LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Chedly Mamoghli  Headshot

L'Histoire est un éternel recommencement

Publication: Mis à jour:
SAUDI ARABIA
Handout . / Reuters
Imprimer

Ce qu'est en train de faire actuellement l'héritier du trône saoudien Mohamed Ben Salman et le conflit dans lequel il veut nous embarquer contre l'Iran est similaire à ce qu'a fait Saddam Hussein durant la guerre Iran-Irak (1980-1988).

Saddam avait usé à l'époque de l'argument confessionnel et s'est présenté en porte-étendard des sunnites et de leur honneur contre les chiites. Et ce n'est pas un hasard s'il avait donné à cette guerre le nom de "Qadisiyyit Saddem" par référence à la célèbre bataille ayant opposé les arabes conduits par le compagnon Saad Ibn Abi Waqqas aux perses. Mohamed Bin Salman nous rejoue le même numéro quelques décennies plus tard en reprenant l'argument confessionnel et en l'utilisant comme prétexte pour une confrontation avec l'Iran.

Avant lui, Saddam avait été poussé et encouragé par les américains pour faire la guerre à la jeune république islamique (c'était tout juste un an après la révolution islamique et l'arrivée au pouvoir de Khomeini) et c'était l'administration Reagan -avec Georges H.Bush (père) comme vice-président- qui était aux manettes à l'époque et les monarchies du Golfe qui avaient financé cette "guerre confessionnelle". Aujourd'hui, c'est Trump et les israéliens qui poussent MBS à la confrontation avec l'Iran.

Mais il oublie ou il ne sait même pas, ignare qu'il est, que Saddam a été chassé par les mêmes personnes qui jadis l'encourageaient et le poussaient à faire la guerre à savoir les Rumsfeld, Dick Cheney, Wolfowitz et toute cette bande. A l'époque où ils le poussaient, ils étaient dans l'administration Reagan et à l'époque où ils l'ont destitué, ils étaient dans l'administration de Georges W.Bush (fils). Et MBS, lui aussi sera utilisé puis jeté comme une vieille chaussette.

Il ne sait pas aussi que son pays risque d'avoir le même funeste destin que l'Irak. Qassem Soleimani, commandant de la Force Al-Qods -les forces spéciales des Gardiens de la Révolution- avait dit il y a quelques années que "le plus beau cadeau que nous avions reçu c'était la destitution de Saddam, les américains nous ont offert l'Irak sur un plateau en or."

MBS ne sait pas qu'une guerre contre l'Iran peut se solder par un chaos dans le Moyen-Orient qui se soldera par la disparition de l'Arabie-Saoudite et que les américains qui le poussent à faire la guerre aujourd'hui pourront perdre le contrôle de la situation comme en Irak et à ce moment-là c'est toute la péninsule arabique qui sera offerte sur un plateau en or à l'Iran.

Malheureusement, les arabes ne retiennent pas les leçons de l'Histoire, ils sont toujours guidés par la violence, la brutalité et la haine. Ils ne possèdent rien de tout ce que la politique requiert à savoir la finesse, l'habileté, la subtilité et même le machiavélisme. La politique est bien compliquée pour eux. Dindons de la farce ils sont, dindons de la farce ils le resteront.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.