LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Bachir Dahak Headshot

Quelque part en Afrique.....

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Quelque part en Afrique, la déchéance imprévisible d'un homme de pouvoir ne finit pas d'intriguer.

Imaginez un homme élégant, doté de bons diplômes européens et dont le parent, leader politique plus rusé que les autres hommes politiques de son pays, longtemps réduit à l'opposition, triomphe brusquement aux élections présidentielles de son pays.

La première fois qu'il s'en était approché c'était en 1978.

Avec son nom, toutes les portes lui sont immédiatement ouvertes par les plus grandes banques du monde ainsi que par les grandes multinationales alors que jusque là il s'était contenté de terminer ses études parisiennes en semblant s'intéresser au sort injuste que son pays avait réservé à son parent malgré son parcours de combattant de la libération et ses qualités d'orateur.

Avec l'élection de son proche à la magistrature suprême, tout est bouleversé dans la vie de cet homme que toutes les tables des grandes capitales européennes s'arrachent désormais.

Habilement conseillé, il ne tarde pas à rejoindre au pays, son parent devenu Président de la République pour occuper, très près de lui, le rôle terriblement flou de "Conseiller Spécial".

Confident et stratège, le jeune homme, jusque là affable et effacé, entreprend de réaliser froidement toutes les revanches dont rêvait son parent que les affres de l'âge ne vont pas tarder à affaiblir.

Cet homme devient si incontournable dans les coulisses politiques et les cercles économiques de son pays, si autoritaire et arrogant vis-à-vis du personnel de ces hautes sphères du pouvoir, que la rumeur de son ascension ne va pas tarder à devenir envahissante.

Le très avisé magazine "Jeune Afrique", séduit par le personnage, le cite parmi les "100 personnalités qui feront changer l'Afrique en 2009".

Son parent-président amoindri garde encore ses capacités de politicien redoutable et se met lui aussi à baliser le parcours prochain de son protégé. Il va jusqu'à mener des guerres de tranchée dans son propre parti politique, se sépare des cadres les plus en vue et il n'hésite plus à dire qu'il rendrait le pays ingouvernable si on venait à l'empêcher de mettre en œuvre une révision constitutionnelle dont le seul objectif serait de nommer son parent au poste de Vice-président.

Son parent-président multiplie les coups d'éclat et c'est ainsi qu'il nomme en quelques années plus de généraux que ses prédécesseurs en quarante ans. Obsédé par l'image qu'il veut laisser à ses compatriotes, il demande à un pays d'Asie de lui construire un imposant édifice dont le coût alimentera de nouvelles polémiques.

Soucieux d'entourer son protégé du souffle spirituel du peuple, il va jusqu'à promouvoir et enrichir une confrérie religieuse chargée de porter la bonne parole dans les coins les plus reculés du pays. Jusque là, il y a effectivement des similitudes qui peuvent perturber celles et ceux qui viennent de lire ces quelques lignes.

Malheureusement (ou heureusement en fonction de chacun) cette histoire véridique se passe au Sénégal et elle se termine plutôt mal puisque le fils prodige, Karim WADE, a fini par être condamné le 23 Mars 2015 par un Tribunal spécial à Six ans de prison ferme et au remboursement de 210 millions d'euros.

A son arrivée au pouvoir, avec des discours de tribun-griot, Abdoulaye Wade, le père de Karim, avait suscité un réel sentiment de bonheur, et même un peu de prospérité, chez son peuple.

La fin de son pouvoir a été le plus long cauchemar des sénégalais, d'abord parce qu'il a voulu absolument effectuer le troisième mandat que la Constitution lui interdisait et ensuite parce que sa campagne électorale houleuse provoquera une dizaine de morts dans le pays.

Aucune lueur d'espoir ?

Si, puisque c'est grâce à l'obstination de Papa Wade et de son fils prodige, cupide conseiller de l'ombre, que l'opposition s'est enfin unie et a triomphé sous une seule bannière, le M23. Vous voyez encore des similitudes avec un autre pays ?

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.