LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Fatiha Daoudi Headshot

La corniche du Bouregreg à Rabat ou l'incitation à la saleté

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SALETÉ - Si vous habitez la ville de Rabat ou si vous y êtes de passage et qu'il vous prend une subite envie de vous détendre en respirant un bol d'air iodé, allez donc vous promener sur la corniche du Bouregreg!

À l'origine, ce projet initié par l'agence du même nom avait pour but la structuration de cette partie de la côte rbatie afin d'en faire un lieu de loisir et de détente. Le lieu est apprécié et connait une forte fréquentation. Lors d'une récente visite, à propos d'air iodé, j'ai surtout humé toute une variété de mauvaises odeurs allant de la pollution de l'océan en passant par celle des ordures jetées tout le long de la corniche et en finissant par le relent ammoniaqué des urines avec lesquelles des individus arrosent les murets qui la bordent.

Je passe sous silence la couleur noire des allées qui en fait n'est pas une exclusivité puisqu'on peut la retrouver sur presque tous les trottoirs et les rues de la ville et qui me laisse perplexe pour ne pas dire atterrée! Comment est-on arrivé à ce degré de saleté? J'avoue que je ne trouve pas de réponse à cette question qui, pour moi, est en train de devenir métaphysique tant il est vrai que les parcours de la ville n'ont viré au noir que récemment.

Est-ce dû à l'état défectueux et poreux des trottoirs et en général des rues ou tout simplement au manque d'entretien de la propreté par les communes? Il est vrai que l'état actuel de saleté nécessite plus qu'un simple entretien. Il exige l'utilisation de machines nettoyeuses à forte pression dans un premier temps et probablement plusieurs fois. À voir la persistance du manque de propreté, il y a lieu de se demander si ces machines, radicales pour venir à bout de la crasse, sont si onéreuses qu'elles ne peuvent entrer dans aucune rubrique budgétaire des communes?

Il est vrai aussi que cet état de choses est dû en grande partie au manque de civisme de la population mais pour revenir à la corniche du Bouregreg et en supposant que ceux qui la fréquentent se transforment par un coup de baguette magique en modèles de propreté, ils ne trouveront, tout le long, aucune poubelle pour y jeter leurs détritus! N'est-ce pas là une incitation à la saleté? L'éducation à la propreté n'a pas de prix quitte à mettre une poubelle à côté de chaque Marocain!

Toujours est-il qu'en l'état actuel de la corniche, je vous recommande de ne pas vous y précipiter en cas de besoin pressant d'air iodé car vous allez surtout vous boucher le nez! Allez le chercher ailleurs en attendant que la propreté des lieux publics soit évaluée et que ceux qui en sont responsables soient interpelés.

LIRE AUSSI: