Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Denis Fortier Headshot

Que faire en cas d'une déchirure d'un ménisque du genou?

Publication: Mis à jour:
KNEE
Dirima via Getty Images
Imprimer

Votre genou vous fait mal? Il refuse de déplier lorsque vous marchez ou pratiquez un sport? La déchirure méniscale est l'une des blessures articulaires qui survient le plus fréquemment. Elle fait peut-être partie des causes qui vous empêchent de profiter pleinement de votre genou.

Or, tout n'est pas noir et blanc en ce qui concerne les lésions aux ménisques. Le genou est une articulation complexe, constamment sollicitée et vulnérable aux processus dégénératifs. Aussi, il contient plusieurs autres structures anatomiques qui peuvent être à l'origine de votre douleur, comme votre ligament croisé antérieur ou vos cartilages.

Vous êtes nombreux à m'avoir écrit pour me transmettre vos questions en ce qui concerne les problèmes aux ménisques du genou. Voici mes réponses, explications et conseils. Bonne lecture!

Qu'est-ce qu'un ménisque?

Un ménisque est un petit coussinet fait de cartilage. Chacun de vos genoux en compte deux, soit le ménisque externe (en forme de O) et le ménisque interne (en forme de C). Ce dernier est celui qui est le plus souvent blessé.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, les surfaces articulaires ne s'épousent pas à la perfection, au contraire. L'ossature a donc besoin d'accessoires afin d'améliorer sa mécanique. Les ménisques font donc partie des structures anatomiques qui favorisent une meilleure répartition du poids à l'intérieur des genoux, qui donnent de la stabilité à l'articulation et absorbent les impacts, comme lorsque vous sautez ou courez. Dans la vidéo ci-contre, vous verrez une animation 3D des ménisques (en vert) et de la mécanique du genou, réalisée par l'Université de Lyon. 

Le sang se rend-il jusqu'aux ménisques?

Oui et non. Certains auteurs ont établi que de petits vaisseaux sanguins desservent de 10 à 30% de chacun de vos ménisques. Cette particularité a pour effet de diviser vos ménisques en trois zones:

  • la zone rouge qui est vascularisée
  • la zone rose qui est à demi-vascularisée
  • la zone blanche qui n'est pas vascularisée

Les nerfs, eux, sont-ils branchés aux ménisques?

Encore une fois, oui et non. Vos ménisques ne sont que partiellement innervés. Les régions qui sont blessées et qui ne sont donc pas reliées à vos nerfs ne peuvent donc pas envoyer un signal de douleur à votre cerveau. En d'autres mots, un de vos ménisques peut être lésé sans que vous ressentiez de douleur. Une déchirure méniscale peut causer de la douleur dans les cas suivants: si la région déchirée est innervée, si une ou plusieurs autres parties de votre genou ont été blessées et si la déchirure perturbe les mouvements du genou, comme cela survient parfois lorsqu'une partie du ménisque provoque un blocage de l'articulation.

Que ressent-on lorsqu'on a une déchirure à un ménisque? 

Même si une déchirure méniscale ne cause aucun symptôme, il arrive souvent que ce ne soit pas le cas et que des symptômes se manifestent. Voici les principaux que vous pourriez ressentir:

  • Une douleur locale que vous ressentirez à l'intérieur du genou.
  • Un bruit durant le mouvement, comme un clic ou un pop. Ce bruit peut être présent en bougeant votre genou, que vous soyez debout, assis ou couché.
  • Un blocage du genou, momentané ou prolongé. Celui-ci peut vous empêcher de déplier complètement le genou, comme si la mécanique articulaire ne vous obéissait plus. Le blocage peut aussi prendre la forme d'une incapacité à plier (ou déplier) complètement votre genou.
  • Une difficulté à effectuer vos activités quotidiennes, au travail ou dans les sports, particulièrement celles qui nécessitent des déplacements ou des positions dans lesquelles le genou est fléchi et supporte votre poids du corps. 

Il y a-t-il plusieurs sortes de déchirures méniscales?

Oui. On peut notamment catégoriser les lésions méniscales en fonction de leur cause, soit d'origine: 

Traumatique: cette catégorie inclut des déchirures qui sont occasionnées par une blessure sportive, une chute, un accident de voiture, un impact direct sur le genou, etc.

