Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Aymen Fathallah Headshot

L'Ă©puration ethnique des Rohingyas

Publication: Mis Ă  jour:
ROHINGYAS
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Les Rohingyas sont une minorité religieuse et ethnique musulmane originaire de l'État d'Arakan, en Birmanie. Cette communauté est victime d'une épuration ethnique et systématique par la population majoritaire birmane.

Les chefs religieux bouddhistes birmans appellent constamment à la haine et à la violence contre cette communauté en toute impunité. Ce déchaînement de haine et de violence n'est guère contesté au sein du peuple bouddhiste birman bien au contraire il est encouragé. Tous les jours, des femmes sont violées ou pendues avec leurs enfants, les petits garçons sont décapités ou torturés jusqu'à la mort, les hommes sont froidement abattus par les militaires et leurs villages et maisons sont incendiés à la vue de tous.

Face à cela, aucune réaction, ni contestation de la part du pouvoir birman. Ni même la figure symbolique de l'opposition non-violente et secrétaire générale de la ligue nationale birmane pour la démocratie, Aung San Suu Kyi a daigné réagir fermement contre ces agissement barbares et inhumains, sa passivité est révélatrice du désintérêt qu'elle porte à cette cause. En 2013 déjà elle avait déclaré hors-caméra être furieuse d'avoir dû répondre à des questions posées par une journaliste pakistano-britannique musulmane qui avait évoqué les ''tensions'' religieuses évidentes dans son pays. De plus, elle est soutenue par l'intégralité des gouvernements occidentaux et reconnue internationalement comme une militante pour la démocratie, hélas comme bon nombre de politiques désireux d'acquérir ou de conserver le pouvoir, elle préfère stagner dans le déni de peur d'offenser la majorité. Comment peut-on la qualifier de militante? Les Rohingyas, victimes d'un Black-Out médiatique, ne savent désormais quoi faire pour sauver leur vie.

Les pays frontaliers de la Birmanie comme le Bangladesh préfèrent les refouler à la frontière, d'autres pays comme l'Australie repoussent carrément les ''bateaux'' remplis de réfugiés affamés et assoiffés hors de leurs eaux. Néanmoins, des personnalités comme le Dalaï-lama, chef spirituel bouddhiste et des ONG à but non lucratif tel que Barakacity se dressent contre ces pratiques et brisent enfin ce silence mondial devenu assourdissant. L'incompréhension et le dégoût devrait être nos premiers ressentis, quand est-ce que ces gouvernements comprendront que la défense des droits humains ne concerne pas seulement ces minorités victimes mais qu'elle concerne l'humanité toute entière.

Cessons de nous enfermer dans notre individualisme à l'occidental et essayons de réagir concrètement face à ces actes révoltants. Les gouvernements mondiaux réagiront ils et mettront-ils de réelles sanctions en place contre ces oppresseurs qui vivent jusqu'aujourd'hui dans une totale impunité comme ils l'ont fait en faveur des Chrétiens d'Orient ? Jusqu'à quand les Rohingyas resteront ils des apatrides sur leur propre terre natale ? Des questions qui restent jusque là sans réponse.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.