LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Akram Belkaïd Headshot

Le non-Maghreb et son coût

Publication: Mis à jour:
MAGHREB
Archives
Imprimer

Le thème resurgit de manière régulière pour constater le caractère inerte d'une situation qui n'a guère évolué depuis le milieu des années 1990. Dernièrement, c'est le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui en a fait le constat : le coût du "non-Maghreb" équivaut à plusieurs points de croissance du produit intérieur brut (PIB) régional (1). Autrement dit, le manque d'intégration économique pénalise les trois pays du Maghreb central.

Un coût sociétal

Sur le plan commercial, on sait définir ce qu'est le non-Maghreb. D'abord, il y a des taux de douane encore élevés qui ne facilitent pas les échanges intra-maghrébins. Ces derniers représentent 3% du commerce de chaque pays. Selon le FTDES, si d'aventure les pays du Maghreb s'entendent sur une convergence commerciale, alors 12% de leurs flux commerciaux se feront entre eux. Il y a, ensuite, la question de la frontière terrestre entre l'Algérie et le Maroc. Voilà vingt-trois ans qu'elle est fermée. Le Royaume en réclame régulièrement l'ouverture, parfois de manière véhémente ou maladroite. Son voisin réplique en rappelant que ce fut une mesure décidée en réponse de l'instauration unilatérale de visas pour les Algériens. Bref, le dossier tourne en rond.

L'erreur est d'appréhender le coût du non-Maghreb sous le seul angle commercial. Il ne fait pas de doute qu'une meilleure entente entre Rabat et Alger changerait bien des choses sur le plan économique. Mais, à dire vrai, le vrai coût est certainement ailleurs. Il est dans la séparation de plus en plus hermétique entre les sociétés algérienne et marocaine. Il est aussi dans la pénalisation des populations frontalières, habituées à vivre et à échanger ensemble, quelle que soit la nationalité. Des traditions se perdent, des relais et des solidarités aussi, les flux de personnes sont empêchés. Autant de convergences possibles que la survivance du phénomène contrebandier ne saurait remplacer.

Le plus souvent, c'est l'Algérie qui est mise en accusation pour le "non-Maghreb". Or, dans cette affaire, aucune des parties ne peut échapper aux critiques. La bonne idée qui avait présidé à la création de l'Union du Maghreb arabe (UMA) était de ne pas faire de la question du Sahara un élément incontournable du règlement du contentieux algéro-marocain. A l'époque, on croyait encore, ou l'on feignait de le faire, à une solution rapide avec la tenue d'un referendum d'autodétermination. On sait aujourd'hui que les chances que ce dernier se tienne sont infimes car le Maroc n'en veut pas. Dans un contexte où les relations entre Alger et Rabat sont exécrables, Tunis en vient logiquement à se tenir à distance parfois trop prudente de ce dossier.

Intérêt général

Dans cette affaire, les patronats tentent bien de se faire entendre mais chacun possède son propre agenda. On pourrait résumer la position des uns et des autres par la phrase suivante : "d'accord pour l'ouverture commerciale, mais que nos voisins commencent les premiers". Cet attentisme ne peut être dépassé que s'il y a déblocage politique. Cela signifie que l'idée que l'économie peut contourner les divisions liées au Sahara (et à la frontière) n'est pas pertinente. Dans les années 1980, c'est une initiative diplomatique saoudienne qui a exhorté Algériens et Marocains à renouer. Depuis, et malgré la dégradation des relations régionales, aucune démarche d'envergure n'a été entamée, y compris de la part de partenaires européens. A croire que le non-Maghreb convient finalement à tout le monde.

(1) "Résumé analytique de l'étude sur le coût du non-Maghreb et projet de mémorandum", étude coordonnée par l'économiste Azzam Mahjoub

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...