Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Conor McCormick-Cavanagh Headshot

Au lendemain de la tuerie d'Orlando, les Etats-Unis a besoin de renforcer le contrôle sur le port d'arme

Publication: Mis à jour:
ORLANDO
Jorge Cabrera / Reuters
Imprimer

Quelques jours après l'attaque d'Orlando, le débat fait rage sur les motivations du tireur, Omar Mateen, et les solutions de prévention contre ce genre d'acte dans le futur.

Omar Mateen était un homme qui souffrait d'une grave crise identitaire et qui s'est révélé être musulman.

Cependant, beaucoup de personnes se focaliseront sur son identité musulmane, une erreur. Son crime n'émanait pas d'une motivation religieuse mais plutôt d'un profond conflit intérieur. C'était une personne perturbée.

Dans notre société actuelle (aux Etats-Unis), de telles personnes existent et essaieront de faire du mal autour d'eux. La seule réponse à ce problème serait de renforcer le contrôle du port d'arme aux Etats-Unis.

Un terroriste amateur avec des tendances homosexuelles refoulées

Omar Mateen était un terroriste amateur à en juger par les critères de base. Il avait des connaissances limitées en géopolitique.

Il soutenait, en même temps, le Hezbollah, l'Etat Islamique et Al-Qaida, trois ennemis jurés.

Ceci équivaut à être fan de baseball soutenant les Yankees et les Red sox en même temps. Cela n'a pas de sens.

De plus, malgré son identification Musulmane, Mateen était un buveur excessif occasionnel et abusait de son ex-femme. En d'autres termes, il n'était pas le "Musulman modèle" aux yeux de la plupart des musulmans. Et par-dessus tout, il fréquentait souvent les bars gay d'Orlando et échangeait des messages avec des hommes sur Grindr, une application de rencontre destinée aux homosexuels. Il aurait également demandé à un camarade de son académie de police de sortir avec lui.

En d'autres termes, cet homme était très confus. Son père, Seddique Mir Mateen, a probablement contribué à cet état de confusion. Lorsqu'il a appris la possibilité que son fils soit gai, il est apparu incrédule s'adressant à The Palm Beach Post: "S'il était gai, pourquoi ferait-il une chose pareille?".

Malheureusement, dans beaucoup de familles musulmanes, "les homosexuels musulmans sont marginalisés s'ils ne sont pas cachés", a écrit Bilal Qureshi, un ancien rédacteur en chef.

Omar Mateen appréhendait probablement la marginalisation. Si ses tendances homosexuelles étaient avérées, comme son ex-femme Sitora Yusufiy le pensait, il a du se sentir extrêmement réprimé.

Après avoir partagé la douleur de toutes les victimes et de leurs proches, nous pouvons entamer une réflexion sur la vie d'Omar. Il a dû être extrêmement pesant d'être, à la fois, homosexuel et musulman dans une famille qui refusait d'accepter sa différence.

En dehors du cadre familial, Omar a du se sentir, à la fois, socialement ostracisé parce qu'il ne pouvait pas se révéler et en colère contre tous ceux qui s'assumaient librement.

Il est important de prendre en considération tous ces faits afin de réaliser que cette affaire ne porte pas sur la religion. Pour Omar, les identités se sont affrontées et ont créé de profonds conflits intérieurs qui l'ont mené à commettre ce massacre.

Il a fait allégeance à l'Etat Islamique uniquement quelques heures avant sa mort en appelant le 911 (numéro d'appel d'urgence aux Etats-Unis).

Cet homme était loin d'être un modèle, même pour les normes torsadées de l'Etat Islamique. En fin de compte, cette histoire tourne autour d'un homme mentalement atteint qui a eu accès à de puissantes armes à feu. Il s'agit là de contrôler le port d'arme.

Le deuxième amendement de la Constitution des Etats-Unis d'Amérique

Le deuxième amendement de la Constitution des Etats-Unis est une question très sensible aux États-Unis.

Les inébranlables partisans du "droit de porter les armes" sont offusqués quand ils estiment que les opposants tentent de porter atteinte à leur droit inaliénable. Ces mêmes défenseurs ardents du droit au port d'arme diront que l'Islam est dans le besoin d'une réforme, une sorte de rafraîchissement pour le mettre à jour avec le 21e siècle.

Cependant, en réalité, c'est le deuxième amendement qui doit être actualisé afin de le mettre à jour avec les temps modernes.

Rédigé en 1791, l'amendement était destiné à empêcher tout tyran de devenir dirigeant à vie.

Ceux qui ont rédigé la constitution appréhendaient qu'une autre figure de roi s'accapare le pouvoir, cet amendement leur donnait le droit de former "des milices bien armées". A cette époque, c'était logique.

