LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Bayrem Kilani (Bendirman) Headshot

Tunisie: Cité de la culture, mais quelle culture?

Publication: Mis à jour:
CITY OF CULTURE TUNISIA
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

J'ai vu les photos de la visite de Youssef Chahed à la Cité de la culture.
Des artistes invités, de bien belles promesses, mais à qui sont-elles destinées?

Où sont Yasser Jeradi, Badiaa Bouhrizi, Najet Ounis, Chaima Ben Mahmoud, Mortadha, Halim Yousfi, Jawhar, Nidhal Yahyaoui, Sabri Mosbah, Yuma... (et des dizaines d'autres encore)?

Où est la jeunesse qui a créé une nouvelle musique tunisienne après la révolution, qui ne cesse de faire des miracles avec peu de moyens?

Où sont nos jeunes B-Boy, graffeurs, nos artistes urbains qui exposent dans le monde entier?

Nos photographes, cinéastes, hommes et femmes de théâtre, où sont-ils? Ne sont-ils pas assez à la hauteur de vos discussions profondes?

Vous vous demandez pourquoi on ne sent pas concernés par ce pays, et vous castrez cette jeunesse, avec des projets élitistes qui ne touchent qu'une minorité vieille d'esprit.

Les 300.000 dinars dépensés pour un rond-point peuvent produire 10 albums de 10 jeunes artistes.

Les 250.000 dinars dépensés pour l'ouverture de Carthage peuvent créer 10 petits home-studios dans les Maisons de jeunes des régions et quartiers.

Le cachet d'un seul artiste libanais peut nous faire un festival ambulant qui sillonne les montagnes pour donner la joie à une Tunisie oubliée.

Nos DJs et producteurs sont invités dans les clubs du monde entier mais ne peuvent pas avoir de visa, car ils n'ont aucun statut.

Nos chansons sont volées par des banques, des télés nationales et nous n'avons aucun droit.

Non il n'y a pas que les jeunes chômeurs qui veulent quitter le pays.

La moitié de notre cercle de jeunes artistes ont quitté le pays avec des cartes de séjour remises par l'Europe.

Continuez à les ignorer, à les rendre responsables d'avoir détesté ce pays!

Ouvrez 1000 cités de la culture, on se fiche de la votre!

La notre est là où elle doit être: LA RUE!

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.