LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Alaa Hajlaoui Headshot

La performance et la flexibilité collective: Le cas d'Al Ahly d'Égypte

Publication: Mis à jour:
AL AHLY
STRINGER/AFP/Getty Images
Imprimer

Le concept de la performance est de plus en plus mis en avant dans les différents domaines de la vie. C'est le cas dans le domaine sportif, politique, économique et social. Depuis l'apparition des nouvelles technologies d'information et de communication, les organisations sont soumises à la pression de la performance, accompagnée d'un raccourcissement des délais, l'obligation de naviguer à vue en permanence et de réagir à des évènements peu maîtrisés dans des conjonctures changeantes, un changement rapide des structures organisationnelles au sein des entreprises et une overdose informationnelle due à la diffusion des NTIC, le management de l'urgence devient donc un mode quotidien de gestion par projet et par objectif.

La performance est donc multidimensionnelle. Qu'elle soit individuelle, collective, opérationnelle, organisationnelle, sociale, sociétale ou encore globale, ce concept absorbe plusieurs notions économiques: "Compétitivité", financière: "rentabilité", juridique: "solvabilité".

Si on traduit la performance en mouvement, celle-ci se révèle comme un perpétuel recommencement qui s'inscrit dans la logique où une fois atteinte, la performance est à reconstruire, l'objectif est alors de l'améliorer, gage de sa pérennité et de sa durabilité. C'est typiquement le cas du management des équipes sportives avec la succession de compétitions et de classement selon la performance réalisée.

La récente confrontation en quart de finale de la Ligue des champions d'Afrique entre Al Ahly SC d'Égypte et l'Espérance de Tunis, a confirmé la logique du perpétuel recommencement.

En l'espace de 20 ans, l'équipe du siècle en Afrique, Al Ahly d'Égypte, a enchaîné performance sur performance, après sa défaite en finale de la coupe Arabe en 1997 contre le Club africain de Tunis. Depuis, l'équipe a gagnée 4 championnats successifs et s'est qualifiée pour la Ligue des Champions en 2001, où elle a affronté l'Espérance de Tunis. Cette dernière était favorite et la plus forte en Afrique. Pourtant elle a été battue et Al Ahly a gagné sa 3ème Champions League.

Depuis, Al Ahly a gagné deux autres championnats et deux autres Ligues Des Champions. En 2007, elle a subi une défaite historique à domicile contre la jeune équipe de l'Étoile du Sahel. Les spécialistes ont assuré que c'est la fin de la génération en or d'Al Ahly. Cette contre-performance, était une motivation de plus pour revivre les victoires et continuer à gagner,sacre après sacre.

Depuis elle a gagnée 7 Championnats, 3 Ligues des Champions, une coupe de la CAF et 3 Supercoupes de la CAF.

Dans cette immuable répétition, la performance prise au sens des résultats est le seul élément tangible dont l'organisation ne peut être dépossédée. Néanmoins, la performance est éphémère, elle ne dure que le temps de son accomplissement, ce qui la rapproche du "mythe de Sisyphe", condamné à faire rouler éternellement un rocher, jusqu'en haut de la colline et qui en redescend chaque fois avant de parvenir au sommet. Ce perpétuel recommencement montre à quel point la performance est frustrante et difficile à réaliser, car une fois acquise, elle se dissout dans l'incertitude de celle à venir.

La performance suggère donc un état à réaliser mais surtout un état à renouveler, elle implique donc une succession de prises de décisions. Or, cette prise de décisions menant à la performance demande de renoncer à toute déductibilité du passé. La performance ne peut se limiter à la production de résultats, elle est aussi un processus où l'agir ensemble dépasse l'agir seul, s'engager dans ce processus c'est favoriser la performance collective en interagissant dans l'interdépendance que de la simple juxtaposition de performances individuelles.

Sur la période considérée, Al Ahly a connu, deux présidents, deux capitaines et deux entraîneurs. Le premier entraîneur Manuel José est l'artisan de l'ancrage de l'équipe dans le top africain, le deuxième Hussam Al Badry est celui du renouvellement de la performance collective. En parallèle, les joueurs, plongés dans le grand bain des podiums, sont mis en situation d'apprentissage à la fois individuellement mais aussi collectivement.

Dans tous les différents domaines de la vie, la performance collective -et son corolaire la performance individuelle- advient lorsque le collectif réussit à s'adapter, individuellement et collectivement aux contraintes de la conjoncture et de la situation. La force du collectif réside alors dans sa "flexibilité" à trouver à tout moment les moyens de surmonter toute situation. Elle est donc l'affirmation d'un processus où la flexibilité collective est un "construit cumulatif" dans le temps alimenté par de nouveaux détails conjoncturelles.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.