Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Aziz Hamdi Headshot

La pièce "Torchaka" au TNA à partir du 16 Juin

Publication: Mis à jour:
TORCHAKA
Aziz Hamdi
Imprimer

aceurs

Imaginez une histoire d'amour sur une scène de théâtre. Jusque-là tout est normal. Mais pouvez-vous imaginer une histoire d'amour entre deux allumettes ?

"TORCHAKA" est une pièce de théâtre écrite et mise en scène par le metteur en scène Ahmed Rezzak.

Il raconte le combat d'un couple pour leur amour dans une société d'allumettes très conservatrices, conservées dans une boite d'une ancienne époque.

Nous avons rencontré les composants de cette pièce au TNA où se déroule les répétitions depuis un mois et récolté leurs déclarations:

Ahmed Rezzak:

"La pièce devait être montée depuis deux ou trois ans au niveau d'autres théâtres mais elle a pris du retard et c'est le TNA qui la prend en charge cette fois-ci. La pièce tourne autour d'une histoire originale, d'un sujet familier qui touche à la vie sociale et politique d'une société refusant l'amour entre deux allumettes. Celles-ci y vivent elles-mêmes en croyant à l'inexistence de l'amour. Pourquoi les allumettes ? Pour la symbolique: l'allumette est la source de la vie, malheur et bonheur, guerre et lumière. Thomas Edison a utilisé l'allumette pour allumer une bougie, et du coup découvrir la lampe. Refuser l'amour, c'est anéantir cette source vitale qui est le feu et c'est ce qui se passe dans notre société aujourd'hui...".

"J'ai fait appel à des têtes d'affiche tel que Hamid Achouri, Mustpha Laribi, Samira Sahraoui, Yacine Zaidi, Abdellah Djellab parce-que le public a envie de voir ses comédiens fétiches sur scène et à travers ce travail, je cherche à convier le public à réapproprier son théâtre. C'est un travail de combat contre la situation théâtrale très ardue et les conditions de travail qui ne cessent de s'endurcir".

"De mon côté, je remercie les comédiens d'avoir accepté de jouer ce spectacle pour le théâtre pour l'art et pour public pas pour autre chose...".

Hamid Achouri:

"La pièce vient vraiment au bon moment dans une époque où l'on se méfie de l'amour. Aujourd'hui, on vit un amour basé sur le virtuel et un manque d'entente et de communication et je pense que le metteur en scène l'a bien signalé dans cette pièce. Je reviens au théâtre après 10 ans d'absence et j'essaie avec ce superbe groupe de faire un travail professionnel basé sur la recherche.A vrai dire je suis en train d'apprendre de nouveau dans cette pièce et ce merveilleux groupe...".

Samira Sahraoui:

"Je suis là parce que le sujet m'a beaucoup impressionnée. J'aime bien les comédies noires car je pense que c'est la méthode la plus juste pour faire passer un message avec une manière subtile toute en rigolant. En plus j'ai beaucoup travaillé avec Ahmed, je peux en citer [les pièces, NDLR] "M'brouka" ou même "Tag ala Mentag" et j'apprécie le travail avec lui. J'aime ses écrits et je peux dire qu'il est l'un des meilleurs, on fait un travail entre comédie et drama. Nous somme optimistes pour un grand succès...".

Benabdellah Djellab:

"Après toutes ces année données pour le théâtre, je suis très heureux d'être dans cette oeuvre et parmi ce formidable groupe, aux côtés de cette mosaïque de comédiens venus des quatre coins du pays. Je pense qu'aujourd'hui, c'est le moment de faire une équipe nationale du théâtre ... ce que TORCKAHA réussit à faire (rire)... ".

Mounia Ait Meddou:r
"C'est ma première au TNA et ces comédiens, avec qui je n'ai jamais joué. Une belle aventure amorcée par un sujet controversé du sentiment humain, soit l'amour qui commence à disparaître. Parfois, il prend une autre forme qui n'est pas la nôtre, un aspect qu'on va montrer au public à travers des personnages fictifs, car c'est ce qu'on est et je pense qu'à travers cette histoire, nous réveillerons des consciences ..."

Mustapha Laribi :

"Une opportunité pour moi de revenir sur scène après 14 ans. D'autant plus que le texte est bien écrit, du burlesque très simple avec un message très profond au même temps. Et j'espère qu'on sera à la hauteur ...".

Yacine Zaidi : assistant et comédien

"La pièce a rassemblé presque 12 wilayas et c'est l'amour qui nous a assimilés (rire). Le texte parle d'amour qui symbolise tout, un amour qui n'existe pas dans ce monde d'allumettes mais est-ce-que il existe chez nous les humains ? Et c'est autour de cette question qu'on a construit notre projet".

Abdellah Kourd:

"C'est vrai que la pièce traite un sujet sensible de l'amour mais la vraie perception c'est qu'il faut dire oui quand il faut sans pour autant avoir honte de dire non quand il faut aussi, il est temps de se révolter pour nos causes...".

Linda Blues:

"Le théâtre pour moi est le noyau de la galaxie artistique. J'ai toujours rêvé de faire du théâtre et là je sens que je suis dans ma peau d'artiste préférée, le défi est relevé pour satisfaire le public".

Mohamed El-Houes:

"Je connais le travail d'Ahmed Rezzak. Je n'ai pas mis deux secondes avant d'accepter. Je sens de la nouveauté dans l'écriture du texte et c'est une aventure pour moi. Le public ne se sentira pas étrangé car la pièce est inspirée de notre vécu quotidien...".

Sabrina Boukeria

"Nous sommes en train de vivre une expérience fun et très valeureuse en termes de théâtre et le plus important dans ce travail c'est l'esprit du Torchak (souffre) qui explose à l'intérieur de nos âmes".

Les amoureux du 4e art seront conviés au Tna les soirées des 16,17, 18, 22, 23 juin à 22H30.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.