LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ayda Labassi Headshot

Faits-divers, "faits-liés": La Tunisie qui choque

Publication: Mis à jour:
ASTONISHED
SIphotography via Getty Images
Imprimer

Pénurie d'eau, un enfant abandonné, des activistes arrêtés, trois faits divers, trois différentes villes, trois combats liés.

Cette semaine, une bonne nouvelle concerne la loi sur la lutte contre la violence faite aux femmes... En espérant voir les changements non pas seulement sur le papier...

via GIPHY

Mais, ailleurs, d'autres vérités nous rattrapent.

Des nouvelles sidérantes nous frappent tous les jours... Des images choquantes qu'on en vient des fois à banaliser, peut-être à force d'en voir partout.

Chapitre I.

Nous sommes en Tunisie, en 2017. Il fait beau, mais pas chez tout le monde. Cette dernière semaine de juillet -au lieu de prendre leurs bagages et de partir pour les grandes vacances, des Tunisiens ont pris leurs bidons en plastique et ont traversé des kilomètres, pour aller chercher l'eau fraîche, à la source la plus proche, "Parfois, il faut attendre son tour pendant plusieurs heures," sachant que pour remplir un bidon, il faut au moins 15 minutes. Et l'eau? l'eau "est de mauvaise qualité," affirme une villageoise, "Elle n'est même pas bonne pour les animaux" commente un autre villageois.

via GIPHY

Les enfants sont sales, oui, SALES! Mais excusez-les, s'ils ont des poux, c'est parce que leurs parents n'ont pas d'eau pour les laver... Pire encore, ils ont été renvoyés de l'école, pour cette même raison. Cette même raison qui va impacter toute leur vie. Quel avenir pour ces gamins? Quelles solutions leurs cherche-t-on?

A Béja, le panneau indique "Ain Chelou" et la flèche pointe vers une misère sempiternelle, un avenir incertain, une pauvreté qui pourrait mener aux crimes, à la régression sociale, peut-être à l'obscurantisme et à la nescience sans fin.

Chapitre II.

Un deuxième "WTF!" frappe la toile. Une publication sur le groupe citoyen sur Facebook "On a été embêté pour vous بدّل السلــوك، تـتبـدّل العقليّــة" qui laisse sans voix.

"Il y a quelques jours de cela, une mère est venue déposer ce bébé. Elle part en disant qu'elle ne souhaite plus le garder car il est malade (retard de croissance), elle n'a même pas daigné le couvrir et a apporté ses affaires dans un sachet. Ce que son père a dit? "Encore faut-il que j'arrive à m'occuper des deux autres" rapporte l'internaute.

Ah là là... Là, ce sont des personnes qui n'ont jamais entendu parler de contraception, ou d'avortement... Peut-être avaient-ils été renvoyés de l'école à cause des poux? Parce qu'ils n'avaient pas accès à l'eau potable et à l'éducation?

via GIPHY

J'ose imaginer quand ce bébé grandira... Que lui dira-t-on? "Tes parents t'ont abandonné, parce que tu es né malade, parce qu'ils n'avaient ni les moyens ni la décence de s'occuper de toi et de se battre pour toi."
Firas, tu es le fils de tous les Tunisiens, ceux qui ne te laisseront pas tomber, ceux qui luttent pour changer les choses.

Et quelle lutte?
La lutte contre le chômage? la pauvreté? le terrorisme? le racisme?
Pour l'égalité? la démocratie? les libertés individuelles?
Et la source de tous les maux, la corruption, que peut-on y faire?

Chapitre III.

À Carthage, au sein de l'amphithéâtre romain -un édifice de culture, témoignant d'une grande Histoire, sept jeunes gens sont allés assister au spectacle "Ziara". C'était le jour de la fête de la République, le 25 juillet. À cause du slogan "Menich Msemah" inscrits sur leurs t-shirts, ils ont été interpellés par la police, emmenés au poste, où ils ont été identifiés et photographiés. Et pour être relâchés, ils ont dû se changer. Pourquoi on essaierait de saboter un mouvement aux buts nobles?

-A pouce!!! Ils ont donc été arrêtés pour avoir affiché un slogan qui lutte contre la corruption??? Contre les malfrats?
-Euh, oui, c'est bien ça.

via GIPHY

Comment peut-on interpréter ceci? Est-ce qu'ils ont peur qu'un message sur un t-shirt vienne... réparer les choses? Voyons voir...

Voici ce qu'on peut lire sur le site de l'ONU et qui concerne la corruption:

"La corruption est un crime grave qui affaiblit la société

La corruption :

-Freine le développement social et économique et accroît la pauvreté en détournant les investissements nationaux et étrangers des secteurs où ils sont le plus nécessaires.

-Affaiblit le système éducatif et le système de santé, privant ainsi la population des composantes fondamentales d'une vie décente.

-Mine la démocratie, car elle fausse le processus électoral et sape les institutions publiques, entraînant ainsi un risque d'instabilité politique.

-Exacerbe les inégalités et l'injustice en pervertissant l'État de droit et en sanctionnant les victimes d'infractions qui sont confrontées à des décisions de justice viciées."

Voilà pourquoi tout est lié... Parce que, dans un meilleur monde, Firas aurait été couvert de l'amour de ses parents, parce que les enfants de Ain Chelou seraient en bonne santé... Et bien sûr, ceux-ci ne sont que des exemples.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.