Adam Levin

RECEVEZ LES INFOS DE Adam Levin
 

Confidentialité sur Facebook, les mineurs en danger ?

Publication: 28/10/2013 10h52

Il ne se passe pas une semaine sans qu'on entende parler d'un adulte ayant fait une chose extrêmement stupide sur les réseaux sociaux et qui en paye le prix. On se demande d'autant plus pourquoi Facebook a jugé bon d'autoriser les enfants de 13 ans à rendre les mises à jour de leurs photos et de leur statut publiques ?

Dans un mouvement largement décrié, Facebook a annoncé la semaine dernière que les utilisateurs mineurs - ceux qui ont entre 13 et 17 ans, puisque les jeunes de moins de 13 ans ne sont techniquement pas autorisés à ouvrir des comptes - pourraient désormais partager avec le monde leurs statuts et leurs mises à jour, et accepter des "Followers" sur le site. En langage courant, cela signifie que les adolescents pourront rendre leurs photos et leur vie accessibles à un groupe de personnes qu'ils ne connaissent pas forcément (les "Followers"), et au monde en général.

Facebook décrète qu'elle a changé d'avis concernant ses règles de confidentialité pour les utilisateurs mineurs, pourtant établies de longue date, car : "qu'il s'agisse d'engagement civique, d'activisme, ou de leur opinion sur un nouveau film, ils veulent être entendus". L'entreprise a également qualifié les adolescents comme "faisant partie des gens utilisant les réseaux sociaux dotés du plus de jugeote".

Les adultes connaissant bien le comportement des adolescents ne sont pas d'accord.

Claire Lilley, de la National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC), a ainsi confié au Daily Mail : "Il est absolument inacceptable de la part de Facebook d'attendre d'enfants qu'ils assument la responsabilité de gérer non seulement leurs paramètres, mais aussi leurs niveaux de risque ; des adolescents ne vont pas toujours faire attention au contenu de leurs posts."

Susan Linn, éducatrice en psychiatrie à l'Ecole de médecine d'Harvard et co-fondatrice de l'association nationale "Campaign for a Commercial-Free Childhood" [qui souhaite limiter l'impact de la publicité sur les enfants, NdT], a déclaré au journal de NBC : "Les jeunes connaissent bien le marketing et les marques, et ils savent se servir des technologiques [sic], cela est évident" ; mais "leur jugement n'est pas encore celui d'un adulte et ils sont susceptibles d'être manipulés."

Facebook a répondu à ces critiques en se référant à une étude récente conduite lors du Pew Internet & American Life Project sur l'attitude des ados envers les réseaux sociaux. Les adolescents ont déclaré estimer qu'il n'était pas "difficile du tout" de gérer leurs paramètres de vie privée sur Facebook. Ce n'est pourtant pas vraiment une preuve qu'ils arrivent à gérer aussi bien ces paramètres qu'ils le croient, ni que leur idée d'un niveau correct de vie privée est la même que celle d'un adulte. NBC News a rapporté qu'également selon cette étude, seuls 9 % de ces mêmes ados ont exprimé une certaine inquiétude sur le fait que les annonceurs et les vendeurs pourraient ainsi rassembler comme informations, sans parler de l'utilisation qu'ils pourraient en faire.

Mais ce n'est pas le pire. Le Daily Mail a indiqué qu'une étude de 40 heures de la Internet Watch Foundation (soit Fondation pour la surveillance d'Internet) a découvert plus de 12 000 photos et vidéos réalisés par des ados eux-mêmes reprises sur des sites Internet pédophiles. Un portrait de soi-même "mignon" aujourd'hui - même quand il est approprié - peut facilement devenir demain matière pour un pervers, surtout si on prend en compte le nouveau système de recherche de Facebook, qui permet aux utilisateurs de trouver plus facilement n'importe quel contenu public.

Je suis le premier à reconnaître qu'un adolescent peut comprendre plus rapidement que moi tous les nouveaux raccourcis d'iOS7, comme c'était déjà le cas autrefois pour le magnétoscope familial, seuls à savoir le programmer : ils comprennent de façon intuitive comment fonctionnent les derniers outils électroniques et les logiciels. Ceci, malgré tout, ne leur donne pas "plus de jugeote" sur les implications de la technologie, de la vie privée ou de la permanence des informations sur Internet. Peu de jeunes de 13 ans prennent en compte les répercussions possibles d'un faux-pas sur Facebook sur leurs perspectives d'embauche après leurs études.

Mais qu'il s'agisse des jeunes ayant vandalisé la maison de l'ancien joueur de la NFL, Brian Holloway, et qui en ont ensuite posté des photos sur tous les réseaux sociaux, ou de la triste histoire d'Amanda Todd, qui, après avoir posté un portrait d'elle topless, a été harcelée par ses camarades de classe sur Facebook jusqu'à être poussée au suicide, il existe de nombreuses preuves que les compétences techniques des ados ont peu à voir avec leur capacité à juger correctement des conséquences à long terme de ce qu'ils font en ligne.

Bien que Facebook ait nié à maintes reprises une motivation financière derrière ces changements de règles de confidentialité, il est clair que son geste est motivé par un désir de retenir un public considéré en train d'abandonner la plateforme, et cible privilégiée des publicitaires. Pour une entreprise récemment surprise à utiliser l'image d'une victime de viol mineure pour des pubs de rencontres en ligne, on pourrait penser qu'elle aurait réfléchi à deux fois à ce qu'implique autoriser des informations, des photos et des propos d'adolescents à faire partie du domaine public. Après tout, les personnes qui dirigent Facebook ne sont plus des enfants.

Loading Slideshow...
  • Donner ses codes de carte bleue

  • Publier ses dates de vacances

    "Je serai à la plage du 10 au 20 juillet", voilà le type de message qui peut-être utile aux cambrioleurs. Les plus connectés d'entre eux vérifient sur Facebook les dates et lieux des vacances de leurs cibles avant de faire leur marché. Vous retrouverez ce conseil sur le site des mairies, des spécialistes de la sécurité ou même de vos assurances.

  • Se géolocaliser là où on est pas censé être

    Une erreur de géolocalisation peut-être fatale... Si le réseau social de géolocalisation Foursquare ne publie pas automatiquement vos "check-in", Facebook peut être plus trompeur. Il suffit d'activer la géolocalisation automatique par défaut et de publier un statut pour que le lieu où vous vous trouvez s'affiche à côté de votre message.

  • Le DM Fail

    Sur Twitter, il n'est pas rare de voir un message, privé, rendu public par erreur. <a href="http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12289" target="_hplink">La mésaventure est arrivée à Eric Besson</a> le 19 octobre 2011.

  • Le piratage Facebook

    Votre collègue quitte la pièce et vous ne résistez pas à publier un statut embarrassant sur son profil? Une blague récurrente... mais les sanctions commencent à tomber. Mardi 22 mai, un ancien élève de terminale en a fait les frais. Il a été condamné à payer une amende de 400 euros avec sursis par le tribunal d'Angers pour avoir piraté le compte Facebook de son professeur de philosophie. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/05/23/amende-piratage-facebook-proces-angers_n_1539001.html" target="_hplink">» Lire cet article. </a>

  • Photographier de grosses sommes d'argent

    Après la carte bleue, évitez les billets... En mai dernier, une adolescente australienne a photographié les économies en liquide de sa grand-mère à Sydney et publié la photo sur son profil Facebook. <a href="http://www.pcinpact.com/breve/71215-facebook-police-vol-argent-photo.htm" target="_hplink">Dans la soirée deux individus se sont présentés chez elle, armés, pour la voler.</a>

  • Critiquer sa direction

    La base. Surtout que les nombreuses affaires de ce type ont appris à être prudent. Le premier cas français (connu) remonte à <a href="http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/vires-pour-avoir-critique-leur-boite-sur-facebook_893614.html" target="_hplink">2008</a>. Trois salariés d'une entreprise de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) ont été licenciés pour avoir dénigré leur hiérarchie dans une conversation privée sur le réseau social Facebook. Un quatrième "ami" ayant accès à la conversation a fait une capture d'écran et l'a transférée à sa hiérarchie.

  • Mettre la justice entre les mains de ses amis

    Plus insolite, au Royaume-Uni, un juré a été renvoyé pour avoir révélé des informations sur un dossier sensible... sur son profil Facebook. N'arrivant pas à trancher sur cette affaire, il avait demandé à ses amis de choisir le verdict à sa place en créant un sondage.

  • Se vanter de son cambriolage

    Parler de son dernier "coup" sur les réseaux sociaux n'est pas ce qu'on appelle le crime parfait. Aux Etats-Unis, <a href="D'après la police, Isaiah Cutler, un adolescent de 17 ans et deux autres de 14 ans ont volé pour plus de 8 000 dollars, des cigarettes, des sucreries et des chèques. À peine une heure après, le seul adulte de la bande a publié sur sa page Facebook des photos des adolescents posant avec le butin." target="_hplink">un adolescent n'a pas pu s'empêcher de se photographier et de se filmer avec ses complices et son butin</a>... Ce type de publication n'a pas fait avancer son e-popularité, mais l'enquête de la police par contre... Plus ballot encore,<a href="http://www.01net.com/editorial/506271/un-cambrioleur-arrete-grace-a-facebook/" target="_hplink"> se connecter à son compte Facebook lorsque l'on est en train de commettre un cambriolage</a>.

  • Accepter sa famille en "ami"

    On vous épargne le risque des photos de soirée... La nouvelle plaie des utilisateurs des réseaux sociaux c'est certainement les proches envahissants. Si vous en doutez, regarder le scénario imaginé par Gonzague.



Loading Slideshow...
  • L'homme qui voulait rencontrer ses 788 amis Facebook

    En mars 2013, Ty Morin s'est lancé dans une incroyable aventure. Cet Américain a décidé de partir à la rencontre de tous ses amis Facebook, 788 au total, et d'en faire un documentaire. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/03/22/ty-morin-rencontrer-amis-facebook_n_2931257.html" target="_blank">EN LIRE PLUS</a>

  • Ces enfants, prêts à tout pour avoir un chien

    Les parents ne devraient pas sous-estimer leurs enfants, surtout quand il s'agit d'obtenir un chiot. Un père de famille américain devrait avoir retenu la leçon après avoir lancé un défi à ses enfants qui insistaient pour avoir un animal de compagnie. Si ses filles recueillaient plus d'un million de "j'aime" en publiant une photo sur Facebook, ce dernier leur a promis qu'ils adopteraient un chien... <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/16/facebook-enfants-chien-pari-pere-likes_n_2490757.html" target="_blank">EN LIRE PLUS</a>

  • Léon Vivien, un poilu sur Facebook

    Et si Facebook avait existé en 1914? Qu'aurait bien pu raconter un poilu sur ce réseau social? Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux et l'agence DDB Paris ont imaginé une expérience digitale inédite: créer le profil Facebook d'un jeune Français embarqué dans la guerre de 14-18, M. Léon Vivien! <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/11/facebook-1914-premiere-guerre-mondiale-reseau-social-leon-vivien_n_3061066.html" target="_blank">EN LIRE PLUS</a>

  • Cette ado, privée de Facebook par la justice

    Être privé de Facebook pendant un an, c'est possible et ça n'est pas seulement une sanction parentale. En mars 2013, un juge canadien a interdit à une écolière de 12 ans du Manitoba d'aller sur son compte Facebook pendant un an, après qu'elle eut proféré des menaces contre deux camarades sur le réseau social. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/03/27/adolescent-facebook-justice-interdit_n_2961743.html" target="_blank">EN LIRE PLUS</a>

  • Le jeune qui voulait convaincre sa copine

    En janvier 2013, ce jeune Norvégien réclamait un million de «J'aime» sur Facebook pour pouvoir avoir une relation sexuelle avec sa copine. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/18/jaime-facebook-relation-sexuelle-copine_n_2509216.html" target="_blank">EN LIRE PLUS</a>

  • L'accro à Facebook qui engage une femme pour le frapper dès qu'il consulte son compte

    Tellement accro, qu'il a décidé d'employer les grands moyens pour arrêter de scotcher devant le réseau social. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/20/un-homme-accro-a-facebook_n_1992746.html" target="_blank">EN LIRE PLUS</a>

  • Cette photo mal interprétée

    <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/26/facebook-retire-photo-pensant-voir-seins_n_2190599.html" target="_blank">EN LIRE PLUS</a>

  • Le hacker qui a piraté le mur de Zuckerberg pour se faire entendre

    Un hacker palestinien bien décidé à prouver à Facebook qu'il a découvert une faille de sécurité permettant de publier sur le mur de n'importe qui, même si vous n'êtes pas son "ami" sur le réseau social, a employé les grands moyens pour se faire entendre. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2013/08/19/facebook-hacker-mur-zuckerberg_n_3778223.html" target="_blank">EN LIRE PLUS</a>

  • Colin qui a trouvé un million d'amis pour son anniversaire

    Pour l'anniversaire de son fils Colin, Jennifer, habitant le Michigan aux États-Unis, a vu les choses en grand: elle a créé une page Facebook pour lui "trouver des amis" car il est un petit garçon plutôt solitaire. Il n'avait aucun ami, sa mère lui en a trouvé un million! <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/13/anniversaire-facebook-colin-happy-birthday_n_4779025.html?utm_hp_ref=le-bon-lien" target="_blank"><strong>En lire plus ici.</strong></a>

  • Le père qui voulait voir la vidéo LookBack de son fils décédé

    La vidéo de ce père en deuil a fait le tour du Web et des médias américains. En deux jours à peine, près de deux millions de personnes ont vu les images de John Berlin suppliant Facebook de lui permettre de voir le film LookBack de son fils. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/07/video-pere-facebook-lookback-john-berlin-jesse-berlin_n_4743778.html?utm_hp_ref=fr-facebook" target="_blank"><strong>En lire plus ici</strong></a>

  • Harold Krueger qui a reçu plus de 1000 lettres grâce à Facebook

    Inconsolable depuis la mort de sa femme avec qui il partageait sa vie depuis 1951, Harold Krueger n'a plus qu'un plaisir dans la vie: aller chercher son courrier à la poste de la petite ville de Wishek dans le Dakota du Nord. Alors pour ses 90 ans, sa fille a lancé un appel sur Facebook invitant les internautes à envoyer une lettre à ce vétéran et ancien facteur. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/26/facebook-lettre-veteran-veuf-harold-krueger_n_4856533.html?utm_hp_ref=france" target="_blank"><strong>En lire plus ici</strong></a>

  • La survivante du cancer qui montrait ses cicatrices sur Facebook

    L'australienne Beth Whaanga a réalisé une impressionnante série de photos intitulée Under the Red Dress, "sous la robe rouge". Après avoir survécu à un cancer du sein, cette jeune femme a décidé de prendre des clichés de son corps meurtri par la chimiothérapie et abîmé par les cicatrices de ses opérations pour les publier sur Facebook. Le but de cette démarche: montrer les conséquences d'un cancer sur le corps humain, notamment celui d'une femme. <strong><a href="http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/13/photos-beth-whaanga-facebook-cancer-under-the-red-dress_n_4781586.html?utm_hp_ref=fr-facebook" target="_blank">En lire plus ici</a></strong>

 

Suivre Adam Levin sur Twitter: www.twitter.com/Adam_K_Levin

Suivre Al HuffPost