LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farouk Ben Ammar Headshot

La Tunisie peut éviter la faillite

Publication: Mis à jour:
FAILLITE
DR
Imprimer

Dernièrement, le personnel politique et les experts se plaisent à annoncer l'apocalypse à longueur d'articles de presse et sur les plateaux télévisés.

Par ailleurs, le gouvernement en place n'a pas fait mystère des difficultés qui attendent le pays.

Mais, ces discours engendreraient des frustrations et des tensions sociales à côté desquelles les difficultés du pays sembleront joyeuses.

Déficits et dettes publiques: les temps sont graves

Le déficit budgétaire aurait atteint en 2015 les 4,8%, et s'est creusé en 2016 atteignant les 5,7%.

En rappelant que le seuil admissible internationalement est de 3% du PIB: Techniquement la Tunisie est en faillite!

Pour 2015, la BCT (Banque Centrale de Tunisie) misait sur une réduction du déficit à 5.4% du PIB, en ayant recours aux emprunts, abstraction faite de la dette.

2017-02-23-1487851336-533990-SAUVERLATUNISIE.jpg

La dette publique connait une galopade effrénée, alors que le déficit public fluctue au gré des prêts contractés auprès de certains bailleurs de fonds et des aides que certains États mécènes daignent consentir au pays.

À la vue de la crise économique sévissant en Europe et qui ne ferait qu'empirer avec la nouvelle politique protectionniste de Washington, on doit appréhender des temps des plus difficiles.

Comment s'en sortir?

Ne prétendant aucunement être un autre "Expert", j'avais succinctement présenté, dans de précédents articles, quelques idées simples à développer et dont certaines sont en application.

Il s'agit essentiellement d'actions ponctuelles, pouvant évoluer en des politiques structurelles:

  1. Renégocier vers la hausse les revenus provenant des grandes concessions d'exploitation (Énergie, Transport, Agriculture, etc..) accordées à des multinationales étrangères, voire en nationaliser les filiales qui vampirisent le pays.
  2. Émettre des Bons du Trésor, à la limite peu ou non rémunérés comme il a été fait au début de l'indépendance, voire lancer des emprunts obligataires garantis par l'État pour limiter le recours aux crédits et les emprunts de l'étranger.
  3. Négocier et Arrêter un programme d'austérité en concertation avec tous les partenaires sociaux et économiques. Avec, en option, le faire adopter par VOIE RÉFÉRENDAIRE pour s'assurer l'adhésion de la majorité des tunisiens : Un bon exercice de démocratie directe.
  4. Développer un système de fiscalité juste et équitable, voire régionalisé, où le riche paie pour le pauvre, pour renflouer les caisses de l'État et réduire les différences entre les régions.
  5. Réduire les importations de produits de luxe, et particulièrement les automobiles, les produits alimentaires et de beauté pour favoriser les placements dans les marchés financiers étrangers.

A titre indicatif, en 2014, l'État a permis aux concessionnaires automobiles d'importer 53.000 véhicules neufs, d'une valeur globale avoisinant les 1.800 millions TND.

Une partie de ces montants pharaoniques en devises, placés dans des marchés financiers, pourraient rapporter à l'État annuellement des dizaines de millions de TND.

Acheter de l'Or: Une alternative à considérer!

Compte tenu de la conjoncture économique exceptionnellement difficile que traverse le pays, la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a exhorté, en mars 2014, les bijoutiers tunisiens à faire preuve de professionnalisme et de réalisme et à honorer leurs engagements.

L'institut d'émission a souligné que plusieurs réunions ont été organisées avec les bijoutiers, lesquelles ont été couronnées par trois accords.

Ces accords permettraient la simplification des procédures d'achat et de vente de l'or, de fixer les prix en se référant aux cours mondiaux de l'or et de recourir à l'importation en cas de besoin.

La BCT envisagerait d'encourager les Tunisiens à déposer une partie de l'or physique qu'ils conservent chez eux dans les banques, pour aider à financer les projets et éviter les prêts des bailleurs de fonds et surtout stabiliser la monnaie nationale et dépendre moins du dollars US et de l'Euro européen.

...Car déposer son or à la banque signifierait que cet or sera éventuellement revendu en bourse...

Dans une course effrénée (voir ici-bas) pour acheter de l'or, les cours vont croissants, et la Tunisie pourrait en revendre au prix fort et ainsi s'autofinancer, sans toutefois la nécessité de le déplacer!

Selon des sources fiables, en août 2011, la BCT détenait 6.8 tonnes de ce précieux métal. Si les banques détiennent une moyenne de 10% de l'or du pays, la quantité de l'or que détiendraient physiquement les Tunisiens seraient de l'ordre de 68 tonnes ...des centaines de milliards!

La réserve fédérale des USA détient plus de 8.000 tonnes d'or soit la plus grande part des réserves d'or mondiales estimées à 30.000 tonnes.

La Federal Bank est suivie par la Banque Centrale d'Allemagne, du FMI et de la Banque de France.

Mais vu la conjoncture actuelle, la Chine pourrait devancer les USA et devenir d'ici quelques années le plus grand détenteur d'or dans le monde: Une puissante arme stratégique pour lutter contre l'hégémonie du Dollars US (voir ici-bas).

La Ruée vers l'Or des grandes puissances économiques

La Banque de France, l'équivalent de notre BCT, songerait à reprendre son activité de prêt d'or.

Bien que: "...les objectifs de la banque, sur le marché de l'or, sont tout simplement l'allocation d'actifs en devises étrangères et les profits ordinaires pouvant être réalisés sur des transactions, plutôt que d'intervenir sur les marchés des devises ou de l'or..." lit-on dans un journal français spécialisé.

Et d'ajouter "...Les risques liés à l'eurozone et à l'endettement des pays européens devraient continuer d'attirer les investisseurs sur le métal jaune....".

Depuis la crise financière de 2008, certains pays croient au paradigme "celui qui possède l'or fait la loi".

Ainsi la Chine et la Russie se sont lancées dans une course effrénée pour remplir leurs réserves en or. La guerre de l'or que se livrent l'Est et l'Ouest est lancée.

Depuis la conférence de Bretton Woods en 1944, les USA font tout pour décourager les pays à détenir de l'or comme réserves monétaires et les pousser à choisir le USD, alors que ces mêmes USA gardent 71.7% de leurs réserves de change en or et sont le deuxième plus gros détenteur de réserves d'or au monde depuis la création de l'Union européenne.

En effet, les USA craignent une crise majeure dans le système monétaire international, qui causerait une vente massive du dollar US, et conséquemment une baisse aussi massive de son taux de change: Un pari que s'était donné la Chine!

Une accélération des achats d'or par les banques centrales et fonds souverains est à prévoir.

Ceci va entraîner une hausse rapide du prix de l'or. L'Euro en crise, cette hausse ne s'arrêtera qu'avec l'arrivée d'un nouveau système monétaire international.

D'où l'encouragement de la BCT aux bijoutiers d'importer de l'or et dans une phase ultérieure encourager le citoyen d'en acheter et d'en déposer, éventuellement, une partie dans les coffres de la banque pour le revendre au besoin.

C'est à la pléthore d'économistes et d'experts des finances, de s'atteler à la tâche pour peaufiner ces bribes d'idées et d'explorer une myriade d'autres solutions, au lieu d'endetter à tort ou à raison le pays et d'hypothéquer l'avenir de ses enfants au risque de perdre notre souveraineté.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.