LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Akli Ait Eldjoudi Headshot

Un pas en avant ou dix en arrière pour le féminisme ?

Publication: Mis à jour:
CAF FMININ
DR
Imprimer

Le 7 mars dernier, le Huffington Post Algérie publiait dans ses manchettes un article dans lequel on apprenait qu'un café dédié exclusivement aux femmes ouvrait ses portes à Djelfa.

Cette annonce a, malgré elle, suscité des réactions pour le moins surprenantes. Ainsi, selon une grande partie des répondant(e)s, cet événement serait à l'encontre du mouvement de l'émancipation de la femme algérienne. D'après ceux-ci, l'ouverture de ce café serait même une défaite contre le long combat mené contre la misogynie. La raison avancée se résume dans le fait que la femme serait mise à l'écart de la société en étant recluse dans des endroits spécifiques et exclusifs à son sexe. Se retrouvant, par là, écartée de la sphère publique.

Les commentaires les plus renfrognés faisaient état d'une hypothétique décadence vers laquelle notre société irait se fracasser et se morceler de manière inexorable. Les réactions les plus audacieuses annonçaient même la création prochaine de villes où les femmes seules auraient droit de cité !

En somme, la majorité des commentaires tentaient d'avilir cette noble entreprise en lui attribuant un caractère aussi perfide que fourbe.

Qu'en est-il vraiment ?

L'ouverture de cafés genré est une parfaite alternative aux cafés mixtes qui n'auraient pas suffi, d'après moi, à convaincre la plus réticente des femmes à y aller. Celle-ci ce serait toujours heurtée à une hésitation inspirée par des a priori concernant l'état des lieux.

"Y aura-t-il une place pour moi ; y aura-t-il d'autres femmes à part moi ?", seront les questions qui mèneront cette femme, d'abord à hésiter, puis à renoncer finalement à y aller, par déni.

L'émancipation de la femme est un long chemin qui ne peut se faire que par de petites victoires successives. Bien que celles-ci ne soient que parcimonieuses, elles sont nécessaires afin de faire avancer la cause. La brusquer ne ferait que l'attarder, au final, car elle devra, à chaque élan, se justifier lors de débats aussi stériles que puérils.

En ouvrant un espace exclusif aux femmes, qui plus est un lieu de détente et de rencontre, c'est tout un champ de possibilités qui s'ouvre sur un horizon resté trop longtemps sans lumière. C'est surtout pour cette raison que la nouvelle devrait être accueillie à bras ouvert en ce 8 mars.

Le chemin vers la liberté est contingenté. Aussi, peut-être est-ce pour cela qu'il n'est pas acquis; qu'il se mérite. Ce café, exclusif aux seules femmes, ne constitue en rien une manière de les exclure davantage. Il s'agit au contraire de leur offrir l'opportunité de briser certains tabous dans un premier temps, puis de les extirper de certains carcans qui depuis trop longtemps, les étouffe.

Ce café aura le mérite, à Djelfa, de banaliser le fait que des femmes puissent elles aussi prendre un café sur une terrasse.

Cette banalisation, devenue une prémisse effective, aura pour répercussion de modifier les mœurs à plus long terme et bientôt, aucune femme ne sera réticente à l'idée de prendre un café parmi d'autres hommes qui comme elle, ne seront là que pour prendre un "p'tit noir" avant une journée de labeur, ou pour le plaisir, tout simplement.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.