LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Ahmed Farrah Headshot

Bled vacances

Publication: Mis à jour:
BEACH ALGERIA
AFP via Getty Images
Imprimer

Partout dans les pays où l'urbanité a un sens, le civisme est expressif et l'éducation est visible dans les comportements et les attitudes des citadins. Exigeants au quotidien et jaloux de leur cadre de vie, ils protègent leur environnement avec des gestes et des pratiques écologiques simples mais combien efficaces et importantes.

Si leurs rues et leurs espaces publics sont propres, c'est parce qu'ils reflètent leur mode de vie et leur culture raffinée. Ils ne vivent pas les contradictions et les antagonismes entre ce qu'ils sont chez eux et ce qu'ils sont en d'autres lieux.

L'Homo-algérianus est un agrégat d'individus, une peuplade de gens dont la majorité révèle clairement son intrusion dans le monde urbain auquel elle ne s'était pas préparée et n'a pas pu s'y adapter. Les villes se ruralisent et perdent leurs âmes du fait que ces spécimens imposent leurs us et coutumes et leur état d'esprit imperméable au progrès et à la modernité.

Le citadin de "souche" se trouve envahi par des comportements qu'il dénonce, mais n'y peut rien contre cet ouragan envahisseur et dévastateur. Petit à petit, les mentalités s'hybrident et se mélangent pour déboucher sur un caractère muté qui s'exprime dans l'incivisme, l'égoïsme et l'égocentrisme. Seul son moi compte pour lui. Il s'enferme dans sa coquille et essaye de s'évader dans le monde virtuel loin de l'amère réalité laissée au seuil de chez-soi.

Comment éduquer ses enfants sachant pertinemment qu'une fois versés dans le monde réel, ils ne seront que des proies faciles et effarouchés dans un environnement animalier et sauvage. Leur apprendre le respect de l'autre, du prochain et de la nature, c'est comme écoper de l'eau avec une tasse dans un navire submergé de partout.

La société s'est uniformisée, elle est devenue tristement brumeuse et sinistre, violente et agressive, irrespectueuse et impolie, paresseuse et désœuvrée. L'Algérien semble abandonné dans la bestialité de la jungle qui l'emprisonne, ne réagit que par des réflexes primaires de défense et de survie. Souvent ses fêtes et villégiatures tournent mal.

Que dire de ces "vacances" passées en Algérie où il n'y a que le littoral comme seule escapade et fuite de la fournaise de l'été ? Les belles plages d'antan ne sont plus ce qu'elles furent, méconnaissables à cause de l'intrusion des nouvelles pratiques comportementales de ces énergumènes qui n'ont le respect ni pour les lieux ni pour personne. Dès qu'on prend la route vers "l'Eden" promis, une boule nous ronge l'estomac tout au long du trajet, la peur bleue s'installe, la phobie du trafic devient visible suite à l'hécatombe quotidienne qui se banalise dans toutes les routes algériennes.

Une fois sur les lieux, les premières arnaques ou plutôt les premiers rackets commencent dans les parkings sauvages officialisés par les APC. Une billetterie clairement louche est utilisée et la valeur du ticket remis ne correspond pas souvent à la somme demandée par les "parkingers".

Les chambres d'hôtel ou les pensions prises d'assaut par une foule qui ne lésine sur rien pour se les accaparer et s'y entasser. Fiers comme des poux, ils déboursent la cagnotte pour des murs moisis et du mobilier rongé par la rouille et l'humidité. Jadis, les plages de sable fin et doré étaient propres, sont aujourd'hui squattées par des "plagistes" dont le seul souci est de louer le maximum de tables, désormais, le rivage leur appartient, l'espace public s'est privatisé.

L'hygiène est devenue synonyme de snobisme, le plastique, le verre, le métal et les épluchures de figues de Barbarie et de pastèques partagent l'espace avec les mouches et la mocheté envahissante.

Les "estivants" se marchent sur les pieds, le bruit assourdissant et les décibels d'une "musique" débile et rétrograde se fait entendre à des miles pour l'imposer de jour comme de nuit à ceux dégoûtés d'écouter du tintamarre sorti tout droit des caves. La restauration douteuse et " gargotisée", les fritures et les rôtisseries comme quasiment seuls "bourre panse" servis dans des locaux pleins à craquer de nonchalance et d'insouciance de clients affamés, qui ne se soucient guère de payer des prix astronomiques pour de la mal-bouffe.

Des binationaux, pour amortir les frais de leur voyage, improvisent chaque soir, sans que personne ne les dérange, des braderies informelles pour écouler à des prix inimaginables de la fripe et des objets de récupération et de la camelote qu'ils ont ramenés dans les malles et sur les toits de leurs voitures.

Comment veut-on promouvoir aux étrangers du tourisme, quand on n'en a aucune notion, aucune culture, aucune tradition et aucun savoir-faire pour les attirer ?!

Passer une dizaine de jours à l'étranger reviendrait beaucoup moins cher, plus agréable et plein de souvenirs. L'Algérie "avance en arrière" comme dans ses bus bondés de peuple ombrageux, mal vêtu et mal rasé, sentant la sueur et plongé dans la décadence.

Mais que lui est-il arrivé pour qu'il tombe si bas dans le paléolithique, quand d'autres inventent le nouvel âge numérique dominateur et éradicateur de la médiocrité, mu par la pensée darwinienne de la sélection naturelle des espèces ? La réponse souffle dans le vent comme l'avait si bien chanté Bob Dylan.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.