Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farhat Othman Headshot

Feuille de route pour une union nationale minimale

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les négociations continuent pour une naissance qui sera forcément douloureuse d'une union nationale à laquelle peu de bonnes volontés croient, non par manque de sincérité, mais de ce courage qui est la tension vers l'idéal en tenant compte du réel.

Car d'aucuns ont une vision faussée de l'idéal vers lequel il faut tendre et d'autres travestissent le réel par le fameux principe réducteur de réalité.

De la religiosité à la spiritualité

Seule la spiritualité sauvera la Tunisie; et elle est d'abord amour, en mesure de faire illuminer cette lumière qui est en chaque Tunisienne et Tunisien. Et ce sera juste en concrétisant son légitime droit aux libertés et à la dignité.

Pour cela, il faut oser croire et vouloir le meilleur. Cela suppose de lever les freins qui nous en empêchent et qui sont dans notre inconscient collectif et notre imaginaire, surtout celui des élites déconnectées des réalités populaires.

L'ancien monde, fondé sur des relations internationales déséquilibrées, est fini, la postmodernité étant la revanche des valeurs du Sud. De plus, après Orlando, un autre islam est non seulement possible, mais obligatoire; il faut le mettre en pratique; j'en parle depuis si longtemps en l'orthographiant i-slam.

Du fair-pray pour une poléthique

Il y a un réel invisible et un idéal qui n'est pas forcément utopique si l'on ose prendre la peine d'y croire. Car la foi déplace les montagnes; c'est la foi qui est d'essence scientifique et non dogmatique. Ce que je nomme fair-pray (en clin d'oeil au fair-play sportif) pour une poléthique, la politique devenant éthique.

Ce que je dis ici n'est ni nouveau ni des propos d'illuminé; les propositions avancées sont le fruit de cogitations au long cours, scientifiques surtout, ayant donné nombre d'équations que je vérifie quotidiennement sur le terrain.

Cela relève non seulement de la sociologie compréhensive et la verstehen de Max Weber, mais aussi de la politique compréhensive susvisée à laquelle on n'a que le choix d'adhérer. Il nous faut rompre tout autant avec le positivisme et le scientisme stériles qu'avec la religiosité obsolète.

Une stratégie transformative

Les propositions composant la feuille de route proposée au futur gouvernement d'union nationale s'intègrent dans ce que le psychiatre George Vaillant nomme stratégie transformative qu'il oppose à la stratégie régressive.

Cela consiste en cette capacité de s'ajuster à des objectifs susceptibles de répondre aux contraintes existantes afin d'être en mesure de se fixer de nouveaux buts à réaliser en se dotant des moyens nécessaires pour ne pas végéter dans l'inertie et l'immobilisme, construire donc et progresser.

Avec une telle stratégie sur laquelle se fonde la politique proposée, on acquiert indubitablement cette aptitude qui nous manque en Tunisie afin d'affronter la crise et adapter nos difficultés à nos capacités et non l'inverse.

Boris Cyrulnik la nomme résilience, y voyant une capacité qui procure un bonheur authentique et durable, non seulement dans le succès, mais aussi dans l'adversité, car on agit dans le bon sens.

Afin donc d'éviter que l'initiative présidentielle ne débouche d'une manière ou d'une autre sur un fiasco ou de n'avoir pas l'envergure qu'elle annonce, elle ne doit pas se retenir de révolutionner la pratique politicienne.

Or, plus que jamais, la Tunisie a besoin de mesures audacieuses, dont la symbolique est forte, s'attaquant aux freins bloquant l'inconscient collectif et viciant l'imaginaire populaire.

Une politique arc-en-ciel

À l'intention de nos politiciens, s'ils n'ont en vue que l'intérêt de la patrie, voici ce que je propose comme feuille de route pour ce que je qualifie par provocation de politique arc-en-ciel, par référence à la première et l'une de ses propositions majeures.

N'est-ce pas lors des orages que l'on voit l'arc-en-ciel? Or, en Tunisie comme en Méditerranée et partout dans le monde, le ciel est d'orage; pourtant nulle trace d'arc lumineux avec cet ensemble de couleurs allant du violet et du rouge du sang qui ensanglante la planète, dans un prisme où existent pourtant le vert et le bleu de l'espoir.

D'autre part, ce phénomène lumineux est une écharpe d'Iris, un beau vêtement qu'on verrait bien nos politiques porter en lieu et place de se vêtir en Arlequin. Et les gouttelettes d'eau de l'averse intégriste religieuse et profane -- la religion civile étant encore plus dogmatique que celle de son modèle métaphysique -- sont bien en mesure de réfracter, réfléchir et disperser cette lumière blanche qui est non seulement au ciel, mais en chaque humain juste de voix, se frayant une voie de justesse au milieu du prisme d'injustice en ce monde fini.

