Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Bernard Jomard Headshot

Au Maghreb, comme ailleurs ce sont les entreprises qui créent des emplois

Publication: Mis à jour:
MIRIEM BENSALAH CHAQROUN
collage
Imprimer

Crédits photos:
Miriem Bensalah Chaqroun: ERIC PIERMONT/AFP/Getty Images
Habib Youssfi: Capture écran
Wided Bouchamaoui: REUTERS/Charles Platiau

Alors qu'aujourd'hui on est bien obligé de reconnaitre l'échec de l'Union du Maghreb arabe (UMA), cette organisation économique et politique formée il y a plus de vingt-cinq ans, pourquoi ne pas créer un nouvel outil seulement économique, en regroupant les trois fédérations d'entrepreneurs Maghrébins au sein d'un Groupement d'intérêt économique, groupement qui pourrait avoir des actions transversales, s'appuyant sur les points forts de chaque pays?

La première question à se poser, est, comment le patronat est-il organisé aujourd'hui dans ces trois pays, et quelles sont les difficultés rencontrées?

Sachant, que l'objectif d'une organisation patronal est clair, c'est tout d'abord de collaborer à l'élaboration des lois sur le travail, et c'est aussi de dynamiser les échanges avec les pays voisins, ou plus éloignés.

Qu'en est-il aujourd'hui?

Algérie:

La Confédération Générale des Entreprises Algériennes a été créée en 1989 en tant que première organisation patronale regroupant ses membres à travers des structures nationales organisées par wilaya et par secteur d'activité.

Son président est Monsieur Habib Yousfi et Madame Saïda Neghza, est la vice-présidente.
L'objet de la C.G.E.A est de:

  • Représenter et défendre ses adhérents auprès des pouvoirs publics.
  • Promouvoir le dialogue social à tous les niveaux par la promotion du travail décent,
  • Promouvoir et développer la coopération avec les organisations professionnelles économiques nationales et internationales.
  • Agir pour la promotion d'une politique de développement de l'entreprise et d'amélioration de l'environnement des affaires et de l'investissement.

La CGEA participe également à la définition de la politique économique et sociale nationale, et à un dialogue au plus haut niveau patronat gouvernement, dans le cadre de la mise en œuvre de la politique économique et social (bipartite) et dans le cadre du dialogue social à travers les tripartites où son rôle de partenaire à part entière lui est reconnu.

Enfin la CGEA, dénonce régulièrement la bureaucratie Algérienne et le manque de visibilité qui caractérise l'environnement politique et économique. Manque de visibilité qui entrave l'épanouissement de l'entreprise algérienne.

Maroc:

La Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) est le représentant du secteur privé auprès des pouvoirs publics et des institutionnels.

Elle s'exprime au nom de ses 88.000 membres directs et affiliés et veille à assurer un environnement économique favorable pour le développement des entreprises.

Madame, Miriem Bensalah Chaqroun, une femme d'affaires en est la présidente.

Depuis sa création en 1947, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) assure la représentation et la promotion des entreprises membres agissant dans différents secteurs et de différentes tailles.

La CGEM défend les intérêts des entreprises du Maroc auprès des pouvoirs publics et des pouvoirs sociaux. Son but est d'agir en faveur d'un environnement prospère et optimal pour l'économie marocaine à travers la promotion de l'initiative privée.

Afin de participer à l'instauration d'une économie marocaine prospère, la CGEM se fixe, comme principales missions, la valorisation du rôle de l'entreprise dans le développement économique et social et la promotion et l'encouragement de la mise en œuvre d'une politique de développement de l'entreprise.

La Confédération s'engage également dans l'amélioration de l'environnement des affaires et de l'investissement, à l'échelon international, à travers ses 43 conseils d'affaires.

Tunisie

En Tunisie, c'est l'UTICA, Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat qui assure la représentation et la promotion des entreprises membres agissant dans différents secteurs et de différentes tailles.

Mme Wided Bouchamaoui, en est la présidente.

Dirigée par des structures décisionnelles et appuyée par des commissions spécialisées, l'UTICA accompagne, coordonne et mobilise l'ensemble de ses membres adhérents dans les différentes structures régionales et professionnelles.

Elle constitue ainsi un acteur important d'intégration et de développement économique tout en appuyant les activités et le développement des entreprises aussi bien au niveau régional que sur le marché national et international.

L'UTICA c'est: 17 fédérations, 24 unions régionales, 216 unions locales, 370 chambres syndicales nationales et 1700 chambres syndicales régionales.

Il faut surtout noter que l'UTICA oeuvre positivement pour une meilleure convergence régionale, et pour plus de cohésion sociale.

Lutter efficacement contre les disparités régionales, c'est responsabiliser chaque région dans la mise en valeur de ses potentialités et remédier au fléau de l'économie informelle.

Conclusion:

Economiquement parlant, ces trois pays ont un PIB nominal de plus de 370 milliards de dollars (Algérie 214 milliards de dollars, Maroc 109 milliards de dollars, Tunisie 49 milliards de dollars), soit plus ou moins le PIB des Emirats Arabes Unis, de la Colombie ou de l'Afrique du Sud!

Ce que les politiques n'ont pas réussi avec l'UMA, les trois confédérations d'entreprises devraient elles pouvoir surmonter les difficultés souvent artificielles, animosités servant quelques fois de carburants aux divers partis politiques!