Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Adil Mesbahi Headshot

Retour du Maroc à l'UA: disons les choses

Publication: Mis à jour:
UNION AFRICAINE MAROC
Union africaine
Imprimer

INTERNATIONAL - Reconnaissons que 33 ans d'absence à l'UA a été une option stratégique discutable. Toutefois, cette appréciation ne pouvait être faite qu'a postériori.

En effet, la politique de la chaise vide prend tout son sens lorsqu'il s'agit d'une posture défensive et momentanée. Seulement dans ces conditions, elle est susceptible de produire l'effet escompté, à savoir exprimer visiblement son désaccord et tenter d'influer sur le cours des évènements à très court terme.

Par son absence momentanée et remarquée, on peut peser, mais cela restera toujours un pari. Avec une absence prolongée, il est plus difficile de défendre ses intérêts. Comment penser le contraire, alors que nous savons tous que même présents, nous n'arrivons pas toujours à défendre nos intérêts, seuls ou forts de nos soutiens?

Retour du Maroc à l'UA, l'espace stratégique régional dorénavant rempli

Les options stratégiques ne peuvent être appréciées qu'a postériori. Par exemple, œuvrer pour un dossier majeur à l'échelle internationale en délaissant l'échelle régionale peut être une option gagnante a priori, surtout lorsque les appuis internationaux pèsent plus que les régionaux. Toutefois, on ne peut juger du résultat d'une telle option qu'a postériori.

Les stratèges le savent bien; on ne peut se reprocher d'avoir pris une option stratégique qualifiée a priori de "bonne" et qui se révèle "mauvaise" a postériori. Ce qu'on ne peut excuser, c'est le non-ajustement stratégique ou pire le vide stratégique.

S'il fallait un argument pour appuyer ce qui est dit plus haut, prenons les meilleurs stratèges au monde. Vous ne seriez pas surpris si on vous apprenait que les plus éminents sont les conseillers de la Maison blanche. Figurez-vous qu'a postériori, ils concèdent que seules deux sur trois de leurs options stratégiques ont été véritablement "bonnes".

Vide ou non-ajustement stratégique régional au fil du temps, le constat final est le même: il était grand temps que le Maroc retrouve son siège régional. Après tout, il s'est imposé ces dernières années comme une locomotive économique africaine. Son siège, dorénavant retrouvé au sein de l'UA, va lui permettre également de jouer de son influence politique et sociétale sur un large périmètre régional.

Une première victoire qui ouvre la voie à des victoires en série

Certains essayent de décrypter cette victoire en analysant les rapports de force et en esquissant des grilles de lecture alternatives issues de savoir-faire spécifiques. Lorsque d'autres attribuent cette victoire à de classiques manœuvres diplomatiques.

Pour ma part, lorsqu'il s'agit d'enjeux supérieurs de la nation, je m'interdis ce type d'exercice. Car cela relève de l'amateurisme que de dévoiler à ses ennemis (d'hier, d'aujourd'hui et de demain) quelles techniques ou bottes secrètes fondent nos stratégies.

Que les artisans de cette victoire soient félicités pour le réalisme et le succès de leur action. Et que cette victoire ouvre la voie à de nombreuses autres victoires: sur les sphères économique, politique et sociétale en Afrique.

LIRE AUSSI: Le grand retour du Maroc à l'Union africaine, fruit d'un soft power à la marocaine