LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Fatma Fetouma Headshot

Fi bladi ... au pied du mont Chenoua

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Fi bladi, assise au pied du mont Chenoua, la lagune droit devant et des concitoyens tout autour, j'ai tenté de nous trouver quelques caractéristiques communes... quelques Thawabit idjtima'iya...

À ma droite, deux femmes d'un certain âge, seules, l'une en bikini l'autre en short, allongées sur deux petites chaises longues, elles lisaient un bouquin chacune et interrompaient leurs lectures de temps à autre pour se dire des choses ou se remettre un peu de crème solaire sur le dos et les membres...

À ma gauche, un jeune couple et trois enfants en bas âge. Lui, il portait une gandoura qu'il a enlevée aussitôt arrivé pour rester en maillot, torse nu. Il nageait seul ou s'allongeait sur le sable, seul, le smartphone à la main, ne s'occupant de rien ni de personne.

Elle, elle est venue avec un hidjab noir. Elle est restée avec, elle a nagé avec et elle est repartie avec. Les enfants, faisaient ce qu'ils voulaient, allaient où bon leur semblait et mangeaient ce qu'on leur donnait saupoudré de sable!

Un peu plus loin, un autre couple... sans enfants. Ils étaient restés tout habillés collés l'un à l'autre sur deux petites chaises basses et tenaient à tour de rôle un vieux parasol sans piquet en grignotant sans cesse des petites friandises...

De temps à autre, un couple longeait la plage main dans la main...

Parfois aussi c'était un groupe de jeunes filles suivi de près par un ou plusieurs groupes plus importants de mâles de tous les âges et de tous les accoutrements...

A 13h, deux hommes sans femmes sont arrivés avec une douzaine de gosses. Ils ont planté leur parasol devant tous ceux qui étaient là depuis très tôt le matin et n'ont cessé de courir dans tous les sens derrières leurs mioches qui voulaient nager, jouer du sable, monter à cheval, manger... tous et en tous en même temps!

Une vieille femme s'est approchée à deux reprises de l'eau, pieds nus et la djebba légèrement soulevée pour le plaisir de sentir l'écume des petites vagues lui chatouiller les orteils...

Les maitres nageurs regardaient beaucoup plus du côté des parasols que du côté de la mer complètement démontée et où les enfants barbotaient tout de même...

Des agents de l'ordre patrouillaient sans cesse. Ils interdisaient de jouer au ballon sur la plage. Ils mettaient en garde le propriétaire des chevaux quant à la sécurité des usagers de la plage. Ils le prièrent aussi de ramasser les déjections de ses animaux. Ils semblaient très présents et très ... à cheval!

Bref ... il y avait autant de types d'Algériens qu'il y avait de galets de tailles, de formes et de couleurs différentes sur cette plage !

Mais on était tous là ! Polis par l'eau et marqués, chacun à sa façon, par ... l'usure !

montchenoua

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.