LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Bent Trad Headshot

Nos coeurs: Les tombes des martyrs

Publication: Mis à jour:
MANIFESTATION TUNIS
FACEBOOK/Hatem Boukesra
Imprimer

Hier à 21h30, j'avance le cœur battant vers le théâtre municipal.
J'avais souhaité y retrouver un certain réconfort avec des visages quelque peu familiers.
Il n'en n'était rien, puisque la manif du Poct nous avait devancés.

Un petit tapis rouge flamboyant devant les escaliers du théâtre, une voiture ancienne en noir et blanc, des visages blêmes, des regards épuisés, des voix qui montent, des voix étouffées, des drapeaux lourds, des lumières hésitantes et une foule insolente.

Éreintée, je me pose au bout des escaliers, et d'un coup s'immiscent des gens habillés en tenues de soirées: des hommes en costard cravate, des femmes avec des jebba 2.0 (les courtes , les sans manches, des noires brodées or, des roses brodées argent, des talons aiguilles), des robes de soirée, maquillées.

En passant, ces derniers lançaient des regards ahuris, choqués. Nous semblions avoir gâché leur montée des marches, leur début de soirée, l'occasion rêvée pour faire valoir leurs belles tenues...

Je levais les yeux tout en haut, là où y'a des nuages, là où il n'y a plus d'étoiles, là où on prétend que tout a été décidé, où les dès ont été lancés... et je fermais, très fort les yeux.

C'était ma manière de prier probablement et je m'entendis dire: " Vous qui êtes aux cieux, votre vraie tombe c'est nos cœurs ...." . Et me souvins, de mon petit frère qui, en rentrant du jardin d'enfants; chantait : " نموت نموت و يحيا الوطن et ma mère qui lui répondait : "يلعن بو الوطن الي يموت عليه ولدي " ...

Alors je ferme les yeux très fort maintenant, en invoquant tout ce qui peut être invoqué pour ne plus avoir à pleurer ou enterrer ou présenter mes condoléances à une maman ayant perdu un enfant pour le pays.

Je crois qu'en dépit de tout, nous ne sommes pas un si mauvais peuple qu'on le pense et que nous méritons du répit, des joies, des rires, des fêtes et de l'amour ...

D'ailleurs,je ne leur en veux même pas , ces hommes et femmes en tenues de soirée, c'est juste que j'aurais pu être ailleurs en train de fumer et de boire ma bière dans un parc sur l'herbe avec un groupe qui joue de la musique dans la rue et des gens qui s'embrassent, qui se prennent dans les bras...

J'aurais pu être plus heureuse et c'est ce qui fatigue... Mais j'aurais pu aussi être la mère de deux enfants égorgés par des terroristes, j'aurais pu perdre un fils parti étudier ou en voyage avec ses potes ou sa compagne .. j'aurais pu porter le deuil... dans une montagne ... dans un monde ... où on chasse l'Homme.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.