LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Akram Belkaïd Headshot

Mais où est passée la gauche arabe ?

Publication: Mis à jour:
PLACE TAHRIR
Egypte...avant la fin des illusions | monasosh/flickr
Imprimer

Les différents peuples qui ne vivent dans le monde arabe - et qui ne sont donc pas forcément arabes - sont-ils plus ou moins sensibles aux idées de gauche ? La question peut surprendre. On a l'habitude d'en poser une autre, celle qui consiste à se demander si ces peuples sont aptes à la démocratie, ou bien encore, s'ils préfèrent la stabilité autoritariste, pour ne pas dire dictatoriale, à la liberté incertaine (aventureuse, affirmeront certains).

J'ai abordé la question de l'exigence démocratique à plusieurs reprises, dans ces colonnes ou dans des ouvrages. Disons simplement que je ne souscris pas aux affirmations selon lesquels les peuples du monde arabe préfèrent le gourdin, à la fois protecteur et menaçant, du maître.

Dans ce qui se déroule aujourd'hui comme drames et comme revers pour des transitions dont on attendait beaucoup en 2011, il y a aussi la volonté, in fine, de bouleverser un ordre ancien, liberticide et peu respectueux des droits les plus fondamentaux.

Mais revenons à la question concernant les peuples arabes et la gauche. Dans un contexte marqué par l'omniprésence politique des courants islamistes, et face à des régimes sclérosés, kleptocrates et brutaux, on cherche en vain la troisième voie.

La question, récurrente, est de se demander où est passée la gauche. Où sont donc passées ces forces « progressistes » dont on parlait tant entre 1950 et 1990 ? Pourquoi sont-elles si peu présentes aujourd'hui ou, à défaut, si peu influentes ?

Pour beaucoup d'observateurs, la gauche arabe s'est embourgeoisée. Après avoir plus ou moins soutenu des régimes nationalistes qui l'ont tour à tour instrumentalisée et réprimée, elle a succombé aux ors du pouvoir et a peu à peu abandonné le terrain au profit des salons plus ou moins cossus où il était plus facile de refaire le monde.

Cette explication mérite d'être retenue même si elle est incomplète et parfois même injuste. Des forces de gauche continuent d'activer, on pense notamment à la Tunisie, mais il est vrai que nombre de ses figures historiques ont du mal à reprendre l'initiative et à faire pièce à d'autres forces politiques plus dynamiques, comprendre les islamistes. Mais la question concerne aussi l'évolution des élites.

Dans les années 1970, il était naturel pour un étudiant arabe d'être plus ou moins proche des idées de gauche. Le fond de l'air était rouge, l'URSS existait encore, le monde était divisé en deux et l'anti-impérialisme agrégeait autour de lui nombre d'engagements. Las, en 2011, une étude du cabinet américain de relations publiques Edelman a mis en exergue une bien étrange évolution.

Ce dernier a demandé à des "leaders d'opinion" du monde entier (chef d'entreprises, journalistes, universitaires connus) ce qu'ils pensaient de la fameuse phrase de l'économiste néolibéral Milton Friedman à propos de ce que l'on est en droit d'attendre d'une entreprise.

"La responsabilité sociale de l'entreprise est d'accroître ses profits" a souvent répété celui qui a influencé les politiques de dérégulation et de libéralisation de l'économie apparues à partir des années 1980.

Le cabinet Edelman a établi un classement des pays où cette assertion était la plus soutenue. Et nombre de pays arabes figuraient dans la partie haute, les Emirats arabes unis arrivant même à la première place.

En 2011 toujours, les observateurs notaient que les fameux blogueurs des révolutions arabes revendiquaient certes la liberté et la dignité pour leurs peuples mais qu'ils avaient souvent tendance à confondre allègrement démocratie et économie de marché oubliant par la même occasion les combats sociaux de leurs aînés ou la persistance de lutte de classes qu'il est de bon ton, aujourd'hui, de nier.

On a souvent décrit le monde arabe comme étant un ensemble hermétique aux idées portées par la globalisation. C'est une erreur. Ces idées se sont répandues à leur rythme et on les retrouve aujourd'hui chez nombre d'acteurs influents.

Les gouvernements, par exemple, ont compris tout l'intérêt qu'il y a à reprendre la vulgate néolibérale, ne serait-ce que pour s'attirer quelques sympathies à Washington ou à Bruxelles. Mais cela vaut aussi pour les fameux "leaders d'opinion."

En Algérie, la fin constatée, même si elle n'est pas encore revendiquée en tant que principe politique, de la gratuité de l'éducation ou des soins ne choque guère. Une lecture régulière de la presse montre que des concepts comme le "moins d'Etat", "les privatisations" et, bien sûr, le fameux "marché" et la non moins fameuse exigence de "réduction des subventions" reviennent comme des leitmotivs. Cela vaut aussi pour la Tunisie où des personnalités, jadis de gauche voire d'extrême-gauche, expliquent que la solution miracle pour le développement réside dans la généralisation des partenariats public-privé (PPP).

On a beau leur rappeler que ces solutions ne marchent pas en Europe, qu'elles débouchent sur des gouffres financiers que les contribuables sont appelés à combler, rien n'y fait, on est moqué et l'on se fait traiter de nostalgique du dirigisme.

Le fait est que les "élites" du monde arabe ressemblent de plus en plus à celles des pays de l'ex-bloc de l'Est. La pensée "friedmanienne", en recul en Europe de l'Ouest et aux Etats-Unis, y est bien présente. Dans la perspective de futures transitions politiques - elles finiront bien par arriver y compris dans des pays comme la Libye, la Syrie ou l'Irak - cela constitue un autre motif d'inquiétude pour une région du monde qui mérite bien mieux que son sort actuel.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.