LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Jaouad Mabrouki  Headshot

L'école marocaine, cool ou elle coule?

Publication: Mis à jour:
SCHOOL MOROCCO
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

ÉDUCATION - Rien n'est dû au hasard! Selon l'étymologie, "école" veut dire "arrêt de travail"! L'école marocaine, fidèle à la vertu de la véracité, selon les recommandations sacrées, a mis les futurs citoyens en "arrêt de travail"!

L'école est un lieu qui colle l'enfant à une chaise pour qu'il apprenne à se contrôler, à se concentrer, à écouter, à emmagasiner des connaissances, à ancrer dans sa tête les règles sociales et relationnelles, mais aussi à échanger et confronter ses propres opinions à la connaissance reçue.

L'école est un catalyseur des capacités de l'enfant qui lui permet aussi d'évoluer et de dé-coller!
Mais en fait, quel travail doit être arrêté par l'école?

Il est vrai que l'enfant a enduré 6 ans de travail avec sa mère. Tout d'abord, un travail de 9 mois, très éprouvant, passer d'un œuf à un corps avec un cerveau qui réfléchit! Puis pendant une année, le nourrisson épuise toutes ses capacités, pour évoluer d'un "légume" à un être qui se tient droit et qui invente la motorisation! Par la suite, durant 4 ans, après un effort laborieux, il développe sa capacité de communication! Puis, à la 5ème et 6ème année, il invente la diplomatie et la force, pour développer l'art de la manipulation. Ainsi, il se différencie de ses parents et se fait une place dans la famille. Durant ces six ans, l'évolution et le progrès de l'enfant sont nets. Il a fait preuve dans le laboratoire familial de ses énormes capacités à s'adapter et évoluer.

Alors qu'il arrive à un stade où il doit rejoindre un autre laboratoire pour faire évoluer davantage ses capacités, en rejoignant l'école, en plein décollage, le nouveau laboratoire provoque un atterrissage forcé et lui décolle ses ailes et le colle au sol et lui impose un "arrêt de travail". Enfin, je ne reproche rien à l'école puisque sa mission étymologique est de prescrire l'arrêt du travail.

L'école marocaine, une "aies-colle" ou "sois-colle", a un vaste programme d'expérimentation qui évolue d'une année à une autre. Tous ses programmes sont une réussite, la preuve: tous les pays en sont demandeurs, et la migration des cerveaux issus de ce laboratoire prodigieux est en hausse continuelle! La demande est telle que les transports aérien et maritime sont devenus insuffisants, et des milliers de jeunes embarquent sur des zodiaques pour aller sauver l'école européenne en risquant leur vie et préfèrent être martyrs que de ne pas transmettre le savoir...

En fait, si ces cerveaux migrants préfèrent le zodiaque pour secourir l'école européenne, c'est qu'il s'agit d'une expérience toute nouvelle du laboratoire scolaire marocain. Je m'explique. Les élèves marocains doivent développer la capacité de sortir du zodiaque marin, étant donné qu'ils n'ont plus d'ailes pour sortir du zodiaque astronomique. Pour ceci, ils doivent traverser les 12 épreuves correspondantes aux 12 étoiles du zodiaque.

Lorsque ce prodigieux labo-"rat"-oire reçoit l'enfant de 6 ans pendant son envol, en le collant au sol, il passe à la phase d'expérimentation suivante: "développer la capacité de couler et survivre sous les eaux". J'avoue que cette expérience est une belle réussite et elle est beaucoup moins dangereuse que celle de l'école Daech!

LIRE AUSSI: De la violence sociale induite par l'école marocaine