Enfin, au moment où les plus visionnaires annoncent la naissance future d'un nouveau monde, apportant l'espérance de passer d'une mondialisation injuste à une altermondialité humaniste, une mondianité (ce monde d'humanité), il est bien temps, au passage des toutes les couleurs de l'arc-en-ciel à l'horizon du monde, de n'en retenir que celles de l'espoir.

Il est temps aussi de choisir, non plus de passer par toutes sortes d'états dramatiques, mais l'acceptation nécessaire de nos émotions et tous leurs effets, y compris sensuels, l'époque étant émotionnelle et érotique.

Comme elle est aussi à la mondialisation, il nous faut nous mettre en syntonie avec autrui, acceptant le tragique de la vie, en faisant, dans une pratique sérieuse du vivre-ensemble et une quête sincère de l'être-ensemble, un passage voulu et non forcé à l'univers globalisé et interdépendant dont nous relevons plus que l'on ne croit et bien plus que jamais.

Cette stratégie 6X6 est composée de deux fois une sixte de mesures ciblant l'imaginaire et l'inconscient qui nous font et nous défont. Car ils pullulent chez nous, en termes religieux et politiques, mais aussi dans le monde en termes surtout politiques, de blocages qui empêchent le vivre-ensemble paisible et les rapports équilibrés avec nos concitoyens et nous partenaires étrangers.

Ces mesures, si elles sont retenues, réaliseront une union nationale minimale autour de ce qui sera une véritable révolution mentale chez le peuple, consolidant son modèle démocratique ainsi que sa prétention à incarner l'exception Tunisie que le pays est en puissance aujourd'hui.

Plan interne

  1. 1. Abolir l'article 230 du Code pénal, assise d'une homophobie anti-islamique, reliquat du protectorat; ce serait d'autant plus impératif qu'il a été démontré que l'islam n'est pas homophobe. De plus M. Ghannouchi s'est engagé dans ce sens et le drame d'Orlando nous y oblige.
  2. 2. Réaliser la réforme de la législation successorale en instaurant l'égalité entre les sexes; ce que n'interdit nullement l'islam correctement interprété ainsi que l'a fait Bourguiba pour la femme.
  3. 3. Dépénaliser la consommation du cannabis comme le recommandent les instances les plus sérieuses en tant que seul moyen efficace contre la toxicomanie et les organisations maffieuses tout en rendant à la jeunesse sa liberté.
  4. 4. Décider la liberté du commerce d'alcool, l'islam la garantissant et n'interdisant que l'ivresse. Les textes actuels sont donc à abroger car illégaux, traduisant une mentalité coloniale en rupture avec la réalité du pays.
  5. 5. Criminaliser le jihad mineur désormais obsolète, l'islam n'admettant plus que le jihad majeur.
  6. 6. Supprimer le ministère des Affaires religieuses et réunir ses services avec ceux du ministère de la Culture afin de mettre l'accent sur la dimension culturelle de l'islam, bien plus importante que sa dimension cultuelle. C'est aussi rappeler que le culte relève de la vie privée, seule la culture de l'islam, humaniste et tolérante, pouvant investir l'espace public. Et c'est ce qu'impose la notion constitutionnelle d'État civil.

Plan international

  1. 1.Dans le cadre des négociations ALECA, exiger la libre circulation humaine comme pendant logique et éthique au libre-échange. Pour commencer, cela serait sous visa biométrique de circulation à délivrer gratuitement et pour une période minimale d'un an à tout ressortissant tunisien qui en fait la demande. Ainsi, ALECA deviendrait-il ALECCA.
  2. 2. Demander l'annulation de la dette du pays qui plombe tout effort sérieux pour sortir l'économie tunisienne de sa situation catastrophique. Dans l'immédiat, un moratoire doit être exigé.
  3. 3. Déposer la candidature de la Tunisie à l'Union européenne. En un monde globalisé et eu égard à la dépendance structurelle de la Tunisie vis-à-vis de l'Europe, une telle adhésion est fatale.
  4. 4. Appeler à un espace de démocratie méditerranéenne avec l'Europe supposant la libre circulation précitée, et ce en prévision de l'adhésion tunisienne à l'Europe.
  5. 5. Inviter la France, en parallèle et/ou en cas de réticence européenne, à la création d'un espace de démocratie francophone aboutissant pareillement au libre mouvement sous visa de circulation entre pays francophones. Et c'est la meilleure façon de promouvoir le français qui périclite dans notre pays.
  6. 6. Appeler à une aire de civilisation Orient-Occident qui aura pour but de promouvoir un islam humaniste, paisible et tolérant afin de réaliser la paix en Méditerranée, y compris en Palestine, sur la base de la légalité internationale du partage et la nécessaire solidarité humaine.
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.