LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ayda Labassi Headshot

Un jour, vos enfants ne seront plus les vôtres

Publication: Mis à jour:
CHILDREN
bradleyhebdon via Getty Images
Imprimer

Les enfants, c'est beau, c'est mignon et il existe tellement d'autres raisons pour désirer en avoir.
C'est ce que veut la famille, c'est ce que dicte le système et c'est ce que revendique l'horloge biologique.

Mais donner naissance, c'est un choix qui doit être réfléchi. Il n'est plus question de peupler la terre, et pourquoi donc la peupler (la terre ne serait-elle pas mieux sans tous ces humains?), il n'est plus question de réfléchir "quantité" (puis si l'espèce humaine s'éteint, le monde ne va pas s'effondrer).

L'Homme a évolué et se doit maintenant de contrôler son instinct. L'être humain est doté de conscience, de libre-arbitre, alors la reproduction, ce n'est pas un désir devant lequel on s'incline sans avoir les capacités d'en subir les conséquences. On ne fait pas d'enfants machinalement, pour faire comme les autres... On ne comble pas un manque par un enfant, on n'efface pas ses angoisses par un bébé, qui, rappelons-le, ne le restera pas à tout jamais.

Car cet enfant grandira, il ne sera plus ce petit bout de chou qu'on dorlote. Un jour, il devra faire face à la vie et ses jeux -pas si amusants. Il ne sera plus question de lui changer sa couche, il devra se démerder tout seul.

Et si on décide de se reproduire, vaut mieux être sûr de ne pas reproduire des erreurs, de ne pas reproduire plus de souffrances, de ne plus produire de chats errants, qui finiront par être écrasés par ce monde impitoyable.

Puis il voudra surtout être libre, choisir sa propre vie et sa propre voie. Le boulot d'un père ou d'une mère, au delà de subvenir aux besoins primaires de leurs enfants, c'est de les orienter vers l'autonomie; pour qu'un jour, par eux-même, ils décèlent les secrets de la vie.

Et puis si les parents voudront "expliquer la vie" à leurs enfants, ils devront d'ores et déjà s'assurer de l'avoir comprise eux-mêmes.

Être de bons parents, c'est d'assumer qu'un jour, cet enfant ne sera plus à eux, mais un électron libre. Quand on est maniaque du contrôle ou qu'au contraire, on a toujours suivi le troupeau, ah! et si on n'est pas capable d'évoluer, de s'adapter aux changements... mieux vaut s'en abstenir.

Avant de faire des enfants, faudra réfléchir aux raisons. Est-ce parce qu'on est contre l'avortement? Est-ce pour faire comme les copains-copines? Est-ce parce que maman veut devenir grand-mère? Est-ce pour s'en occuper ou pour les laisser à la maternelle? Est-ce pour satisfaire les envies du système? Est-ce pour leurs donner la VIE ou pour les gouverner?

Les enfants, même rebelles, ne pourront jamais (ou pas) en vouloir à leurs parents... pas vraiment. Ils se diront toujours que s'ils ne les soutiennent pas, c'est qu'ils ne savent pas comment, qu'ils sont d'une autre génération et qu'ils ne comprennent pas... Et ce n'est pas faux, les parents les plus aimants peuvent faire des erreurs.

En donnant la vie, il faut offrir avec l'espoir et la liberté.
On met au monde des êtres humains... et on ne les possède pas.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.