LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Fatiha Daoudi Headshot

Allergie au 8 mars et suggestions

Publication: Mis à jour:
WOMEN MOROCCO
Stringer . / Reuters
Imprimer

SOCIÉTÉ - A chaque approche du 8 mars, journée internationale de la femme, plusieurs manifestations ont lieu partout au Maroc. Donc, ce jour-là, la Marocaine est célébrée alors que l'année comporte 365 jours au cours desquels elle existe pleinement et vaque à toutes ses occupations.

Ces manifestations sont retransmises sur les chaînes nationales qui comme chaque année découvrent ébahies que des femmes mécaniciens, bouchers, chauffeurs de taxis existent et que même elles font bien leur travail! Oui, oui, sérieusement!

Autant vous dire tout de suite que cette célébration m'indispose grandement car tout d'abord la femme n'est pas une race en voie de disparition que l'on doit protéger mais la moitié de la population mondiale dont la contribution à la marche de la vie quotidienne est aussi structurante que celle de l'homme qui lui est célébré toute l'année.

Il me semble qu'il est grand temps que le rôle des Marocaines soit définitivement reconnu non pas en leur offrant des roses et des chocolats le 8 mars mais en respectant leurs droits au quotidien et en reconnaissant leur contribution à l'économie du pays par leur travail aussi bien hors du foyer qu'à l'intérieur car elles assurent les conditions permettant à leurs époux d'être des acteurs dans la société et à leurs enfants de se former pour le devenir dans le futur.

Il est temps aussi de reconnaître que le Maroc vit une mutation sociétale par laquelle la femme n'est plus protégée par sa famille comme avant mais qu'elle contribue à sa pitance et est parfois chef de ménage à cause du chômage de son conjoint ou de son absence.

A l'aune de cette mutation, les lois qui les discriminent et qui restent nombreuses doivent être reformulées afin de leur éviter les violences psychologiques qu'elles véhiculent.

Toujours à l'aune de la mutation de la société marocaine, revoir la représentativité des femmes dans la sphère publique afin que les partis politiques et les syndicats arrêtent de présenter des femmes comme des décors pour avoir droit aux subventions et qu'au gouvernement on arrête de leur servir des strapontins!

Allez, j'arrête là en espérant que je n'aurais pas à me répéter le 8 mars de l'année prochaine !

LIRE AUSSI: