LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farhat Othman Headshot

Il faut crever l'abcès de la normalisation avec Israël !

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La question de la normalisation avec Israël est devenue comme un abcès politique qui refait surface régulièrement et il est temps de crever cet abcès.

Car une telle production pathologique de sentiments haineux à l'égard d'un État légalement et internationalement reconnu n'est que la preuve que notre pratique politique n'est pas saine, propice à des accès récurrents d'inflammation idéologique et d'infection dogmatique.

On en a eu illustration dernièrement lors de la présentation du gouvernement Essid. Un manifeste a circulé dans l'Assemblée des Représentants du peuple, signé par certains députés qui semblent pratiquer d'une manière irresponsable l'amalgame. Il dénonçait la présence dans le nouveau gouvernement de la ministre du Tourisme, la qualifiant de "relation étroite avec l'entité sioniste, usurpateur de nos terres arabes en Palestine".

Ces députés dépités, "au nom de l'attachement aux dispositions de la Constitution sur le soutien aux mouvements de libération", critiquent la nouvelle ministre, évoquant non seulement sa prédécesseure, Madame Karboul, mais aussi des responsables de la Présidence de la République soupçonnés de "relation de normalisation avec Israël".

Il est bien temps de crever cet abcès en disant haut et fort ce que tout le monde politique tunisien, à part quelques illuminés et une poignée d'irresponsables, savent et disent tout bas, à savoir que la reconnaissance de l'État d'Israël est non seulement nécessaire, mais qu'elle est aussi inéluctable.

Et ce n'est donc pas en faisant l'autruche qu'on aidera les Palestiniens à retrouver leurs droits légitimes; car ces Palestiniens - faut-il le rappeler à ceux de nos responsables irresponsables - ont été les premiers à normaliser leurs relations avec Israël.

Aussi, le gouvernement tunisien a intérêt à prendre le taureau par les cornes et mettre tout un chacun devant ses responsabilités. Il ne doit plus fuir cette question de la normalisation en osant la poser sans détour avec l'option d'établir des rapports directs avec l'État d'Israël dans le cadre de la mise en oeuvre de la légalité internationale de 1947.

En effet, ce n'est qu'en reconnaissant Israël et en le rappelant à ses devoirs que l'on aidera les Palestiniens à retrouver leur État qui est le frère jumeau de celui d'Israël; et ne pas reconnaître cette vérité par ce dernier, c'est tout simplement nier sa propre existence.

Or, pour lui rappeler cela et le lui imposer, faut-il aux personnes concernées de commencer par établir des rapports avec lui et non agir en irresponsables en le traitant d'entité!

Il n'est que temps de mettre fin au jeu malsain de certains politiciens faisant commerce d'une cause noble pour leurs intérêts privatifs; c'est le service même de la cause palestinienne qui commande que la Tunisie ose aujourd'hui donner l'exemple aux autres pays arabes en entretenant des rapports directs avec Israël afin d'être en mesure de lui dire, les yeux dans les yeux, ses quatre vérités et le rappeler au respect du droit international.

À quand donc la normalisation avec Israël, Monsieur Essid?

Qu'elle soit votre toute première décision, et celle de Monsieur Baccouche, nouveau chef de la diplomatie, dans le cadre d'une initiative tunisienne appelant - dans un package initiant une nouvelle donne en Méditerranée - à un espace de démocratie méditerranéenne octroyant la libre circulation pour les Tunisiens et impliquant la reconnaissance d'Israël, toutes les questions en Méditerranée étant intrinsèquement liées.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.