Dégénérative: l'arthrose est le meilleur exemple. Il n'y a donc pas d'événement précis qui blesse votre ménisque, mais bien une succession de petits dommages qui s'accumulent au fil du temps. À cet égard, voici 3 statistiques qui illustrent bien les liens entre l'arthrose et les déchirures méniscales. Elles touchent:

  • 25% des personnes de plus de 50 ans qui n'ont pas d'arthrose au genou
  • 60% des personnes de plus de 50 ans qui ont de l'arthrose au genou
  • 90% des personnes qui ont un diagnostic d'arthrose sévère au genou

Mixte: la déchirure du ménisque survient lors d'un événement traumatique précis alors qu'un phénomène dégénératif est déjà présent.
​​
Quels sont les traitements disponibles?

Il existe d'abord des traitements conservateurs. Ceux-ci incluent les interventions que vous pouvez faire vous-même:  
  • Appliquez de la glace dans une serviette humide pendant une quinzaine de minutes. Celle-ci a pour but de diminuer la douleur
  • Utilisez un bandage élastique pour contrôler le gonflement articulaire
  • Portez temporairement une attelle ou un support élastique qui est destiné à stabiliser votre genou, mais seulement si vous percevez un manque de stabilité

Si les symptômes perdurent, consultez votre médecin ou un de mes collègues conservateurs échouent, d'autres options seront envisagées, comme la chirurgie. Celles pratiquées par arthroscopie sont les plus fréquentes. Leur niveau d'efficacité est toutefois remise en question par certains auteurs dans un contexte de déchirure méniscale provoquée par un processus dégénératif.

Peut-on prévenir les déchirures méniscales?

Non, du moins aucune étude n'a démontré comment y parvenir efficacement. Toutefois, en présence d'une déchirure méniscale, il est recommandé d'éviter les mouvements de pivot, c'est-à dire de tourner votre corps d'un côté en appui sur un pied. Plusieurs sont d'avis qu'une bonne santé articulaire diminue le risque de déchirure méniscale causée par un phénomène dégénératif. Cette bonne santé se caractérise par une mobilité complète du genou, un équilibre normal (yeux ouverts et yeux fermés) ainsi qu'une force adéquate. Par exemple, une force beaucoup trop marquée des quadriceps (partie avant de la cuisse) comparativement aux ischio-jambiers (partie arrière de la cuisse) peut perturber l'équilibre qui prévaut à l'intérieur du genou. 

Un programme d'exercices

Voici un programme d'exercices tiré de mon plus récent livre: R5, R7, A1, A?, A7, F3, F4, S2, S10. Que vous suiviez celui-ci ou un autre de votre choix, aucun exercice ne doit reproduire de douleur. Aussi, suivez les principes de progressivité, c'est-à-dire que vous devez adapter à vos capacités l'amplitude des mouvements faits pendant les exercices ainsi que la vitesse et le nombre de répétitions. 

Denis Fortier est aussi l'auteur du livre antidouleur: Adoptez la bonne posture, tests et exercices, aux éditions Marabout. Vous trouverez facilement le livre chez votre libraire. Pour plus d'informations, visitez le site web de Denis, sa page Facebook ou abonnez-vous à sa newsletter.

