Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Adil Mesbahi Headshot

Législatives 2016 au Maroc: 3 leçons pour les perdants

Publication: Mis à jour:
ELECTIONS MAROC
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Vues sous un angle stratégique, ces élections présageaient des perdants et un gagnant. Le décryptage des options stratégiques des uns et des autres nous révèle que la victoire des islamistes n'est que la résultante de 3 erreurs stratégiques des perdants annoncés.

Erreur stratégique n°1: ne pas aller sur le terrain de l'autre

L'objectif stratégique une fois défini; en occurrence "être victorieux des élections législatives", le stratège politique déroule une méthode. Cette dernière héritière de Sun Tzu, se doit de respecter quelques fondamentaux salutaires. Parmi eux, bien se connaître, bien connaître son adversaire, choisir le terrain de la bataille, avoir l'initiative de l'engagement et concentrer ses forces sur les faiblesses de son ennemi. Tels sont les principaux fondamentaux de l'ancestral "art de la guerre", les appliquer vous octroie une sérieuse option pour la victoire, les négliger vous expose à une défaite quasi certaine.

Les partis politiques challengers des islamistes marocains ont tous oublié leur fondamentaux en matière de stratégie! Tous se sont retrouvés sur le champ de bataille du PJD; tous se sont retrouvés en situation défavorable malgré leurs postures offensives. Le terrain de bataille aurait pu être celui du bilan gouvernemental des islamistes, celui des programmes des partis... C'était sans compter sur la ruse des islamistes, qui ont su amener la bataille sur leur terrain de prédilection; terrain qui leur a donné une sérieuse option pour la victoire.


Erreur stratégique n°2: ne pas s'arrêter au 1er niveau de sa stratégie

Une stratégie ne peut se limiter à décider d'une action parmi plusieurs possibles. Chaque action doit être déroulée en envisageant les ripostes possibles de l'adversaire. Ceci donnera lieu à un second niveau d'actions, en fonction des ripostes envisagées.

Le choix de l'action à mener dépendra alors non seulement de l'avantage initial, mais également des avantages ou inconvénients des ripostes de l'adversaire et de ceux de nos hypothétiques actions des autres niveaux.

Lorsqu'on "attaque" les islamistes sur la personnalité de leur Leader, certes, l'attaque peut être gagnante, mais la riposte de ce dernier ne nous met certainement pas dans les meilleures conditions pour entamer des actions d'un second niveau. Tel un piètre joueur d'échecs, s'il n'anticipe pas les coups suivants de son adversaire, il peut se voir vite perdre la partie.


Erreur stratégique n°3: ne pas être perçu comme "le fort" dans un rapport de force

Dernière erreur en matière de stratégie commise par les partis adverses du PJD et certainement la plus décisive dans la victoire des islamistes: le rapport de force entre le PJD et ses adversaires.

La posture des partis challengers étant offensive, celle choisie par les islamistes était opportunément défensive. Le rapport de force perçu par l'électeur est que les islamistes sont attaqués de tous les bords, que les faibles sont les islamistes et que les forts sont les autres partis, le PAM à leur tête. La victimisation, les larmes répétés du Leader du PJD, son aveu de faiblesse face au "Tahakoum" a produit le résultat escompté: la victoire du "faible". Victoire prévisible, car un "fort" est statistiquement condamné à la défaite face à l'opinion publique qui se range émotivement derrière le "faible".

Les alliances, une ultime occasion pour se rattraper!

Les stratèges politiques des partis politiques vaincus ont toutefois une dernière occasion pour se rattraper. Les alliances annoncées devraient leur permettre de mettre sur pied des options gagnantes, basées cette fois-ci sur des stratégies plus offensives. Car contrairement à la compagne électorale, où les postures offensives devaient être masquées aux yeux des électeurs, l'après élection ouvre la possibilité à toutes les stratégies, pourvu que le jeu des alliances soit au goût de tous!

LIRE AUSSI: