Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

François Doyon Headshot

Ce qu'on ne vous a jamais dit sur les produits bio

Publication: Mis à jour:
FRUITS VEGGIES
lola1960 via Getty Images
Imprimer

Les aliments biologiques sont très en vogue. Certains en consomment simplement parce qu'ils croient qu'ils sont meilleurs pour la santé et l'environnement, d'autres parce qu'ils croient qu'un acte de consommation est un acte politique pouvant améliorer le monde.

Bien qu'elle soit moins polluante, l'agriculture biologique ne peut pas être considérée comme durable, car elle présente encore bien des aspects négatifs de l'agriculture conventionnelle: pratique de la monoculture, labours qui détruisent la pédofaune et oxydent l'humus des sols, arrosage de pesticides contre les ravageurs. En fait, la principale différence entre l'agriculture biologique et l'agriculture conventionnelle, c'est que ce ne sont pas les mêmes produits qui sont utilisés. Mais est-ce que ça fait vraiment une grosse différence? D'après les études scientifiques, il semblerait que non.

Bio ne veut pas dire sans pesticides

Les agriculteurs biologiques peuvent utiliser certains pesticides s'ils sont d'origine non synthétique. Leur origine naturelle ne signifie pas pour autant qu'ils sont moins dangereux pour les êtres humains. La pyréthrine, un extrait de fleur de chrysanthème toxique (Tanacetum cinerariifolium), est un produit autorisé en agriculture biologique, mais tout de même dangereux:

«La substance est très toxique pour les organismes aquatiques. La substance peut être dangereuse pour l'environnement; une attention particulière doit être accordée aux abeilles.»

Aux États-Unis, l'Environmental Protection Agency classe la pyréthrine parmi les cancérogènes probables chez l'homme. La roténone est un autre insecticide biologique toxique pour les êtres humains. Ce composé est un extrait de la racine du derris (Paraderris elliptica). La roténone cause la maladie de Parkinson chez le rat. Elle peut être utilisée par les agriculteurs biologiques pour lutter contre les pucerons, les thrips et autres insectes sur les fruits. Ses résidus présentent probablement peu de risques pour les humains, mais les pesticides de synthèse avec le même genre de profil toxicologique sont vilipendés par les partisans de l'agriculture biologique. La pyréthrine et la roténone se dégradent rapidement et ses résidus sont négligeables, mais, comme le dit Joe Schwarcz, professeur de chimie à l'Université McGill, c'est aussi le cas pour la plupart des pesticides synthétiques modernes.

«La documentation scientifique ne montre pas de manière assez probante que les aliments biologiques surpassent réellement les aliments traditionnels sur le plan nutritionnel.»

Aucun bénéfice nutritionnel

Il n'a jamais été prouvé que les aliments biologiques sont plus nutritifs. Une méta-analyse de plus de 150 études, publiée en Allemagne en 1997, a montré qu'il n'y a pas de différence significative entre la valeur nutritionnelle des aliments biologiques et ceux issus de l'agriculture conventionnelle . Les résultats de cette méta-analyse sont confirmés par une étude de 2010:

«Il n'y a pas assez de données pour qu'on puisse recommander les légumes biologiques de préférence aux légumes traditionnels.»

Une méta-analyse de 2012 publiée par des chercheurs de l'Université de Stanford confirme celle de 1997:

«La documentation scientifique ne montre pas de manière assez probante que les aliments biologiques surpassent réellement les aliments traditionnels sur le plan nutritionnel.»

De plus, une étude publiée en 2012 par l'Université Aarhus au Danemark conclut que la consommation à long terme d'aliments biologiques ne fait pas une grande différence du point de vue de la santé:

«Les divers traitements alimentaires, composés chacun d'ingrédients issus d'un mode de culture distinct, n'ont entraîné aucune différence significative sur les biomarqueurs de la santé mesurés, sauf pour ce qui est du taux d'immunoglobulines G plasmatiques.»

Oui, mais le goût du bio!

C'est la variété utilisée et le moment de la récolte qui influencent de façon clairement perceptible le goût des fruits et légumes biologiques. En agriculture conventionnelle, on préfère souvent des variétés qui résistent au transport et à l'entreposage, souvent au détriment du goût.

Bref, avant de payer plus cher pour des aliments biologiques ou avant de vous sentir coupable de ne pas être assez riche pour être un bon citoyen (car si «acheter c'est voter», les pauvres n'ont pas les moyens d'être d'aussi bons citoyens que les petits-bourgeois ), n'oubliez pas que l'étiquetage «bio» est avant tout une stratégie de marketing qui se fonde sur l'ignorance des gens.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Close
7 aliments qui ne valent pas la peine d'être achetés bio
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée