LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Clarence Rodriguez Headshot

Le premier concert de musique en Arabie saoudite depuis 24 ans défie les autorités religieuses

Publication: Mis à jour:
MOHAMMED ABDO
Clarence Rodriguez
Imprimer

Cela semble sans doute banal pour tous les jeunes de la planète, mais pas en Arabie Saoudite. Et pour cause! Ecouter de la musique dans des lieux publics -dans les magasins il n'y a pas de musique d'ambiance- la religion l'interdit, c'est "haram"!

Pourtant, lundi 30 janvier, le premier concert de pop orientale s'est déroulé à Jeddah devant 7000 personnes. "Au nez et à la barbe" des oulémas opposés à toutes manifestations de divertissement pour les jeunes. Quelques jours auparavant, le grand Mufti, Cheikh Abdul Aziz al-Cheikh avait en effet dénoncé sur internet que les "salles de cinéma et les concerts étaient des lieux de débauches et de corruption favorisant la mixité".

arabie saoudite

Force est de constater que dans le bras de fer engagé entre le vice-prince héritier Mohamed ben Salman et les religieux, le jeune prince vient de marquer un point important. La jeunesse aussi!

Ce concert organisé dans l'enceinte de King Abdullah Sport City à Jeddah au bord de la Mer Rouge a permis à trois artistes, dont la star saoudienne de la pop orientale Mohammed Abdo, d'enflammer le stade et de satisfaire une jeunesse enthousiaste.

Cet événement sans précédent en Arabie Saoudite a été soutenu par le gouvernement, plus particulièrement par "the General Authority for Entertainment" créée récemment par Mohamed ben Salman (MBS) dans le cadre du plan #Vision2030. Ce plan ambitieux, présenté par MBS en avril 2016, doit permettre à l'Arabie Saoudite d'être moins dépendante de l'énergie pétrolière: permettre la création de 450.000 emplois, l'intégration des femmes dans la vie active et la "libération" du divertissement, des loisirs pour une jeunesse souvent désoeuvrée mais connectée à internet, Twitter, Facebook, Instagram... 24/24.

Ce concert a été co-produit par la compagnie hôtelière Rotana dont le propriétaire n'est autre que le Prince Al Waleed bin Talal, bien connu pour ses positions souvent opposées à la bien-pensance saoudienne conservatrice. L'autre société qui a apporté son savoir-faire dans la réalisation de ce concert est une entreprise française dont le siège est à Montreuil. "Comanddo" est spécialisée dans les opérations événementielles et implantée dans le royaume depuis plusieurs décennies. Son Pdg Arnaud Richard m'a confié: "Ce sont 4000 autres événements de cette envergure qui sont programmés en 2017 dans tout le Royaume".

Dans un contexte tendu, il fallait oser contredire les récalcitrants, les "barbus" et autres religieux de "tout poil"...

Ces concerts n'ont pas fini de faire du bruit dans le royaume très conservateur... et c'est tant mieux pour cette jeunesse saoudienne qui a beaucoup de mal à se faire entendre.

Gageons que MBS ne restera pas sourd aux attentes de cette jeunesse au féminin, elle aussi avide de divertissement et qui est lasse d'entendre des paroles, rien que des paroles...

Car, seul bémol, les Saoudiennes n' ont pas pu assister à ce concert.

arabie saoudite

LIRE AUSSI:

Les événements culturels à ne pas rater en février
Les femmes et l'Inde à l'honneur du prochain Festival de Fès des musiques sacrées du monde