LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Fatiha Daoudi Headshot

La triche comme modèle de vie?

Publication: Mis à jour:
CHEATING EXAM
mediaphotos
Imprimer

ÉDUCATION - Si les vidéos qui circulent actuellement sur internet sont véridiques, le Maroc n'est assurément pas sur de bons rails. Voir et entendre des groupes de candidats au baccalauréat revendiquer haut et fort leur triche à l'examen est inquiétant pour l'avenir de ce pays. Car la triche qui doit être une exception en devient presque la règle.

Le plus dramatique est que ces candidats parlent de leur triche sans honte et en font même une source de blagues et rient à gorge déployée en la dévoilant. Certains d'entre eux vont jusqu'à reprocher aux surveillants les différentes entraves à la triche!

La plupart d'entre eux pensent sérieusement que la réussite au baccalauréat n'est aucunement liée à un travail sérieux et à la révision de ses cours. Il est clair que le travail et le sérieux ne font pas partie de leurs références. Un des candidats a même été jusqu'à dire qu'il trichait pour obtenir le bac et ainsi faire plaisir à sa mère. Il ne semblait pas concevoir la possibilité de lui faire le même plaisir par son sérieux et sa persévérance dans ses études.

Mais qu'est-il arrivé aux Marocains pour qu'ils érigent la triche comme mode de vie? La raison est-elle un enseignement défaillant où l'éducation au civisme est inexistante et le copier/coller non pénalisé et par conséquent encouragé?

Est-ce dû au fait qu'ils n'ont plus que rarement des exemples de probité et de sérieux chez les responsables de ce pays qui en plus échappent à toute pénalité? Est-ce dû à la généralisation ou presque de la triche dans tout travail?

Cette propension à la triche à différents niveaux et celle des jeunes en particulier doit être rapidement prise au sérieux car ces futurs adultes seront de cette manière prêts à tous les dépassements qui mèneront le pays à la dérive.

Il fut un temps, pas si lointain, où la triche aux examens était une honte et la preuve d'une défaillance personnelle et le tricheur était considéré presque comme un paria.

Et ce n'est pas en renforçant la surveillance aux examens ou en promulguant une loi privative de liberté pour le candidat tricheur que l'on réglera cette dérive mais c'est bien en renforçant son éducation aux valeurs de civisme et de l'éthique. Par ailleurs et en attendant, le priver de repasser le même examen pendant une longue durée semble être une meilleure solution.

Cette solution réhabilitera vraisemblablement le travail sérieux et honnête et viendra à bout de la triche comme mode de vie même si malheureusement, en attendant, toute une génération pour ne pas dire plusieurs, sera déjà formatée à la triche.

LIRE AUSSI: