Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Fatma Fetouma Headshot

A propos du Bac, de Mme Benghebrit et de l'introuvable plan B

Publication: Mis à jour:
BENGHEBRIT
DR
Imprimer

Je n'ai jamais été complaisante avec Mme la Ministre de l'Education Nationale. Aujourd'hui encore, je n'éprouve aucune volonté de la SOUTENIR !

Elle n'a pas à être "soutenue" ! Elle ne participe à aucun concours de beauté ou de qualifications, n'entame aucune campagne électorale et ne joue aucun match, amical ou décisif.

C'est une haut fonctionnaire de l'Etat ! Et elle est à la tête du plus délicat et sensible des départements ministériels d'un gouvernement qui NAVIGUE À VUE et maintient le STATU QUO !

De ce fait, elle demeure critiquable et condamnable le cas échéant. Mais je pense que personne ne devrait l'être d'une façon globale ou absolue !

Et lorsqu'il est question de l'affaire du Bac 2016, je ne vois pas pourquoi lui ressortir les dossiers de la Réforme, de la Langue ou encore, celui des contractuels ! Soyons pragmatiques et débarrassons-nous des sensibilités épicritiques !

En tant que témoin oculaire, j'atteste solennellement que l'organisation du Bac cette année a été la plus RIGOUREUSE des 20 dernières années ! Plusieurs directives reçues par les chefs de centres d'examen étaient nouvelles, strictes et intransigeantes.

Contre toute attente, les centres ont été dotés à la dernière minute de brouilleurs de téléphones et autres gadgets électroniques; le nombre des surveillants est passé de trois à quatre par salle d'examen et pour une vingtaine de candidats; les candidats absents devaient avoir des copies co-signées des quatre surveillants et ceux qui remettaient des copies blanches devaient le déclarer sur leurs copies; les professeurs surveillants ne devaient garder durant l'examen AUCUN sujet traité par les candidats; les descentes des candidats aux sanitaires devaient être limitées et farouchement escortées; aucun candidat ni surveillant ne devait quitter le centre avant la moitié du temps reparti; aucun candidat retardataire ne devait être admis... Cette dernière directive a d'ailleurs fait couler beaucoup d'encre, de salive et de sang paraît-il !

Il y avait donc bel et bien une franche volonté de préserver (ou de restituer) la crédibilité de cet examen!

Seulement, si Madame ne pouvait s'assurer personnellement et répondre de l'intégrité, de l'honnêteté et de la probité de chacun des encadreurs de l'examen, elle devait être aussi stricte et intransigeante à tous les niveaux de son organisation ( conception des sujets, impression, cheminement et distribution).

Elle devait AUSSI...SURTOUT... prévoir un plan B à mettre en place dès la "fuite" du premier sujet !

Car, ayons au moins le courage de l'avouer... On est à mille lieues du professionnalisme qui permet par exemple aux correcteurs du même examen dans plusieurs pays du monde d'accomplir leur tâche allègrement dans un bois ou au bord de la mer....

LIRE AUSSI: Fuites de sujets du bac: 200 comptes Facebook identifiés, la décision du gouvernement sera prochainement annoncée

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.