LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Dyna El Alamy Headshot

"13 reasons why", la série nécessaire pour en finir avec le harcèlement scolaire

Publication: Mis à jour:
13 REASONS WHY
NETFLIX
Imprimer

"13 reasons why" est la série qui crée le buzz actuellement. Une série pour adolescents comme on en voit souvent, sauf que celle-ci traite d'un sujet qu'on ne peut plus mettre de côté: le harcèlement scolaire.

En effet, depuis 2 ans, le harcèlement scolaire fait grand bruit à l'étranger. Il y a 6 mois, nous entendions parler de l'histoire de la petite Manon, 13 ans à jamais à travers un téléfilm diffusé sur France 3 qui racontait sa descente en enfer. L'adolescente se faisait insulter, passer à tabac et harcelée sexuellement par ses camarades de classe. Cette situation l'avait menée, en moins d'un an, au suicide.

Il y a quelques mois était partagée sur les réseaux sociaux la lettre de suicide d'une jeune adolescente de 14 ans, vivant en Australie. Celle-ci avait été violée par des camarades de classe et avait choisi d'en finir avec la vie. Des histoires comme celles-ci, il y en a des centaines qui pullulent sur les réseaux sociaux, à travers les sites d'information et, à présent, dans cette série haletante.

"13 reasons why" retrace l'histoire d'Hannah Baker, une adolescente de 15 ans harcelée dans son lycée et traitée de fille facile à cause d'un garçon. Au fur et à mesure des épisodes, on découvre qu'une simple allégation, une rumeur sans fondements, se transforme très rapidement en un harcèlement suivi par toute une classe.

On est en droit de se demander si les choses se déroulent différemment dans nos lycées et si les jeunes filles sont véritablement protégées. De ce que j'ai pu voir au lycée, bien que ça remonte à loin (au moins 10 ans), les filles ne le sont pas. Sauf qu'à mon époque, personne n'appelait ça "harcèlement", on appelait ça "des jeux d'enfants".

Des jeux qui vont parfois loin, trop loin même. Le collège, l'adolescence, sont une période durant laquelle on passe à l'âge adulte. Le corps se développe, se transforme, et c'est souvent une excuse pour certains garçons de faire ressortir les pires côtés de leur personnalité. Tout est une excuse pour "tripoter", "frôler", "insulter"...
Ainsi, un cours de sport peut souvent servir d'excuse pour des affrontements mixtes et donc, accessoirement, permettre quelques mains baladeuses.

Dès l'adolescence, on apprend aux jeunes filles à avoir peur: peur de se voir agresser, insulter, peur de voir sa réputation ruinée, parce qu'elles auront eu l'idée malencontreuse d'aimer et d'embrasser un garçon. Un acte anodin qui peut parfois se transformer en une version tout à fait déformée, qui donnera (ou donnera l'impression) à d'autres d'avoir le droit à plus.

Mais les filles ne se font plus uniquement harcelées à cause d'un baiser. Dans les lycées, les adolescentes subissent aussi le harcèlement en raison de leur poids. On se souvient ainsi des vidéos postées sur YouTube par une lycéenne parlant de sa successive boulimie, puis anorexie, de ses tentatives de suicides parce qu'elle était harcelée quotidiennement et moquée pour son poids.

Les filles sont des cibles faciles et dès qu'elles ont un début de poitrine, la vie au lycée peut rapidement devenir un calvaire difficile à supporter pour certaines.

Ce sujet nous interroge aujourd'hui. Si personne n'en parlait il y a encore 10 ans, aujourd'hui, les attaques sont exposées sur la place publique au vu et au su de tous, amplifiées par les réseaux sociaux. Nous ne pouvons ignorer que quelque chose cloche dans notre éducation, surtout dans un pays comme le Maroc.

En effet, quand dès son leur plus jeune âge on apprend aux filles qu'il est normal de se faire harceler sexuellement au collège, au lycée, dans la rue, par des enfants de 13 ans comme par des adultes de 40, comment leur inculquer qu'elles ont les mêmes droits qu'un homme? Comment ne pas succomber à l'aveu de faiblesse?

Ne serait-il pas temps d'inculquer à nos fils, que les filles ne sont pas des objets, qu'un sein n'est pas une invitation à y mettre la main? Qu'un "postérieur" n'est pas une invitation à se faire tripoter? Qu'une fille qui a embrassé un garçon n'est pas une fille facile? Qu'au même titre que les garçons, nos filles peuvent également s'habiller comme elles le souhaitent?

À mon époque, mon lycée avait créé un règlement très explicite quand à nos restrictions vestimentaires: une filles avec un tee-shirt qui laissait apparaître 2 centimètres de la peau du ventre était immédiatement collée pour "tenue indécente". Il est vrai qu'il était plus facile de nous accuser, nous, de tenues légères, que d'avouer qu'il y avait un véritable problème de comportement de la part des garçons...

Il y a un véritable travail à faire avec une génération de garçons qui se croient encore tout permis, et ce quel que soit le pays où l'on se trouve. Il serait également peut-être temps de reparler de "bienveillance" envers autrui dans nos éducations et de mettre en place des systèmes de surveillance accrue.

"13 reasons why" relance de manière très intéressante la manière dont les adultes gèrent ce type de situation et nous interroge sur ce que nous pouvons faire, pour faire du collège, comme du lycée, des endroits sûrs pour nos filles. Ces lieux doivent être des enceintes dans lesquels nos filles se sentent en sécurité, et non pas menacées par leurs camarades de classe. Au péril parfois de leurs vies.

LIRE AUSSI: