LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Farhat Othman Headshot

Abolir l'homophobie maintenant pour servir les libertés et la démocratie!

Publication: Mis à jour:
Imprimer

On ne le dira jamais assez: l'homophobie est scélérate; elle n'est ni morale ni démocratique, car elle nie et nos valeurs religieuses et l'éthique démocratique.

Aujourd'hui, l'homosensuel (c'est le terme que je propose pour remplacer le terme impropre d'homosexuel, créé par l'Occident au siècle 17) est la figure emblématique du vivre-ensemble serein où la livre des uns respecte celle d'autrui, quelles que soient ses moeurs privées.

L'homosensuel, figure emblématique pour l'État de droit

Désormais, on n'a plus le choix: c'est soit un vivre-ensemble paisible soit une politique d'exclusion de l'autre, ce qui donne le terrorisme, à la fois classique que mental. Or, le terrorisme se nourrit de lois liberticides qui, en empêchant les gens de vivre leur vie, les amènent à verser dans l'extrémisme.

Parmi les lois les plus emblématiques, celle consacrant l'homophobie dans un pays où le peuple aime vivre et aimer, où l'ordre amoureux serait le meilleur antidote aux slogans de haine et de guerre du terrorisme.

Dans l'édification de l'État de droit, on ne peut se limiter de le faire en théorie en se gardant de mettre en oeuvre nos principes constitutionnels et nos slogans droits-de-l'hommistes. Il nous faut sortir de l'hypocrisie que nous cultivons et qui nous amène, au mieux, à pratiquer la politique de l'autruche.

Détourner nos jeunes des sentiers de guerre et du refus d'autrui impose d'encourager l'instauration d'un ordre amoureux dans nos pays en abolissant toutes les lois qui alimentent subrepticement l'exclusion de tout différent. Or, l'homophobie est une source du terrorisme qui est dans nos têtes.

L'homophobie est contraire à l'Islam

On ne peut plus continuer, dans nos pays, à prétendre construire un État de droit sans abolir la loi criminalisant l'homosensualité (homosexualité). Car elles le font en violant les valeurs morales de notre religion dont elles prétendent s'inspirer.

En Tunisie, l'article 230 du Code pénal prévoit une peine de 3 ans de prison pour les personnes jugées "coupables" de pratiques homosexuelles.

Au Maroc, l'homosexualité est aussi un délit, l'article 489 du Code pénal condamnant les homosexuels à des peines de prison allant de 6 mois à trois ans ou à des amendes allant de 120 à 1200 DH.

En Algérie, c'est aussi bien l'article 333 du Code pénal sanctionnant l'"outrage public à la pudeur" que 338 mentionnant spécifiquement l'homosexualité qui sont utilisés.

Toutes ces lois sont contraires à l'Islam. J'ai déjà démontré dans nombre d'articles, à partir de mon essai paru en arabe et en français, que l'Islam a été en avance sur son temps en respectant la nature humaine en matière de sexe. Or, l'homoérotisme fait partie de la nature. Ce qui était d'ailleurs bien répandu dans notre culture comme dans les cultures anciennes, à l'instar de celle de la Grèce antique.

Ces lois sont en plus hypocrites et cyniques. En effet, tout en prétendant respecter l'Islam, elles le violent dans sa lettre et son esprit.

Car de deux choses l'une: ou l'Islam est homophobe; et à ce moment-là, il faut mettre à mort les homosensuels (homosexuels) comme on le fait en Arabie Saoudite et en Iran, par exemple. Ou l'Islam n'est pas homophobe - comme je l'affirme et le démontre - et alors nos lois sont injustes et il faut les abolir sans plus tarder.

Un projet de loi abolissant l'homophobie

En Tunisie, Monsieur Ghannouchi, chef du parti Ennahdha, que nous avons interpellé sur la question à plusieurs reprises, dont récemment ici, semble indiquer enfin comprendre que la dépénalisation est inévitable.

Or, on le connaît trop adroit à pratiquer la politique politicienne; aussi le mettons-nous devant ce défi de conformer ses paroles par un acte concret: Que le groupe parlementaire d'Ennhahda prenne donc l'initiative de proposer un texte de loi abolissant l'homophobie!

Voici même un texte que je lui propose. Que ses spécialistes l'adoptent au moins en canevas et ne tardent pas sous dizaine à déposer un projet de loi à l'Assemblée des représentants du peuple abolissant l'article scélérat :

Attendu que l'homophobie est contraire aux droits de l'Homme et au vivre-ensemble paisible, à la base de la démocratie,

Attendu que l'orientation sexuelle relève de la vie privée que respecte et l'État de droit tunisien et l'Islam,

Attendu que l'article 230 du Code pénal viole la religion musulmane qui n'est pas homophobe étant respectueuse de la vie privée de ses fidèles qu'elle protège;

L'ARP décide:

La vie privée étant respectée et protégée en Tunisie, l'article 230 est aboli.

Que Monsieur Ghannouchi et son parti montrent donc le chemin en prouvant leur sincérité sur cette question! Qu'ils initient une révolution des mœurs en Tunisie qui aura des retombées mondiales!

Close
Pays où l'homosexualité est passible de la peine de mort
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.