LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Chems Tounsi Headshot

Tunisie: Pour la création d'un service civique aménagé obligatoire

Publication: Mis à jour:
COMMUNITY SERVICE
Squaredpixels via Getty Images
Imprimer

Aujourd'hui en Tunisie, une grosse problématique demeure quant à l'avenir de la jeunesse tunisienne. Cette jeunesse, qui subit de plein fouet la crise économique, sociale et idéologique que traverse le pays actuellement, ne voit plus d'opportunités dans son pays et se résigne à être au chômage, immigrer ou dans les cas extrêmes rejoindre des groupes terroristes.

Selon un sondage du FTDES, un jeune tunisien sur deux songe à émigrer et un jeune tunisien issu de quartiers défavorisés sur trois songerait à l'émigration illégale. Ce sondage révèle un ras le bol et une perte de confiance des tunisiens envers leurs institutions et ne laisse présager rien de bon quant aux perspectives d'avenir pour le pays qui devrait d'avantage s'appuyer sur sa jeunesse dynamique et innovante pour établir ses plans de relance.

Ici ne sera pas traitée une solution globale d'utilisation optimale des ressources humaines de la Tunisie mais plutôt une solution concrète plus ciblée qui pourrait montrer la voie à d'autres reformes plus ambitieuses.

Tout part de deux constats: le premier étant la désaffection grandissante des jeunes tunisiens pour leurs institutions et donc pour le système régissant le pays et le second étant la faible part de Tunisiens effectuant leur service militaire comme prévu par la loi.

Outre la dimension militaire, ce service se voulait d'avoir deux avantages majeurs: la mise en place d'une expérience professionnalisante pour tous ceux qui le souhaitent et l'apprentissage de valeurs patriotiques.

Aujourd'hui cette solution, bien qu'elle fonctionne dans certains cas, n'est plus efficace compte tenu du nombre de jeunes ne participant pas à ce service du fait de leurs engagements (famille, études, travail ...) ou du fait du caractère physique et dangereux de la mission qui leur est proposée.

C'est pourquoi dans le cas où il y a dans un premier temps incapacité ou refus d'un jeune à effectuer son service militaire, il se verra dans l'obligation d'effectuer un service civique qui pourra être aménagé prenant en compte ses obligations et possibilités et qui consistera en sa participation active dans une association présélectionnée par une institution gouvernementale comme étant d'intérêt national (environnement, développement, humanitaire, culturel etc.) sur une période d'un an.

Ce programme ne visera pas à entrer en concurrence avec le service militaire mais pourra lui être complémentaire en incitant les jeunes à trouver une activité qui pourrait à la fois leur servir d'expérience professionnelle mais aussi qui permettra de renouer les liens entre les institutions tunisiennes et la population.

Cette solution sera par ailleurs bénéfique pour le pays entier étant donné qu'elle permettra le développement du tissu associatif tunisien tout en permettant à chacun d'aider son pays dans le domaine où il sera le plus efficace.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.