LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Amal Ben Hadda Headshot

L'origine de l'humanité: la grande absente des manuels scolaires marocains

Publication: Mis à jour:
PHILIPP GUNZ
PHILIPP GUNZ, MPI EVA LEIPZIG
Imprimer

HISTOIRE - Comment l'espèce humaine est-elle apparue sur Terre? Cette question n'est tout simplement pas abordée à l'école du pays considéré pour le moment le berceau de l'humanité. Le plus ancien homo-sapiens a été découvert à Jbel Irhoud au Maroc en juin dernier. La communauté scientifique refait ses calculs et ajuste ses hypothèses en fonction de ces bouleversantes découvertes. Les instituts de recherche mondiaux s'y intéressent pour faire avancer l'histoire de l'humanité.

Sans surprise, le ministère de la Culture et de la Communication marocain a annoncé vouloir classer Jbel Irhoud parmi les sites archéologiques et historiques mondiaux. Cette communication promet des travaux d'aménagement et de mise à niveau de la région qui viennent d'y être lancés. Par contre, le silence du ministère de l'Education et de l'Enseignement supérieur est frustrant.

Une mise à jour des manuels scolaires pour inclure ces épisodes scientifiques et historiques suivis par le monde entier se fait attendre. L'histoire de l'apparition de l'espèce humaine est la grande absente du programme scolaire marocain. Selon la recherche publiée par la revue Trema n° 35-36/décembre 2011, la théorie d'évolution a été enlevée de ce programme en 1994. Ensuite elle a été réintroduite "timidement" en 2007 à travers l'exemple de l'évolution du cheval, mais sans l'évolution humaine. Les élèves seraient donc amenés à composer leurs propres convictions avec les différentes interprétations, traditionnelles ou scientifiques, rencontrées en dehors de l'école pour s'en faire une idée.

Devraient-ils alors croire à l'histoire d'Adam et Eve comme elle est traditionnellement héritée de l'Ancien Testament et jalousement conservée par les créationnistes radicaux? Cette histoire biblique qui surgit dans tous les débats évoquant l'origine de l'humanité nécessiterait une mise au point. La version communément admise serait l'histoire du couple ascendant de l'humanité entière. Adam, l'homme mâle et Eve sa femelle "créée de son côté". Cette version n'existe pas dans le Coran où le mot Eve n'est même pas mentionné.

adam and eve

Dans cette histoire traditionnelle, on n'évoque presque jamais l'autre femme créée égale à l'homme et qui serait apparue sur Terre avant Eve selon la Torah chapitre Genèse 1:27. La femelle de l'homme évoquée dans ce verset, nə-qê-ḇāh (נְקֵבָ֖ה), avait reçu au même titre que l'homme mâle, zā-ḵār (זָכָ֥ר), l'ordre de Dieu de se multiplier sur terre et de profiter de ses ressources sous sa bénédiction selon Genèse 1:28. La Torah suggère donc l'existence d'une humanité qui se serait multipliée avant même l'apparition du "couple" Adam et Eve.

En dehors de la Torah, les autres livres de l'Ancien Testament en font une interprétation différente où la bénédiction de Dieu précédemment annoncée est totalement absente. La femme créée égale à l'homme y incarne le démon au féminin. Lilith, son nom selon ces livres, n'avait pas de descendance car ces textes patriarcaux avaient "décidé" qu'elle était stérile, s'opposant ainsi à l'ordre de procréation dicté par Dieu. Ces mêmes textes font croire que cette femme était rebelle et donc chassée du paradis par Dieu à cause de son insoumission à l'homme. Ces interprétations diabolisant la femme créée égale à l'homme sont rarement évoquées. Leur trace misogyne s'est néanmoins perpétuée dans d'autres textes religieux monothéistes puis enracinée dans les sociétés traditionnelles.

Eve est donc retenue comme étant la première femme apparue sur Terre. Appelée 'iš-šāh (אִשָּׁ֔ה) par Genèse, elle s'était attribuée le nom propre Eve par Adam. Ce nom signifie en hébreu biblique "mère de tout vivant". Le processus de création ou d'apparition d'Eve du côté d'Adam fait encore polémique dans le milieu religieux à cause des différentes interprétations du mot côté, haṣ-ṣê-lā' (הַצֵּלָ֛ע), comme il est mentionné dans le texte d'origine Genèse 2:22.

Adam, quant à lui, est utilisé comme mot pluriel dans Genèse 1:27. Il y désigne l'espèce humaine créée mâle et femelle. Cette humanité appelée Adam aurait connu un changement existentiel en recevant le souffle de Dieu. Ce scénario, évoqué dans le Coran aussi, fait l'objet d'une nouvelle théorie religieuse intitulée Azan Al-Anaam (نظرية اذان الأنعام) qui se réconcilie avec l'évolutionnisme et l'Intelligent Design. Cette théorie suggère que le souffle divin aurait généré une évolution soudaine de l'espèce humaine vers un état plus développé doté de la capacité de raisonner.

Finalement, cette histoire d'Adam et Eve montre que les divergences sont parfois surprenantes entre les croyances traditionnelles et le contenu des textes originaux. L'apparition de l'humanité sur Terre en est un exemple parmi tant d'autres.

Nos croyances religieuses et traditionnelles ne devraient en aucun cas constituer un blocage contre l'appréhension des théories scientifiques. Une relecture contemporaine des textes religieux nous permettra non seulement de réconcilier notre croyance avec le progrès de la science moderne mais aussi de revoir nos traditions confondues souvent avec la religion.

LIRE AUSSI: