LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Dr. Zouhair Lahna Headshot

Syrie: Land and Freedom

Publication: Mis Ă  jour:
ALEPPO
Sana Sana / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - La guerre en Syrie peut être comparée, toute proportion gardée, à la guerre d'Espagne, et c'est pour cela que j'ai emprunté le titre du chef d'œuvre du cinéaste anglais Ken Loach.

"Land and Freedom" est l'histoire d'un jeune anglais enthousiaste qui comme beaucoup d'Européens sortis du traumatisme collectif de la première guerre mondiale a choisi de rejoindre les républicains pour combattre le fascisme. Mais les républicains étaient soutenus principalement par les communistes ou des jeunes qui avaient ses idées et ce sont eux qui étaient les plus vaillants combattants et le héros anglais de Ken Loach en faisait partie. Nous sommes dans les années 30, les États-Unis n'ont pas bougé par idéologie anticommuniste. Et les républicains ont été lâchés. Sans armes, divisés, les républicains espagnols et leurs alliés ont fini par perdre.

Si l'on remplace le mot communiste par islamiste, on a la tragédie syrienne, mais sous d'autres couleurs. Les jeunes syriens ont pris les armes pour se défendre contre une armée et des services qui tuaient la population. On peut avoir des doutes légitimes sur qui a ouvert cette brèche de passage de manifestations pacifiques pour plus de liberté à une insurrection. Sont-ce des mains étrangères, est-ce le régime lui-même pour en découdre?

En tout cas, à un moment donné, les armes ont pris le dessus. Et pendant toute la durée de cette guerre, il a été toujours possible de passer à un règlement politique de la crise, mais ça n'a pas été fait. Des jeunes gens de toutes nationalités sont venus combattre en Syrie, la plupart animés par un idéal musulman ou islamiste comme il a été communiste pour la guerre d'Espagne et la plupart de ces jeunes ont été sacrifiés. Sans formation militaire et sans armes de qualité, ils ont été souvent manipulés par ceux qui les soutenaient. Parce que celui qui détient l'argent, détient la carte des combats.

Au fur et à mesure que les mois et les années passaient, l'armée syrienne libre a perdu de sa superbe. En Turquie la plupart des officiers qui ont quitté le régime n'ont pas participé à l'encadrement des combattants.

D'autre part, Daech, son apparition et sa fulgurante avancée restent un mystère pour les musulmans en général et les Syriens en particulier. Son attractivité moins, puisque les dirigeants de cette organisation nommée "Etat islamique" et proclamant le califat ont inspiré une bonne partie de jeunes qui comme un grand nombre de musulmans caressaient le rêve de retour d'un califat qui leur permettraient tous de vivre unis et en paix. Une langue, une religion, des ressources et des richesses, il y a de quoi faire une entité comme les États-Unis ou l'Union européenne et participer au bonheur dans le monde, sans forcément être les ennemis des autres.

Mais Daech et ses exactions ont justement pour but de tuer le califat dans le cœur et l'inconscient collectif des musulmans, en lui donnant le visage le plus abject et le plus vil. Comme l'inquisition a fait avec brillance et succès pour la chrétienté en Occident.

La chute programmée d'Alep aux mains d'une faction syrienne minoritaire mais qui gouverne le pays par la terreur depuis 50 ans fait partie d'un accord entre les Russes et les Américains, c'est pour cela que cette "affaire" devra être pliée avant le 20 janvier 2017, date du début du mandat de Donald Trump, le nouveau président américain. Barack Obama, le président de couleur et de père musulman restera dans l'histoire pour sa lâcheté et son manque de courage politique. Son "Yes We can" est devenu au fur des années un "No, I Can't".

Land and Freedom, terre et liberté. Le peuple syrien a manifesté puis pris les armes pour demander la liberté, il a fini par perdre sa terre. Les musulmans chiites qui se sont fourvoyés dans cette voie d'extermination et de nettoyage de leurs frères sunnites sont en train de commettre de graves erreurs. Les sunnites majoritaires dans le monde musulman (plus de 80%) ont vécu côte à côté avec les chiites. Comment en sera-t-il dans le futur après avoir commis de tels forfaits? Vider les villes de leurs habitants par la terreur et procéder à une vile politique de remplacement de la population!

Ceci occasionnera un grand ressentiment et une volonté de vengeance dans les générations à venir. L'injustice et la violence ne peuvent pas se maintenir longtemps, puisque l'injustice reste une injustice.

LIRE AUSSI: Vivre Ă  Alep et mourir!