LIRE AUSSI: 10 astuces étonnantes pour perdre du poids

  • 1
    La marche
    Daniel Milchev via Getty Images
    Le consensus est clair: rien de tel que la marche. C'est une activité pratique (elle permet de se rendre là où on le souhaite), accessible à tous (pas besoin de salle de sport), et elle "convient à tous les âges et à tous les niveaux", selon Michelle Walter-Edwards, directrice du service de santé de l'Université de Marymount (Virginie). Surtout, elle permet de réduire les risques de décès prématuré, de maladies comme l'hypertension et de dépression, comme l’explique Adam Wright, un coach new-yorkais.
  • 2
    La course à pied
    lzf via Getty Images
    Vous voulez passer au niveau supérieur? Mettez-vous à la course à pied. Cette activité permet de fortifier les jambes et les abdominaux, d’entretenir les genoux et le bassin, d’améliorer la santé cardiovasculaire, et de continuer à brûler des calories après l’effort, explique Joe English, coach à Portland (Oregon) sur le blog U.S. News Eat+Run: "Avec l'âge, il faut peut-être ralentir la cadence, mais la course à pied permet de conserver un corps tonique et mince, même en vieillissant, ce qui a des avantages pour chacun de nous."
  • 3
    Les squats
    Click Images via Getty Images
    Selon Christopher Stepien, kinésiologue spécialiste des douleurs chroniques à la clinique Barefoot de Parsippany (New Jersey), si vous avez les jambes qui chancellent comme celles de Bambi après une série de squats, vous devriez probablement en faire plus souvent. Ils aident à prévenir les risques de blessures lombaires, de lésions de la hanche, des genoux et des chevilles, vous rendent plus souple, et améliorent l'équilibre et la communication entre le cerveau et les muscles. Ils facilitent également le transit intestinal, en "améliorant la qualité des fluides corporels et la distribution des nutriments aux tissus, organes et glandes des parties inférieures du corps".
  • 4
    Le relevé turc
    Todd Burandt via Getty Images
    Si vous n'avez jamais entendu parler de cet exercice au nom original, un peu d’attention, s'il vous plaît! Il s'agit de tenir une girya au dessus de sa tête tout en passant de la position allongée à la position debout, puis l'inverse. Pour Kelly Coffey, coach individuelle chez Strong Coffey Personal Training à Northampton (Massachussets), "c'est le plus utile des exercices qui font appel à tout le corps". Et si vous ne le faites pas jusqu'au bout, ou sans la girya, il vous aidera quand même à travailler la force, la coordination et l’équilibre.
  • 5
    La natation
    Caiaimage/Sam Edwards via Getty Images
    Une paire de lunettes de natation et hop, vous voilà paré-e! Selon Kevin B. White, coach personnel à Bethesda (Maryland), et auteur de School Yourself into Shape, la natation est un exercice qui convient à tous les âges. C'est non seulement un excellent entraînement cardiovasculaire mais un moyen de "fortifier les muscles tout en protégeant les articulations", ajoute-t-il.
  • 6
    Les pompes
    Guido Mieth via Getty Images
    Les pompes vous évoquent peut-être un exercice pour les bras mais elles font travailler tout le corps, y compris le torse, les jambes et les abdominaux, explique Arwen Fuller, professeur adjoint du service des sciences de l'exercice et du sport de l'Université de l'Utah. Vous aimez les défis? Faites des pompes avec les pieds sur un banc, ou augmentez le rythme et la résistance, et inspirez tout en remontant. Fatigué? Faites des pompes sur les genoux ou debout contre un mur.
  • 7
    La planche
    Justin Lambert via Getty Images
    On présente souvent la planche comme un exercice visant à renforcer les abdominaux, mais selon Heather Worthy, directrice régionale du service innovation et bien-être au YMCA Anthony Bowen, à Washington, c'est bien plus que cela. Cet exercice fait travailler les abdominaux, les bras, les épaules et le dos, améliore l'équilibre et la posture, renforce les membres inférieurs et aide à atténuer les maux de dos. Pour les plus courageux, Heather Worthy recommande de lever une jambe – puis l'autre – à quelques centimètres du sol, ou de faire la planche sur une surface en pente. Si vous voulez limiter l'effort, choisissez une surface inclinée vers le haut.
  • 8
    Les tractions en pronation
    DrGrounds via Getty Images
    Il est possible que vous n'en ayez pas fait depuis la primaire mais tout porte à croire que cet exercice convient à tous les âges. "Il renforce le tronc, les bras, les épaules, les abdominaux, le plancher pelvien, les mains et les avant-bras, car c'est tout le corps que l'on soulève", ajoute-t-elle. Selon l'équipement dont vous disposez, vous pouvez rendre l'exercice plus difficile en ajoutant une ceinture lestée (si vous aimez les défis), ou en utilisant une machine à traction assistée (histoire de vous stimuler).
  • 9
    Les étirements
    AmmentorpDK via Getty Images
    Et pour rester dans le registre de l'école primaire, on ne peut pas faire plus simple et efficace que les étirements (que ce soit en touchant vos orteils ou en faisant des fentes latérales), explique Shane Allen, coach et nutritionniste du sport à Dallas. "Les étirements entretiennent la souplesse et les muscles", explique-t-il. Ils sont censés réduiraient les risques de blessure. Alors, si vous sentez qu’ils deviennent douloureux, réduisez la cadence.
  • 10
    Une alimentation saine
    Chris Gramly via Getty Images
    Sauf si vous participez à des compétitions d’alimentation sportive, manger n'est pas vraiment ce que l'on peut appeler un sport. Mais selon M. Allen, qui travaille aussi pour un service de livraison de repas, la nourriture est la "partie la plus importante de n'importe quel programme d'entraînement, devant l’exercice". Une alimentation équilibrée – à base de fruits, de légumes, de protéines maigres et de graisses saines – vous procurera l’énergie nécessaire à n’importe quel programme d'entraînement. Le meilleur étant bien entendu "celui que vous ferez vraiment", conclut Arwen Fuller.