LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Badr Drissi Headshot
Assil El Mahmah Headshot

La stagnation du prix du gasoil (malgré la baisse du prix du pétrole!)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ÉCONOMIE - Le 16 octobre 2014, en application du système d'indexation, le gouvernement a fixé les prix des carburants pour la deuxième quinzaine d'octobre. Au grand dam de nous autres consommateurs, le prix de l'essence n'a connu qu'une baisse de 7 cts le litre (à 12,80 DH/L), mais surtout le gasoil, carburant préféré des Marocains (près de 60% du parc automobile), n'a enregistré aucune baisse (à 9,69 DH/L). Les consommateurs crient au scandale !

Essayons de dépassionner le sujet et regarder ce que nous disent les chiffres.
(PS: les prix utilisés sont calculés à la sortie de la raffinerie de Mohammedia, hors coût de transport et marge détaillants).

Le cours du pétrole est en baisse

La déception (voire colère) des consommateurs est liée au fait que les prix à la pompe ne baissent pas (le gasoil) ou peu (l'essence), malgré le recul continu du prix du pétrole à l'échelle internationale depuis plusieurs mois, le baril de Brent (pétrole) ayant atteint 84 USD/bl, loin du pic de 115 USD/bl en juin (cf. graphique 1).

pétrole brut

Pourquoi le prix du gasoil ne baisse-t-il pas?

Premier élément de réponse: l'indexation adoptée par le gouvernement ne prend pas comme référence le cours du pétrole, mais la moyenne des prix des produits pétroliers raffinés (donc essence et gasoil) sur le marché de Rotterdam. Rappelons que l'indexation permet, suivant une formule de calcul, de répercuter d'une manière mécanique, les variations à hauteur de 2,5% à la hausse ou à la baisse sur le prix de vente au public. En d'autres termes, une baisse du Brent n'est pas forcément synonyme de baisse du prix du gasoil.

La véritable question est donc: Est-ce que le prix du gasoil sur les marchés internationaux connait le même recul que celui du pétrole? La réponse est ... Non!
En effet, le prix du gasoil sur le marché de Rotterdam a connu en 2014 un rythme de baisse moins rapide que celui enregistré pour le Brent (cf. graphique 2).

gasoil 2014

Ce différentiel de tendance entre le Brent et les produits raffinés (essence et gasoil) s'explique par le fait que les prix de ces derniers dépendent de plusieurs autres variables peu ou pas corrélées aux fluctuations du pétrole sur les marchés mondiaux. Bien entendu, la base du prix des produits raffinés est le pétrole, mais il dépend également des capacités et marges de raffinage (i.e. même si le pétrole est disponible, il faut des capacités pour le raffiner), des stocks de produits raffinés et plus généralement de la loi de l'offre et de la demande.

Une baisse au niveau du pétrole brut prend, en général, plusieurs semaines, avant d'être visible à la pompe. Les raffineurs cherchent à écouler les stocks de pétrole achetés à un prix plus élevé, ou encore à restaurer leurs marges profitant de la baisse du brut. Nous pouvons donc conclure qu'une baisse du brut n'implique pas nécessairement une diminution des prix à la pompe, vu les différentes composantes du prix des produits raffinés.

Autre variable, le taux de change. En effet, le repli des cours mondiaux du Brent a été atténué par l'appréciation du dollar face au dirham, puisque le pétrole brut est libellé en dollar. Dit plus simplement, vu le renchérissement du billet vert face au dirham, le baril de pétrole nous coûte plus "cher" en dirhams (il faut plus de dirhams pour acheter le même baril), malgré la baisse du prix du Brent en dollar (cf. graphique 3).

taux change dollar dirham

Récapitulons! Jusqu'à maintenant, nous avons analysé les facteurs qui expliquent pourquoi la baisse du prix de gasoil n'est pas comparable à celle du pétrole. Mais, nous n'avons pas répondu à la question: Pourquoi le prix du gasoil n'a pas bougé, même pas d'un centime, en octobre 2014?
La réponse réside en fait dans la réforme de la compensation (not again!).

En version courte: pour faire face aux dépenses de la caisse de la compensation, le gouvernement a mis fin aux subventions du fuel et de l'essence en janvier 2014. Il a épargné temporairement le gasoil et a continué de le subventionner, en annonçant un calendrier de réduction de la subvention.

La subvention unitaire du gasoil a été ainsi fixée à 2,15 dirhams/litre à partir du 16 janvier 2014 avec une baisse graduelle, à 1,70 dirham/litre à partir du 16 avril et à 1,25 dirham/litre à partir du 16 juillet. Aujourd'hui, cette subvention n'est que de 0,79 dirham/litre (cf. graphique 4).

prix gasoil pompe maroc

En résumé, toutes choses étant égales par ailleurs, à partir du 16 octobre, suite à la baisse de la subvention, le prix du gasoil devait en fait augmenter, dépassant le seuil de 10 dirhams (selon certains médias). Et pourtant, le prix du gasoil est resté inchangé. Baisse du pétrole, surplace du gasoil, réduction de la subvention...effectivement, c'est à n'y rien comprendre.

En réalité, le prix du gasoil au Maroc a bien profité de la baisse des cours mondiaux ces derniers mois. Donc il devait baisser! Mais, il y a toujours un mais, la réduction progressive de la subvention accordée au gasoil a masqué l'effet du repli du prix du gasoil coté à Rotterdam.

Le graphique suivant présente l'évolution du "compte d'ajustement des prix" (i.e. la subvention) du gasoil depuis le 01 janvier 2014:

subvention gasoil

Pour mieux cerner les différents impacts qui font que le prix du gasoil à la pompe est resté stable à 9,69 DH/litre ce 16 octobre, nous avons réconcilié le prix de la 1ère quinzaine et celui de la 2ème quinzaine d'octobre à partir de la variation de ses différentes composantes dans le graphique suivant (Graphique 6):

prix gasoil maroc

Nous observons donc que la baisse du prix de 0,17 cts/litre (prix + taxes) a été en réalité "absorbée" par la réduction de la subvention du même ordre.

Pour conclure sur une note positive, il faut souligner que l'objectif derrière l'indexation est en bonne voie! Les derniers chiffres disponibles relatifs à la compensation du gasoil révèlent que la subvention supportée durant les premiers sept mois de 2014 s'est élevée à 7,2 milliards de dirhams contre 9,3 milliards en 2013, soit une baisse de 22%. Mais le chiffre le plus marquant est en réalité celui de la consommation du gasoil qui a enregistré une hausse de 21% à fin juillet 2014, et cela malgré la hausse du prix gasoil.

consommation gasoil

Par conséquent, et contrairement à ce que prévoyaient les détracteurs de la réforme, la hausse des prix des carburants n'a pas eu d'impact sur la consommation des carburants. Ring any bells? Ce constat va dans le sens de l'analyse réalisée dans notre précédent billet (voir malecturde.wordpress.com).

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.