"Aujourd'hui" nécessite des mises à jour

Venons-en à aujourd'hui, ce même amendement a donné à Adam Lanzathe le droit d'acheter un fusil d'assaut, qu'il a ensuite utilisé pour tirer à l'intérieur d'une école primaire, tuant 20 enfants entre l'âge de 6 et 7 ans.

Même en mettant l'accent sur les attaques terroristes perpétrées par des musulmans aux Etats-Unis depuis le 11 septembre, le top 3 des attaques terroristes les plus meurtrières est la fusillade de Fort Hood en 2009, celle de San Bernandino en 2015 et d'Orlando en 2016, toutes impliquaient des armes. Toutes ces armes ont été achetées légalement.

Nous devons alors nous demander pourquoi, mise à part les militaires et/ou les policiers, une personne aurait besoin d'avoir un fusil d'assaut? Il devrait être permis d'acquérir uniquement des fusils de chasse. Et si une personne en achète un pour chasser, qu'il chasse. Personne n'a besoin d'une arme de soldat pour tuer un cerf ou un faisan.

D'autres défenseurs du droit au port d'arme utiliseront l'argument de la légitime défense. On pourrait raisonnablement concéder que l'achat d'une arme de poing peut être acceptable à des fins d'auto-défense, bien que le contre-argument serait de dire que toute arme à feu crée plus de problèmes qu'elle n'en résout.

En effet, le taux d'"homicide justifiable" ou auto-défense, par rapport à "l'homicide volontaire par arme à feu" est de 1 sur 36. Cela fait beaucoup d'homicides injustifiés.

Même en autorisant l'achat d'armes de poing, il est tout à fait inutile de posséder un fusil d'assaut pour son auto-défense.

Les défenseurs du droit de port d'arme diront que la possession d'arme empêche tout "outrepassement" au niveau du gouvernement; soyons honnêtes avec nous-mêmes, nous savons très bien que les armes, peu importe le nombre, ne pourront empêcher "un outrepassement" du gouvernement américain, si il le décidait.

C'est une théorie un peu conspirationniste de tant se soucier d'un "outrepassement" du gouvernement et de l'utiliser pour justifier le laxisme des lois sur l'acquisition d'armes à feu, et même si ce genre de chose arrivait, les armes à feu n'auraient aucune chance face aux drones et aux bombes atomiques. En d'autres termes, l'argument en faveur de la possession de fusils d'assaut pour l'auto-défense est, au mieux, faible.

Comment empêcher de futurs massacres à l'arme à feu

Le contrôle des armes à feu reste la meilleure option pour empêcher que ces attaques ne se reproduisent, alors que seraient les détails d'un tel plan. La première pièce de ce plan serait d'interdire complètement les fusils d'assaut et les pistolets mitrailleurs.

Les civiles n'ont nul besoin d'outillage potentiellement dévastateur qui a déjà fait plus de mal que de bien. En outre, la vérification des antécédents pour tous les achats d'armes doit être renforcée. Omar Mateen avait été deux fois mis en examen par le FBI pour des liens possibles à l'extrémisme, une fois pour des remarques incendiaires faites à un collègue en 2013, et une autre pour des liens possibles avec un kamikaze d'Al Nusra. Le fait qu'il était encore autorisé à acheter une arme à feu, créée à l'origine et est toujours utilisé pour prendre des vies humaines, est au-delà du déconcertant.

Enfin, l'argument pour le contrôle des armes à feu ne peut être complet sans appeler à des soins de santé mentale plus complets.

Si Omar Mateen a été rapporté pour avoir utilisé une rhétorique extrémiste en 2013 et a rencontré des agents du FBI, alors en toute logique, il aurait dû être obligé de suivre une thérapie.

L'approche du FBI est préventive, uniquement dans une certaine mesure. De nombreux autres massacres auraient pu être évités si ces personnes avaient reçu un traitement adéquat. S'ils étaient allés jusqu'au bout, leurs thérapeutes auraient au moins pu alerter les autorités avant qu'une tragédie ne survienne.

Ensuite, Omar n'aurait jamais été autorisé à acheter une arme puissante.

L'attaque Orlando, à la fois la plus meurtrière des fusillades et des crimes de haine contre la communauté LGBT dans l'histoire des États-Unis, va effectivement enflammer le débat soutenu autour de la question du contrôle de port d'armes à feu.

Après chaque fusillade, les politiciens et les civils expriment leur choc et demandent des changements, pour finalement devenir apathiques quelques semaines plus tard. Cette fois, les Américains doivent s'engager à poursuivre le changement.

C'est à ce moment-là seulement que les personnes, et en particulier la communauté LGBT, commenceront à se sentir, à nouveau, en sécurité dans les espaces publics.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.