LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Fanny Bauer-Motti Headshot

Tariq Ramadan, une lettre ouverte qui continue....

Publication: Mis à jour:
TARIQ RAMADAN
Mike Segar / Reuters
Imprimer

Nous ne resterons pas silencieux face aux lynchages médiatiques que chacun de nous peut constater en ce moment concernant Tariq Ramadan. J'ai d'ailleurs moi-même reçu depuis ma première lettre ouverte quelques emails d'insultes et de menaces qui prouvent à quel point nous ne sommes pas dans le cadre du respect d'une enquête normale qui suit son cours mais dans des débordements émotionnels haineux.

Respecter les deux protagonistes dans une enquête de la sorte aurait été de parler avec hauteur et précaution de chacune des personnes concernées. Or, lorsque nous lisons la presse, nous tombons sur un langage très émotionnel cherchant à faire de Tariq Ramadan un monstre et faisant fi de la présomption d'innocence. Une certaine presse est en train de nous manipuler et de manipuler l'opinion publique. Je connais bien les stratégies journalistiques et ceux qui sont derrière ces articles sont manifestement peu scrupuleux, partis pris et font dans le sensationnel.

En ce sens, je vous propose de boycotter tous les articles qui ne sont pas factuels et cherchent à manipuler l'opinion en salissant un homme qui est toujours présumé innocent. Ne partageons plus.

Je prends la parole mais je ne suis pas seule, nous sommes nombreux sur les réseaux sociaux à faire le même constat et à tirer la sonnette d'alarme et nous allons continuer à nous exprimer et à dire ce qui est. Ne nous faites pas croire que Tariq Ramadan à un rapport aux femmes qui se sexualise dans certain cas de figure, et le rend "violent" comme le décrit une certaine Presse. Nous sommes beaucoup de femmes, de toutes les confessions et de toutes les cultures, voilées ou non, à le côtoyer et à avoir reçu un constant respect de notre personne. En groupe ou de façon individuelle.

J'ai entendu et vu tellement de désinformation ces dernières semaines que je suis tombée de haut. Je fais une recherche à Oxford et je CONSTATE que Tariq Ramadan y est Professeur. Pourtant on l'accuse sans cesse d'être un usurpateur. Eh bien, moi qui ai une thèse de Doctorat et ai quatre masters, j'ai reçu des emails remettants en question mes diplômes et commençant à vouloir de la même manière jeter le trouble sur ma personne. Mais peu importe, cherchez bien, vous ne trouverez rien.

Cette histoire m'apprend plusieurs choses aujourd'hui. En France, nous sommes victimes de la désinformation journalistique et parfois nous participons sans le savoir à cette désinformation. Et certain médias sont orientés et cherchent à orienter notre regard.

Ne restons pas silencieux. Chacun à notre mesure utilisons les réseaux sociaux pour nous faire entendre et refusons ce lynchage médiatique. Boycottons les articles manipulateurs, ne partageons plus tout ce qui est écrit pour répandre de la boue.

Il y a une justice qui devrait être respectée et suivie avec précaution. Je m'étais promis de ne jamais prendre part aux débats sociétaux, préférant observer le monde à travers la psychologie. Préférant le silence au bruit. Mais l'injustice que nous subissons aujourd'hui crée et créera des traumas dans notre rapport au monde, et par souci de l'humain et de l'âme du monde, nous ne nous tairons pas. Je finirai par une phrase de JUNG: "On ne peut voir la lumière sans l'ombre,
on ne peut percevoir le silence sans le bruit, on ne peut atteindre la sagesse sans la folie". Nous sommes aujourd'hui dans l'ombre, le bruit et la folie.

Je serai mémoire de ces instants que nous vivons en France, où l'on cherche à démolir un homme. Nous serons mémoire ensemble. Nous n'oublierons rien.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.