LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farhat Othman Headshot

Pour un ramadan 2015 des libertés: Arrêtons de défigurer l'islam !

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Ramadan, cette année, est prévu pour la deuxième quinzaine de juin. Il doit être enfin celui de la vraie foi. Ce qui veut dire qu'il sera libre de jeûner ou non en public, car la liberté est l'essence de l'islam.

Cela doit se traduire par l'abstention des autorités et des troupes zélées se prétendant défendre l'islam de gêner en quoi que ce soit une telle liberté pour ceux qui ne font pas le ramadan sans les obliger à se cacher.

Cela doit aussi concerner la liberté totale du commerce avec l'ouverture des cafés et restaurants de jour outre la vente d'alcool qui, contrairement à un mythe répandu, n'est point interdit, seule l'ivresse l'étant en islam.

Pour l'État civil

Le gouvernement doit donner les instructions à ses autorités pour renouer avec une bonne pratique de l'ère de Bourguiba, oubliée avec ces apparences trompeuses d'une religiosité qui n'est qu'un intégrisme suicidaire.

Il est temps qu'il se conforme à la Constitution prévoyant l'État civil. Qu'il veille donc à faire respecter la religion véritable, non celle que l'on caricature, afin que le mois du jeûne ne soit plus l'occasion des excès, alimentaires et éthiques!

Le vrai ramadan doit être l'occasion de s'abstenir du moindre excès, surtout en termes de tromperies, de contrariétés au libre commerce et de contraintes apportées à la liberté du fidèle de jeûner ou non publiquement en toute liberté.

Que les minoritaires activistes qui prétendent être majoritaires soient donc rappelés à leur devoir de respect du vrai islam, celui des libertés de tout un chacun qui ne rend compte dans sa vie privée qu'à Dieu, nulle église ou synagogue n'existant en islam!

Que M. Ghannouchi, qui se targue de pratiquer un islam modéré et démocratique, se prononce enfin en ce sens; qu'il rappelle solennellement que le ramadan n'interdit ni le droit du Musulman de ne pas jeûner en public ni le commerce d'alcool!

Jeûner, c'est abstenir de violer la tolérance de l'islam

Il est temps de mettre bas les masques et de sortir d'une duplicité politicienne qui n'a plus rien d'utile. Cette duplicité, qui est le fait des modernistes et des traditionalistes, part de l"hypothèse que notre société est conservatrice, ce qui est absolument faux.

Le Tunisien est libertaire, épris de liberté et d'originalité qui l'amène à être non conformiste. Il n'est nullement conservateur; faisant juste semblant pour se prémunir des rigueurs d'un ordre juridique contraignant, des exactions des autorités.

Celles-ci cherchent à canaliser l'élan populaire de liberté par son dispositif répressif qu'elles prétendent, pour en justifier le maintien, être de source religieuse. En cela, on n'invente rien, Ibn Khaldoun ayant déjà signalé cette récurrence de politique publique pour contrôler les Arabes anarchistes dans l'âme.

Or, personne n'a le droit d'obliger le croyant à jeûner s'il ne le souhaite pas et que cela soit en public ou en privé; car l'islam refuse la moindre ostentation, aussi bien dans la piété que dans l'impiété et surtout dans la piété, sinon elle est impiété.

Il n'est nulle obligation absolue de jeûner en islam

Comment s'autorise-t-on à obliger le fidèle à jeûner quand Dieu lui-même lui donne nombre de moyens de ne pas le faire?

En islam, le croyant est libre de ne pas jeûner. Contraindre le jeûne en public est également contraire à l'islam, même si on ne le fait qu'indirectement en fermant cafés et restaurants en journée.

Outre une telle violation de l'esprit et de la lettre de notre foi tolérante, c'est un non-sens puisque jeûner c'est faire l'effort de résister aux tentations en plus de l'acte de piété. Or, comment le démontrer si on élimine la moindre tentation, fermant les commerces, forçant les gens qui ne jeûnent pas à le faire en cachette?

C'est une conception anti-islamique ne traduisant rien de l'esprit de liberté de notre religion respectueuse de l'altérité, tolérante et démocratique. Il est donc temps de rectifier cette fausse lecture de l'islam, marquée par la tradition judéo-chrétienne abandonnée pourtant par les siens.

Interdire de boire l'alcool est contraire à l'islam

Une minorité embrigadée cherche à imposer sa dictature morale à la société, alors que la majorité du peuple tunisien croit à un ramadan des libertés. Les autorités doivent protéger sa foi éminemment tolérante du danger de daéchisation qui la menace.

Notre peuple est hédoniste; il ne fait juste que se protéger de l'environnement contraignant en jouant à ce que Jean Duvignaud appelait "jeu du je", une ruse pour vivre et assouvir clandestinement la passion des libertés par des libertés interstitielles vécues en mode informel, underground, tolérées par l'ordre officiel tant que cela ne perturbe pas trop son autorité de façade.

On le voit avec la consommation d'alcool qui est bien répandue chez un peuple qui se dit par ailleurs attaché à sa religion. C'est qu'il sait instinctivement que l'islam n'interdit pas de boire l'alcool, mais l'ivresse et surtout pour la prière.

Aussi, interdire de le boire est une violation de notre religion et il est temps d'abolir ces restrictions contraires à l'islam.

Contrarier la vente d'alcool le vendredi et durant ramadan est anti-islamique

Il en va de même pour les diverses contrariétés au commerce d'alcool; elles se font en violation de l'islam, non en respect de ses vrais préceptes qui sont pour la liberté, l'islam protégeant le commerce.

Prétendre restreindre ce commerce le vendredi ou durant le mois de ramadan, c'est violer l'islam au nom d'une conception du sacré qui n'a rien d'islamique, le sacré en islam étant moral et non matériel.

En interdisant une activité protégée au nom des apparences, cela revient à faire de ce sacré illégitime une idole qu'on adore; or, il n'est plus d'idoles en islam!

Rappelons à ceux qui prétendent, sur la foi de hadiths inauthentiques, que toucher de l'alcool serait interdit, que l'ange Gabriel lui-même l'a touché quand il a proposé au prophète lors du Voyage nocturne deux verres, l'un contenant du lait et l'autre de l'alcool.

Close
Le ramadan dans le monde
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Arrêtons de défigurer notre religion pour ne plus en être honteux!

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.