LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farhat Othman Headshot

An IV de la Révolution: Pour une réforme mentale

Publication: Mis à jour:
Imprimer

À la veille de la célébration du quatrième anniversaire du Coup du peuple, on aurait aimé voir, par l'annonce de mesures concrètes immédiatement après l'élection du nouveau président, la poursuite de la révolution par le haut. Or, loin de voir encore la réalisation des promesses de campagne du président élu, on pointe déjà ce qui relèverait du manquement aux promesses électorales.

Ainsi, il y a déjà eu le choix du chef de gouvernement qui a heurté nombre de ceux qui ont voté pour M. Caïd Essebsi, outre nombre ses propres troupes. Il y a aussi le principe de ne pas exclure du gouvernement les islamistes, refusés par un certain nombre des éminents soutiens du Président. Il y a enfin la promesse la plus facile pourtant à tenir, car ne relevant que du bon vouloir du chef de l'État, à savoir la décision de garder son domicile et de ne pas habiter Carthage, puisqu'il a finalement choisi -pour des raisons sécuritaires, certes- de ne pas tenir parole.

Tout cela est de mauvais présage étant donné que, même pour des décisions à caractère personnel où l'on gardait une certaine marge de liberté, on n'a pas été en mesure d'innover dans la pratique politique.

Or, ce dont le pays a le plus besoin à la veille du quatrième anniversaire de notre Nouvelle République, est qu'on innove, qu'on transfigure pratique politique, abandonnant la politicienne pour faire une politique relevant de l'art noble, non de l'opéra-bouffe.

Aussi, à l'occasion des manifestations convenues pour l'anniversaire de la révolution, le président de la République serait bien inspiré de faire montre d'imagination créatrice en osant prendre une initiative pouvant manifester cette révolution mentale dont le pays a le plus besoin.

Nous lui suggérons d'inviter, à cette occasion, l'Assemblée des représentants du peuple à adopter dans les meilleurs délais un texte solennel de nature à éclairer sur ses intentions véritablement réformatrices de la société tunisienne, de tout ce qui s'est sclérosé dans les têtes, donnant ainsi le signal tant attendu de reprise de la révolution, mais par le haut cette fois-ci.

En effet, bien plus que de réforme économique, fiscale et institutionnelle qui sont certes nécessaires, mais seront insuffisantes sinon inutiles en termes de résultats immédiats, notre pays a un besoin impératif d'une réforme profonde de sa législation pour débloquer la société anesthésiée par des freins multiples empêchant la rénovation des mentalités pour l'acceptation du vivre-ensemble qu'impose la démocratie.

C'est donc d'une révolution mentale dont la Tunisie a le plus besoin! Et le président de la République pourrait la lancer en ce 14 janvier 2015 par une invitation officielle de l'Assemblée à voter dans les plus brefs délais un texte juridique ouvrant la voie à la réforme nécessaire de l'arsenal juridique répressif de la dictature toujours en place et qui tarde à venir.

Ce texte pourrait être ainsi libellé :

  1. "Le peuple tunisien souverain, représenté par son Assemblée, invite les juges de la République rendant la justice en son nom de se conformer strictement aux acquis de la Constitution en termes de droits et de libertés.
  2. Si le juge estime en son âme et conscience que l'application des lois en vigueur emporte violation ou contradiction des valeurs et principes constitutionnels, il est tenu de ne pas les appliquer.
  3. Pour se décider dans le cas de l'espèce, en attendant l'adoption de lois en l'objet en conformité avec la Constitution, il se référera au droit comparé selon l'interprétation consacrée par la Constitution tunisienne."

Avec un tel texte ou un texte équivalent, le quatrième anniversaire de la Révolution sera bel et bien une date historique à l'orée de la magistrature de M. Caïd Essebsi, garantissant la poursuite de la révolution populaire du peuple tunisien et de son modèle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.