Huffpost Maghreb mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farhat Othman Headshot

Non, M. Jerandi, Daech et Israël ne sont pas la même chose

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'ancien ministre des Affaires étrangères Othman Jerandi a osé dire ce que taisent peut-être pas mal d'islamistes se présentant pourtant comme des modérés et des démocrates .

"Daech et Israël sont la même chose", a-t-il ainsi affirmé à la Conférence internationale sur le suivi de la situation politique et juridique palestinienne se tenant ce mardi 30 septembre en Tunisie.

Organisée par le Centre d'études stratégiques sur le Maghreb sous le patronage de la Présidence de la République, cette conférence se donnait pour objectif de faire la lumière sur l'agression israélienne. À écouter M. Jerandi, ce sont des ombres qu'elle jette plutôt sur la réalité!

En effet, s'il y a probablement accointance entre les hérétiques de Daech et l'État hébreu ne manquant aucune occasion pour diviser davantage les Arabes et les musulmans, on ne peut pas les mettre sur le même plan. Sauf à manquer de lucidité ou à pratiquer l'amalgame.

Peut-on, en effet, mettre sur le même plan des bandits de grand chemin, criminels sans foi ni loi, et un régime de droit, même s'il use des méthodes de voyous, du fait d'une équipe politique élue démocratiquement, dont on peut se défaire démocratiquement et à laquelle on peut demander des comptes?

Par ailleurs, nous avons d'un côté une mystification d'État sans la moindre légalité internationale, alors que de l'autre on a un État légalement constitué.

Certes, cet État abuse du droit international en refusant l'existence à son frère jumeau monozygote palestinien, mais cela ne permet pas de contester sa réalité juridique sauf à verser dans les errements arabes passés.

Ensuite, on a d'un côté un terrorisme aveugle qui usurpe de la thématique de la lutte pour une juste cause pour se donner tous les droits; de l'autre, un État qui, même s'il a recours au terrorisme, n'en est pas moins obligé de respecter un certain cadre juridique qui permet de le rappeler à l'ordre, de lui reprocher justement ses crimes.

De plus, on a une négation des valeurs humanistes et démocratiques du côté de Daech alors qu'avec Israël, on a affaire à une affirmation des mêmes valeurs, toute théorique sans conteste, avec, dans la pratique, un régime actuel se comportant en voyou. Il n'empêche que la nuance est énorme.

Enfin, Israël finira bien par avoir des relations avec les États arabes comme elle en a eu avec les Palestiniens, alors que Daech ne peut que disparaître comme toutes les monstruosités de l'histoire humaine.

Prétendre le contraire, c'est participer à ce jeu malsain auquel s'adonnent certains de nos politiques qui usent et mésusent de la fibre religieuse pour manipuler les esprits et excuser l'inexcusable. Il est temps que cela s'arrête en Tunisie! Vivement un peu d'éthique et de franchise pour redorer le blason de la politique, lui redonner ses lettres de noblesse!

Retrouvez les blogs du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.