Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farhat Othman Headshot

Ramadan 2016 sera-t-il enfin le mois des libertés et de la foi véritable?

Publication: Mis à jour:
RAMADAN TUNISIA
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Ramadan sera là en début de semaine prochaine. Alors, ce mois sacré du jeûne sera-t-il ce qu'il devait être depuis longtemps et ce qu'il est en islam authentique: le mois des libertés et de foi véritable et non de la violation des droits du fidèle et de l'hypocrisie pour une faussé piété?

Jeûner ou ne pas jeûner y serait-il enfin affaire privée qui ne regarde que le fidèle? Aurait-on encore à se cacher si l'on ne jeûne pas? Et serait-on plutôt encouragé à ne pas s'afficher quand on jeûne ainsi que le recommande l'islam véritable?

En effet, l'islam pur garantit la liberté de chacun et il n'y est nulle obligation absolue de jeûner, surtout pas sous la contrainte, si l'on sait lire correctement les préceptes islamiques et bien les interpréter.

L'islam n'oblige pas à jeûner contre son gré

En islam des origines, c'est à celui qui fait le ramadan en vrai musulman qui doit se cacher et non celui qui ne le fait pas. C'est parce qu'il le fait pour Dieu seul qui le voit et non pour les humains dont le comportement ne regarde que leur créateur.

Aussi, la volonté de celui qui jeûne doit être réelle et son intention pure pour que Dieu accepte son jeûne. De plus, il se doit de supporter non seulement l'épreuve de la faim et de la soif, mais aussi et surtout celle de voir son prochain qui n'a pas sa foi ne pas jeûner devant lui, boire et manger. Car cela est de nature à fortifier la foi sincère et la magnifier.

S'il a une telle foi sincère, le fidèle doit être en mesure de résister à la tentation de reprocher à celui qui ne jeûne pas de ne pas le faire, puisque c'est Dieu seul qui guide ou ne guide pas, tout autant que de ne pas faire comme lui. C'est ainsi que Dieu met à l'épreuve les vrais fidèles!

Et l'épreuve est nécessaire pour être capable de Dieu, comme disent les soufis.

Alors, cette année en Tunisie, fera-t-on ramadan pour Dieu et lui seul ou pour se montrer, jouer la comédie de la piété et bien pis, servir l'intégrisme, affiché ou occulte, ce terrorisme mental qu'il importe de combattre plus que jamais?

Un test pour le prétendu changement d'Ennahdha

Le parti islamiste a prétendu avoir changé et adhérer aux valeurs de l'État civil; c'est le moment le plus indiqué pour montrer que c'est bien vrai et non de la pure esbroufe. Ce serait du pur vice même, à la veille du mois sacré et durant ramadan, de pratiquer la tromperie de la sorte. Or, on a déjà appelé le parti et son chef à être sincères dans leur foi, ne pas l'instrumentaliser politiquement pour un commerce honteux de la religion.

Déjà en 2014 puis en 2015, on a exhorté l'un et l'autre à faire montre de responsabilité tout autant que de foi véritable en bannissant les manifestations intégristes anti-islamiques qui continuent à défigurer notre belle religion tolérante et libertaire. C'est bien en vain qu'on a invité à un mois du jeûne qui soit authentique et non d'ostentation, de pur commerce et de tromperie sur la foi.

Ramadan doit enfin être le mois des libertés!

Que les textes obsolètes qui restreignent le commerce soient ignorés et même solennellement abolis : les commerces, notamment les cafés et restaurants, doivent pouvoir ouvrir en tout lieu de la République pour qui le souhaite. L'économie du pays ne supportera plus une stagnation supplémentaire, le commerce et la vie ne doivent pas s'arrêter de jour en ce mois de ramadan pour qui ne jeûne pas, ayant en islam le parfait droit de ne pas jeûner.

L'alcool peut être vendu et consommé durant ramadan

Bien mieux, cette année, le commerce d'alcool et sa boisson ne doivent plus être interdits; car la notion du sacré en islam -- qui est morale et non matérielle -- ne le prohibe point, le commerce et la liberté y étant tout autant sacrés ! Et ce outre le fait que l'alcool n'y est pas illicite en tant que tel.

Rappelons-nous donc comment le prophète lui-même s'est vu présenter un verre de vin par l'ange Gabriel!

Si l'alcool était interdit en islam, l'archange ne l'aurait ni touché ni proposé au prophète, non?

Au vrai, ce n'est pas l'alcool qui est interdit en islam, mais l'ivresse; or, en interdisant commerce et consommation d'alcool, on encourage sans nous en rendre compte à l'ivresse, car il est bien connu que l'interdit encourage les gens à le contourner.

