Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Anouar Zyne Headshot

10 raisons qui vous feront aimer le "blocage"

Publication: Mis à jour:
ABDELILAH BENKIRANE
Facebook
Imprimer

POLITIQUE - En ce mois de février 2017, le Maroc entame le cinquième mois sans "gouvernement de pleine compétence". Incapables de s'entendre, les élus, médias aidant, font croire à une situation dite de "blocage", alors que c'est plutôt de "l'auto-blocage". Voici dix raisons qui vous feront aimer cette situation.

1- Fini les séances parlementaires de disputes et "hachyane lhadra" en direct à la télévision tous les mercredis: "Diali kbar men dialek", "Trya", "Mossad", "Daech"...

2- Fini les nominations aux hautes fonctions tous les jeudis: les amis, famille, copains et autres pistonnés devront attendre un peu. Tant mieux pour le budget de l'Etat...

3- Tant mieux pour le budget de l'Etat aussi: pas d'acquisition de véhicules. Le parc automobile public au Maroc n'est pas loin de son équivalent en France, et ce n'est pas parce qu'on a plus d'ambulances que l'Hexagone...

4- Le blocage débloque: des dossiers qui trainaient chez un Rabah ex de l'Equipement ou un Haddad ex du Tourisme trouvent bizarrement des issues, d'autres qui roulaient un peu trop vite reviennent au rythme "normal".

5- Le Maroc peut se targuer, comme l'Espagne ou la Belgique, de la capacité de "rouler" sans gouvernement, c'est-à-dire, sans moteur: écologique, efficace et pas cher.

6- Plus sérieusement, ces cinq mois sont la démonstration parfaite que l'architecture gouvernementale peut être largement revue, avec un nombre de portefeuilles réduit et des pôles ministériels sous la conduite d'une ou d'un seul ministre.

7- Pas de gouvernement, donc pas de tutelle, donc des agences et des offices publics plus libres pour travailler mieux. C'est bizarrement le cas depuis quelques semaines. Y a qu'à voir les appels d'offres lancés par la RAM...

8- Pas de gouvernement, c'est aussi des Régions, des Conseils provinciaux et des communes plus autonomes: les services déconcentrés de l'Etat dans les territoires n'ayant pas de tutelle de pleine compétence à Rabat, sont déconcentrés. Les élus, les bons en particulier, sont plus concentrés: ils décident et exécutent...

9- Pas de gouvernement, et, exception marocaine, pas de parlement qui fonctionne: tout le monde se penche sur les lois existantes déjà et essaient de faire fonctionner la boutique, sans réclamer ni attendre "la réforme", "la nouvelle loi", le "rapport de la commission parlementaire en charge de..."

10- Pas de gouvernement, ce sont des médias qui parlent de l'essentiel, mettant de côté les chamailleries entre compétences des ministres, humeur de chef du gouvernement et prise de bec lors des séances parlementaires: on parle de livre, de culture, de faits divers, de sport et de Champions League.

De grâce, ne rien #Changer. Le blocage, c'est parfait.

LIRE AUSSI: Benkirane 3... L'acte le plus long d'une tragédie politique