Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Adil Mesbahi Headshot

Benkirane, le "super stratège"

Publication: Mis à jour:
BENKIRANE
Youssef Boudlal/Reuters
Imprimer

Benkirane, le "super communicant", serait-il également un "super stratège"?

Grille de lecture alternative du "monstre politique" Benkirane, actuellement en pleine manoeuvre en vue de composer son prochain gouvernement. Décryptage sommaire, empruntant des outils de disciplines pointues telles que la sémiologie, la dialectique éristique, l'influence et la guerre d'information.

Benkirane et l'art de l'éloquence

La rhétorique a historiquement concerné la communication orale. Ces fondamentaux sont au nombre de cinq:

  • L'inventio: l'art de trouver les arguments et les procédés pour convaincre.
  • La dispositio: l'art d'exposer les arguments de manière ordonnée et efficace.
  • L'elocutio: l'art de trouver les mots qui mettent en valeur ses arguments.
  • L'actio: l'art de la posture, des gestes, de la diction, etc.
  • La memoria: l'art de trouver les procédés pour mémoriser son discours.
Tout observateur, même peu averti, reconnait à Benkirane son éloquence dès les premières secondes de chacune de ses interventions. Quant aux spécialistes de la communication, ils s'accordent tous pour qualifier l'ex et l'actuel chef du gouvernement marocain de "super communicant", tellement son aisance est remarquable.

Benkirane et l'art d'avoir toujours raison

Schopenhauer et ses trente-huit stratagèmes pour terrasser tout contradicteur, que l'on ait raison ou tort. Pure "escrime intellectuelle" rédigée en 1830, elle représente une "arme" redoutable pour les quelques uns qui savent la manier.

Disséquez les échanges du leader charismatique des islamistes avec ses contradicteurs, ses réponses en pleines séances parlementaires et vous y verrez un usage subtilement dissimulé et dosé de stratagèmes. Tous renforcent cette impression donnée, que Benkirane a toujours raison!

Benkirane et l'art de négocier

La négociation est un exercice qui mérite la préparation, plus que l'improvisation. Dans la sphère politique, l'enjeu étant souvent de taille, l'art de négocier n'est pas un luxe.

Benkirane a pour habitude d'emprunter la posture du "fort" face à ses opposants. Ses combats politiques face à ses adversaires et même parfois ses alliés témoignent de la force que le leader du PJD met dans chacun de ses engagements.

Ajoutez les manoeuvres d'influence et de guerre d'information aux atouts naturels du leader charismatique et vous comprendrez que négocier avec Benkirane revient à livrer un combat auquel il prendra naturellement et tactiquement un avantage certain.

Benkirane et l'art de manipuler

Dans le domaine des relations humaines, la manipulation est l'art d'influencer autrui par des moyens détournés, afin de le pousser à adopter un certain comportement. Le but étant généralement d'obtenir quelque chose du manipulé. En politique, il est question de manipulation de masse.

Benkirane affectionne la posture du "faible" face au peuple et ses électeurs. Au Maroc, le citoyen est majoritairement "faible" et a tendance à se ranger du côté de celui qui est perçu comme tel à chaque rapport de force. Et Benkirane a pris l'habitude de présenter habillement au peuple ce visage du "faible" face à la puissance de politico-économique et du mekhzen.

Benkirane, le "super stratège"

Benkirane est devenu maître dans l'art de tourner chaque rapport de force à son avantage. Lorsqu'il est attaqué, il adopte une posture défensive gagnante, en se victimisant et en prenant à témoin le peuple. Lorsqu'il est à l'initiative, sa posture offensive est également gagnante, car le "super stratège" doublé du "super communicant" n'a pas trouvé à ce jour un adversaire politique à sa taille.

LIRE AUSSI: Le style Benkirane ou l'agressivité politique