LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farhat Othman Headshot

Mon programme de non-candidat à la présidentielle

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La Tunisie vit à l'heure des candidatures à la présidence de la République; et c'est une affluence record. Tout le monde ou presque veut être président de la République tunisienne, même si le titulaire du poste n'a constitutionnellement que des pouvoirs limités, l'essentiel étant entre les mains du chef du gouvernement issu de la majorité parlementaire. Or qui se soucie de ces élections, les seules qui comptent pourtant?

Cela traduit l'importance de l'aspect personnel dans toute élection en Tunisie, du fait du lien que cela crée entre l'électeur et son élu, ce qui n'existe pas avec le fâcheux scrutin de liste retenu pour les législatives afin de servir les intérêts des partis les plus grands.

Ayant donc un engouement certain pour des personnalités qui postulent pour entrer à Carthage sans présenter de programme répondant véritablement aux attentes du peuple, voici mon programme de non-candidat que je propose au peuple et à tout un chacun prétendant vouloir le servir.

Car il s'agit tout simplement de ce qu'un contact direct et continu avec la Tunisie profonde permet d'enregistrer. C'est une double série d'engagements, nationaux et internationaux. Avis aux candidats qui entendent véritablement servir leur peuple. Ils peuvent s'en servir pour le bien du pays. C'est garanti fleurer le terroir.

Engagements nationaux

  1. Être au-dessus des partis, mon seul parti de président étant ma patrie, la Tunisie.
  2. Être indépendant en matière d'idéologie, ma seule idéologie du gouvernement étant la compétence.
  3. Privilégier la compétence, toute compétence, libérée d'allégeance partisane. Le seul critère au service du pays est la compétence. La démocratie à ériger en Tunisie sera donc une Compétensuelle.
  4. Être juste de voix et de voie en rendant la justice, toute la justice et rien que la justice. La démocratie tunisienne sera donc justice et justesse. Dans ce cadre, toutes les lois liberticides de l'ancien régime seront immédiatement abolies au lendemain de l'élection. C'est ainsi que se rétablit la confiance dans l'État et ses institutions.
  5. Rendre au citoyen tunisien toute sa dignité qui commence par reconnaître son droit à toutes les libertés, publiques et privées, de pensée et de conscience, de croire comme de ne pas croire, dans un respect total des principes internationalement consacrés en matière des droits de l'homme. Cela suppose en premier le droit du citoyen tunisien de circuler librement en Tunisie et hors Tunisie. Aussi, l'exigence de levée du visa exigé des Tunisiens sera un axe majeur de la diplomatie tunisienne conditionnant la coopération du pays avec les pays concernés
  6. Rendre à l'islam tout son honneur en tant que religion démocratique par excellence en revenant à une interprétation juste de ses préceptes qui sont fondamentalement respectueux de l'altérité. Toutes les lois limitant les droits et les libertés, supposées islamiques, seront suspendues et durant ce moratoire un collège pluraliste représentant l'islam tunisien dans sa diversité les repassera au crible de l'islam authentique fondamentalement respectueux de l'altérité.

Engagements internationaux

  1. Réaffirmer la dimension méditerranéenne de la Tunisie en l'arrimant au système démocratique européen et en agissant pour l'institution d'un espace de démocratie méditerranéenne impliquant immédiatement la libre circulation des Tunisiens sous couvert de visa biométrique et à terme l'intégration de la Tunisie à l'Union européenne.
  2. Faire de la Tunisie un carrefour de culture humaine en militant pour une aire de civilisation entre l'Occident et l'Orient contribuant à faire de la Méditerranée un bassin de paix et de prospérité.
  3. Donner à la Tunisie une voix qui soit audible et crédible avec une diplomatie de justice et de justesse, prônant le renouvellement des concepts saturés régissant les rapports internationaux au vu du nouveau paradigme de solidarité inclusive devant s'imposer à tous les États, particulièrement les puissances mondiales.
  4. Confirmer que la Tunisie relève bien du camp libéral occidental, mais non point en tant que marché devant les marchandises du capital international, plutôt en espace de libertés aussi bien économiques que politiques où le capitalisme doit être sage, rationalisé et pondéré par des lois sociales effectives et efficaces.
  5. Agir pour promouvoir une vision saine et sereine de l'islam contrant ses caricatures intégristes dans le cadre d'une stratégie où l'islam n'est nullement stigmatisé ni les musulmans, le terrorisme n'étant pas nécessairement le fait des victimes de l'impérialisme.
  6. Agir pour un règlement juste et courageux en Palestine se fondant sur la seule légalité internationale qui soit équitable, celle du partage de 1947, à défaut d'un seul État judéo-islamo-chrétien qui soit une fédération.
Retrouvez les blogs du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.