle génération islamiste qui aspire aujourd'hui à créer l' "homme nouveau" en tenant compte de plusieurs coefficients dont le facteur générationnel, les contraintes nationales et les pressions de la communauté internationale.

La jeunesse: L'enjeu gagnant des islamistes

"Pour la génération actuelle il est trop tard, mais nous aurons leurs enfants". C'est avec ces paroles rassurantes qu'Abdelfattah Mourou s'adressait à son hôte, le téléprédicateur égyptien Wajdi Ghanim, dans une vidéo filmée à leur insu. Ces propos récapitulent à eux seuls la portée stratégique des islamistes. Le simulacre de combat que ceux-ci livrent contre leurs adversaires actuels n'est que les préliminaires d'un challenge beaucoup plus décisif: préparer les générations futures au triomphe de l' "islam" et réussir, par-dessus tout, à établir un islamisme dépassant l'idée de l'éphémère ou - ce qu'on appelle - "l'effet de mode".

Outre les jeunes adultes, la pensée islamiste parvient progressivement à séduire de nombreux Tunisiens pré-pubères et adolescents qui auront l'âge de voter dans quelques années.

A vrai dire, aucun pronostic n'a été mené en Tunisie pour évaluer l'influence idéologique de l'islamisme sur les jeunes générations. Par ailleurs, une récente enquête américaine révèle que la majorité des Tunisiens sont aujourd'hui favorables à l'application de la charia (Pew Research Center, 2009/2012). Ajouté à cela la radicalisation galopante de la jeunesse via la prédication et les nouvelles technologies de la communication, on pourrait d'ores et déjà deviner le degré de popularité dont jouit l'islamisme auprès de ce profil de population.

Au-delà des voix qui présagent la défaite cuisante de l'idéologie islamiste, plusieurs données objectives viennent ainsi conforter la thèse inverse.

L'enjeu suprême des islamistes reste donc les jeunes générations, et c'est en tablant sur cette tranche d'âge qu'ils auront gagné la guerre et éradiqué la conscience séculière jusqu'à la racine. L'extrême organisation des légions islamistes, leur sens de l'écoute, leurs visions révolutionnaires et enthousiastes fascinent, en effet, les adolescents - de nature rebelle - et donnent du fil à retordre au camp adverse. Malgré cela, l'opposition tunisienne est encore dépourvue d'une vision d'avenir et vit au jour le jour. Elle ne voit pas dans le facteur générationnel un terrain de conquête déterminant et se contente de négocier sur le court et le moyen terme.

Le pacte national: Ensemble, je gagnerai

Aujourd'hui, les islamistes font de la démocratie moderne un instrument vers l'ascension au pouvoir. Pragmatiques, ils intègrent habilement le jeu démocratique en créant des alliances et en se soumettant aux lois de la compétition politique. Patients, ils naviguent calmement au gré des fluctuations du contexte national, des tergiversations de l'opinion publique et des revendications de l'opposition.

En somme, les sacrifices doivent être à la hauteur du projet de restauration de l'Etat islamique. Pour ce faire, rien ne presse. Dans la mesure où les islamistes se projettent dans l'avenir, le facteur temps n'a pas de valeur réelle. Bien au contraire, il est la meilleure option pour l'islamisation graduelle de la société et de l'Etat.

Entre-temps, les islamistes excellent dans le maniement d'autres armes comme celle de la diversion: faire éterniser les dialogues, susciter des débats en marge des préoccupations réelles du Tunisien et prolonger les inquiétudes de l'opposition révèlent l'art de maîtriser l'espace public. Les récits d'intégristes obligeant les femmes à porter le voile et les scandales du "Livre noir" servent à détourner l'attention de l'adversaire du véritable point d'attaque. Quant au feuilleton interminable du dialogue national, il sert à distraire les citoyens tout en accroissant leur soumission au surdosage informationnel, source de désorientation et de lassitude.

La stratégie des islamistes consiste à bien comprendre le comportement des opposants pour mieux anticiper leurs réactions. Il est également question d'un pacte national - transitoire - qui unit symboliquement les islamistes aux autres composantes de l'espace public. Qu'il s'agisse de la Troïka, du dialogue national ou bien de l'apparente subordination aux contestations de l'opposition, les islamistes se montrent soucieux de hisser l'unité nationale au-dessus de l'ambition politique.

Sauf que l'histoire ne plaide pas en leur faveur. En 1988, les islamistes ont signé un pacte national à visée démocratique, mais l'ont rapidement rompu suite à l'engagement d'un bras de fer avec le RCD pour l'usurpation du pouvoir. Si le pragmatisme a, depuis, pris la place des vieux procédés, le dessein hégémonique reste de mise.

Le pacte international

Outre leur capacité d'adaptation au contexte national, les islamistes démontrent les mêmes aptitudes à s'adapter aux conjonctures internationales. Des lobbies basés en Europe et principalement aux Etats-Unis œuvrent à redorer l'image de l'islamisme en Occident et à consolider les liens entre les dirigeants islamistes et leurs homologues occidentaux. Primés ou invités par les organisations internationales comme la Chatham House et la puissante AIPAC, certains leaders islamistes tunisiens jouissent d'une forte notoriété auprès de figures influentes. Cette politique étrangère leur procure, en partie, la légitimité requise et une situation de quasi immunité.

Dans un effort de construire des relations cordiales avec l'Occident, les islamistes n'hésitent pas à reculer devant les pressions extérieures concernant des sujets sensibles comme le statut de la femme et la liberté d'expression.

Cette malléabilité dissimule cependant une mécanique redoutable d'expansion internationale car, pour les islamistes, la tolérance du pays d'accueil et le crédit que leur donne la communauté d'origine sont toujours les données les plus importantes. C'est grâce à cette légitimité populaire qu'ils parviennent à s'imposer internationalement et à avoir la "bénédiction" des puissances mondiales. Aussi, l'objet de motivation premier reste l'ascendance idéologique sur la société. Quant aux politiques étrangère et nationale, c'est un jeu qui fait office de vitrine et que les islamistes paraissent maîtriser à la perfection.

Epilogue

En Tunisie, la révolution islamiste est en train de prendre le dessus sur les valeurs républicaines qui régressent à vue d'œil. Au niveau de l'espace public, les unités islamistes parviennent à gaspiller l'énergie de l'adversaire en éparpillant ses efforts, et ce à travers la création de plusieurs points d'assauts imaginaires ou insignifiants. Au niveau idéologique, la pensée islamiste arrive à séduire la masse grâce aux carences pédagogiques de l'élite intellectuelle. En l'absence d'une stratégie claire de la part du camp rival, les islamistes profitent du talon d'Achille de l'opposition pour conquérir le terrain de la jeunesse, cet électorat futur.

En s'assurant de l'estime et de l'adhésion de générations d'électeurs, ils auront peu à peu façonné "l'homme nouveau" et trouvé la clé sésame vers le rétablissement de l'Etat islamique.

Références
Retrouvez les blogs du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.