LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farouk Ben Ammar Headshot

Municipales La Marsa: Quand des partis politiques veulent discréditer les listes indépendantes

Publication: Mis à jour:
TUNISIA ELECTION WALL
LIONEL BONAVENTURE/AFP/Getty Images
Imprimer

Dans plusieurs communes, comme à la Marsa, les listes de candidats aux élections municipales et en particulier les têtes de ces listes sont plus ou moins connues. En particulier les listes qui se veulent indépendantes et qui œuvrent pour le demeurer.

Les listes indépendantes ont actuellement le vent en poupe, et sont soutenues par une large frange de la population qui repose des espoirs sur elles, et qui peuvent coiffer au poteau les listes partisanes.

Un résultat tout à fait naturel pour des citoyens déçus et déboutés par les partis de la place, avec leurs surenchères politiques, leur langue de bois et leurs promesses électorales envolées.

Les partis politiques, du moins ceux qui ont la réalité du pouvoir, bien que dilué, ne peuvent tolérer ces indépendants, qui représentent de sérieux rivaux, dans la course électorale.

Que faire pour les discréditer, avant le lancement officiel de la campagne électorale, des élections déjà reportées pour 2018?

Il existe une solution on-ne-peut-plus simple: ternir l'image des candidats indépendants et ébranler leur assurance, surtout les plus médiatisés, en leur intentant des procès d'intention!

Seulement les partis politiques peuvent s'offrir de tels procès assez coûteux, et relayés par la petite presse le tour est presque joué!

La Marsa: Un procès d'intention contre un indépendant

Le 22 Août 2017, de petites escarmouches, ont déjà eu lieu entre une élue de l'ARP, et sept conseillers municipaux provisoires, au cours d'une réunion régulière et lors de laquelle l'élue a fait intrusion sans y être invitée pour orienter le débat et transformer la séance de travail en une précampagne électorale.

Outrés par cette inconduite, les dits conseillers ont adressé, le 23 Août 2017, une lettre de protestation au président de l'ARP y dénonçant les agissements de l'élue l'accusant d'abuser de son statut de parlementaire.

Le 9 septembre 2017, ladite représentante du peuple a fait savoir de son intention de traîner en justice un candidat indépendant, qui s'était par ailleurs rangé du côté des conseillers, juste après une émission transmise sur une chaîne locale lors de laquelle ce même futur candidat avait fait part de son intention de se présenter aux élections municipales, un candidat indépendant qui représente un adversaire de taille, l'accusant essentiellement d'avoir entamé précocement sa campagne électorale.

Et d'ajouter, qu'avec l'aide d'associations locales, ce citoyen a déjà formé un vivier de compétences dans lequel il peut puiser pour composer une liste de candidats pour les élections municipales à venir.

Il se trouve aussi que c'est la seule liste qui serait prête dans les délais fixés... soit des adversaires électoraux indépendants ayant une longueur d'avance sur plusieurs partis politiques et bénéficiant d'une impressionnante force de pénétration.

Comme on le sait tous, les candidats indépendants, doivent déjà faire face à des adversaires politisés tapis dans des réservoirs institutionnels, les devançant sur le terrain médiatique qui leur est partiellement acquis et dotés de ressources financières et humaines importantes.

C'est David contre Goliath!

À ce titre, j'exhorte le citoyen à être lucide et de ne pas se prêter aux jeux démocratiquement macabres du personnel politique, dont le comportement défie toute éthique politique, s'il y en a une!

Aujourd'hui, le tunisien est fort heureusement en perpétuel état d'éveil intellectuel pour assimiler les grands enjeux d'une démocratie naissante et défaire les tristes desseins d'une minorité politique qui pourrait manipuler cette démocratie pour servir ses propres intérêts.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.