On doit donc arrêter de défigurer l'islam en interdisant ce qu'il n'interdit point; on sera alors patriotes, contribuant à servir notre économie sinistrée tout en nous montrant de vrais pieux et responsables, arrivant même à diminuer l'ivresse en ne s'opposant pas, pour qui ne peut s'empêcher de boire, à la consommation d'un verre ou deux, étant licites, mais en le dissuadant d'en boire trois, car c'est l'ivresse et c'est ce qui est illicite.

On arrivera bien mieux ainsi à limiter l'alcoolisme en conformité avec notre religion. Et c'est ce que devrait faire Ennahdha si cette formation politique veut vraiment attester de ses velléités démocratiques. Qu'elle ose le démontrer à l'occasion de ce ramadan 2016!

Que Nahdha répudie aussi la vision oculaire!

Et que le parti se voulant moderniste désormais commence aussi par rompre avec cette caricature insensée de notre religion qu'est la vision oculaire pour décider du début de ramadan. Car une telle antiquité nie toute scientificité à notre religion; or, il n'est nulle foi qui ait autant magnifié la raison et qui soit aussi rationnelle que l'islam. Pourquoi l'avilir de la sorte?

Il est temps donc d'arrêter de nous comporter comme nos ancêtres qui ne disposaient pas de ce dont sont suffisamment outillés nos savants pour dire quel est le jour exact astronomiquement du début de ramadan. Sinon, on ne fera qu'encourager l'obscurantisme!

L'islam est-il obscurantiste? Est-ce la vision qu'en a Ennahdha après son dixième congrès?

Certes, on nous sortira encore et toujours ce prétexte pour ne rien faire qu'est la rengaine éculée du conservatisme social; or, on l'a démontré : si conservatisme il y a, il ne s'agit que de celui des élites et d'une minorité dogmatique que les responsables partisans instrumentalisent.

Le peuple est loin d'être conservateur dans sa majorité; il a d'ailleurs bien accepté du temps de Burguiba que le début de ramadan soit annoncé longtemps à l'avance de manière scientifique. Il en tirait même un motif de fierté à l'égard des Arabes et musulmans des autres pays. Renouons donc avec le meilleur de Bourguiba en prolongement du retour à bon droit de sa statue à Tunis!

Pour un ramadan de piété véritable!

Toutes les bonnes volontés en Tunisie attendent donc qu'Ennahdha confirme avoir bien changé et le démontre concrètement sur le terrain des faits tout en arrêtant sa jonglerie où elle ne fait, au mieux, que se montrer loufoque. Ce qui ne lui est plus permis, car voici venu le temps de l'action honnête et éthique tenant compte de l'esprit et de la lettre de notre religion qui fut une foi des Lumières avant la lettre.

En Tunisie, plus que jamais, l'islam doit être scientifique et universaliste; il est temps de le démontrer en faisant du ramadan de cette année le mois des libertés. Et c'est cela la vraie piété islamique, traduisant une foi sincère, non affectée!

Si Ennahdha dit vrai quand il prétend avoir changé, si ses dirigeants ont vraiment adhéré à la démocratie et à l'État civil, cela suppose qu'ils démontrent avoir recouvré leur raison dans la juste appréhension de l'islam, en général, et de l'islam tunisien en particulier.

Aussi, doit-on le vérifier de visu durant ramadan en laissant libres les gens de vivre leur foi ainsi que le leur permet leur religion. On doit également en avoir une idée dès avant ramadan avec la détermination de la date du début du mois du jeûne par la répudiation de l'antédiluvienne vision oculaire.

Il serait judicieux aussi, à cette occasion, que toutes les autorités officielles évitent de s'afficher comme d'habitude en ce mois, car le peuple n'est pas dupe de tout affichage trompeur. La religion est affaire privée et elle ne doit pas dépasser le cercle privatif de chacun. Que l'État en donne donc l'exemple!

Le fidèle musulman vrai est celui qui pratique en toute discrétion sa foi, tout affichage de la piété étant prohibé, car pouvant être trompeur en politique; et puis, il importe de sortir la religion de la sphère publique. Ce ramadan est une occasion pour le démontrer en s'absentant de se monter et d'instrumenter ainsi la foi.

Voilà la foi islamique authentique!

Alors peut-on rêver d'un ramadan 2016 en un mois des libertés, un ramadan modèle du genre?

Assurément oui si - et seulement si - Ennahdha a vraiment changé comme il le prétend. Nous en aurons bien vite la preuve dans un sens ou dans l'autre!

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.