LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Dr Mounir Bachouchi Headshot

Cancer du col de l'utérus: un mal "éradicable" au Maroc

Publication: Mis à jour:
UTERUS
llhedgehogll via Getty Images
Imprimer

SANTÉ - Le monde a fêté dimanche 4 février la journée mondiale de lutte contre le cancer. Avec 14 millions de nouveaux cas annuellement recensés dans le monde dont 40.000 nouveaux cas de cancers au Maroc, cette maladie représente un véritable problème de santé publique auquel chacun sera confronté directement ou indirectement.

L'incidence des cancers augmente de façon inexorable. En même temps, d'énormes progrès ont été réalisés et ont permis de grandes avancées tant dans la connaissance des mécanismes de développement des cancers que dans son traitement. En effet, après des années d'efforts, de recherche et de développement, les médecins disposent actuellement des moyens efficaces pour prévenir et traiter de nombreuses formes de cancers. Parmi ceux-ci, le cancer du col de l'utérus, qui touche encore plus de 2.000 femmes par an au Maroc est un de ces cancers qui suscitent de réels espoirs.

Les cancers du col de l'utérus sont causés dans plus de 90% des cas par le virus du papillome humain (HPV), qui se transmet par contact sexuel. Ce virus est très répandu au Maroc, près d'un Marocain sur deux aurait été infecté. Il est à l'origine de nombreux autres cancers, dont les cancers de l'anus, de l'oropharynx, du vagin, de la vulve et du pénis.

Même si la plupart des infections n'entraînent pas de cancer, son éradication semble incontournable de nos jours vu son impact sur la santé de nos concitoyens et ses conséquences sociales et économiques.

Le dépistage précoce du cancer du col est recommandé dès l'âge de 21 ans.

Ces cancers du col de l'utérus peuvent être évités grâce à la combinaison de la vaccination contre le virus HPV et le dépistage précoce du cancer du col recommandé dès l'âge de 21 ans.

En 2006, la Fondation Lalla Salma de lutte contre le cancer a organisé un symposium international sur la prévention du cancer du col utérin. Les recommandations de cet événement, résumés dans un manifeste au nom de "L'appel de Rabat", ont mis en relief le leadership visionnaire du Maroc qui invitait les pays de la région à mettre en place une stratégie de prévention et de soins où le vaccin anti HPV avait une place de choix.

En 2018, 12 ans après cet "appel de Rabat", les conditions optimales pour lancer le programme national de prévention du cancer du col sont largement réunies et ses recommandations respectées. Le vaccin a fait ses preuves dans plusieurs pays et l'élimination du virus HPV est devenu une réalité accessible à tous. Et ce d'autant plus que le coût du vaccin est devenu largement accessible, permettant à des pays comme le Guatemala, le Sénégal ou le Rwanda de l'inclure dans leur calendrier vaccinal.

Le programme national de vaccination marocain s'est étoffé de plusieurs vaccins et s'affiche actuellement comme une référence régionale. Ce calendrier vaccinal qui s'aligne sur les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé n'aura aucun problème à faire preuve d'innovation et d'avant-gardisme en s'étoffant avec de nouveau axes de prévention.

Cette dernière décennie a vu les soins et le traitement du cancer s'améliorer considérablement grâce aux efforts conjugués de la Fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des cancers et du ministère de la Santé. Les avancées sont nettes avec le renforcement des infrastructures, de la formation, l'information et l'accès aux soins des patients. La construction et l'équipement de 30 centres de référence pour le diagnostic précoce du cancer et de 9 centres régionaux du traitement du cancer dans plusieurs villes est à mettre à leur actif.

Une des étapes majeures pour la réalisation cet objectif ambitieux passerait par l'adoption, par le programme vaccinal national marocain, du vaccin anti HPV.

Toutes les conditions semblent actuellement réunies pour poursuivre et amplifier les actions entreprises et faire de 2018 l'année du décollage de la lutte contre le cancer du col et de la prochaine décennie celle de son élimination.

Une des étapes majeures pour la réalisation cet objectif ambitieux passerait par l'adoption, par le programme vaccinal national marocain, du vaccin anti HPV. Ceci suppose la mise en place de campagnes médiatiques pour expliquer et surmonter la stigmatisation et les résistances culturelles tout en renforçant les programmes de dépistage déjà en cours et en améliorant la qualité de prise en charge des patients.

Cette approche ambitieuse, visionnaire et surtout peu onéreuse, permettra au Maroc en plus de garder son leadership au niveau de la région et de se poser en modèle pour le reste des pays d'offrir à ses citoyens une protection valable contre l'un des cancers les plus mutilants et meurtriers.

Vaincre le cancer n'est plus juste un vœu pieux ou un rêve, c'est une réalité accessible pourvu que la volonté et l'ambition soient là...

LIRE AUSSI: